Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Attention danger ! Les grenn-nanbounda (GNB) refont surface

Publié par siel sur 12 Février 2015, 12:44pm

Catégories : #AYITI ACTUALITES

Les voici qui tentent  de phagocyter Seitenfus et de l'incorporer à leur bande.

Pourtant, quand Seitenfus avait fait ses déclarations et avait été viré, il n'y en a pas un parmi cette noble assemblée de clercs à avoir pris sa défense.

Ni même à s'être fendu d'un papier dans Le  Nouvelliste pour analyser ses dires et apporter un éclairage aux lecteurs.

Non.

Ils étaient tous en mode  des trois singes : ni vu, ni connu, ni entendu.

Pendant les 4 années de Martelly, ils ont été aux abonnés absents.

Aujourd'hui, ils ne sont même pas capables de voir que l'un des leurs, grand pape du mouvement grenn-nanbounda, a été  fait Premier ministre, à peu près  dans les mêmes conditions que celles qui ont  fait président Martelly dénoncées par Seitenfus.

Cette incapacité d'auto-critique et cette propension à la récupération est une constante des GNBistes.

C'est ainsi qu'ils avaient manipulé un relatif mécontentement populaire- comme cela existe dans toute démocratie- pour faire un coup d'Etat en 2004.

Ils jouent à faire l'ange alors qu'ils participent et ont participé à toutes les combines pour déstabiliser l'Etat et ceci depuis 1986.

Parce qu'il faut bien comprendre que les GNBistes représentent le courant intellectuel -allié  aux gwo ponyet quand il le faut comme en 1991 et en 2004- de la droite et de l'extrême droite.

Duvalier avait également son courant intellectuel. A côté des Bòs Pent, Zacharie Delva, il y avait Gilot, Lafontant, Supplice, etc. 

Cette nouvelle offensive des GNBistes - le loup sort du bois- pour contrer les mouvements populaires et préparer les esprits à  à un président  patronné par la CI issu de leur mouvance, on peut également la voir à l'oeuvre dans cet  autre article du Nouvelliste.

Ici,ce sont les (faussement)  décus qui ont la parole.

Sous prétexte de faire le bilan de la transition démocratique, ces gens-là, nous présentent un "story telling", dans lequel, le nerf de la guerre : l'économie, n'est jamais pris en compte.

C'est là où  apparaît leur manque de sérieux, leur infantilisme qu'ils partagent avec les Tèt Kale.

Au lieu de nous faire un historique des enjeux économiques auxquels Haïti a dû faire face  à partir de 1986, sachant que les caisses de l'Etat étaient vides et que les bailleurs exigeaient le paiement des dettes des Duvalier avant de prêter un seul sou, quelles étaient les marges de manoeuvre ? Quels choix étaient possibles ?

Ce sont les réponses à ces questions qui sont susceptibles d'éviter les erreurs commises et d'élaborer un plan de développement économique viable du pays.

Mais comme vous le savez, les GNBistes avaient fait miroiter une faribole à la Martelly, un certaine caravane qui devait sillonner le pays avec des camions munis de hauts parleurs sur lesquels seraient juchés Evans Paul et Apaid pour apporter la bonne nouvelle à la population,  à la façon  des protestants.

Ce truc là sans tête ni queue n'avait aucun avenir. D'ailleurs il n'a jamais existé.

La seule caravane amenée par les GNiBistes  a été la Minustah et le choléra.

A lire les interventions de ces gens-là, on pourrait croire qu'ils étaient absents de la scène politique ces 30 dernières années. On pourrait croire qu'ils n'étaient pas présents dans les gouvernements qui se se sont succédés depuis 1986.

 

Pourquoi les GNBistes sortent la tête en ce moment précis ?

La réponse, il faut aller la chercher à la CI. 

Après son choix foireux de Martelly, la CI est à la recherche d'une nouvelle voie pour contrer les lavalassiens.

D'où Riché à la tête du parlement. D'où à la tête  du CEP un personnage qui avait été complice des fraudes  ayant permis l'élection de Martelly.

Les  GNBistes,  qui se sont faits remarquer  par leur silence fracassant au cours  ces 4 dernières années, deviennent pour la CI des acteurs privilégiés.

Comme ils n'ont jamais émis aucune critique ni sur la Minustah,  ni sur le choléra, ni sur le cas  des Dominicains d'origine haïtienne, ni sur la gestion de l'aide post-séisme, ni sur l'administration Lamothe/Martelly, ni sur le procès  intenté à Duvalier. -bref, sur rien qui  ne touche de près ou de loin la vie de la nation. - les GNBistes apparaissent comme détenant un fort potentiel à la servitude volontaire et au bluff. (caravane de l'espoir)

Exactement le profil  recherché par la CI pour poursuivre son plan de recolonisation d'Haïti.

C'est afin de les préparer à occuper les postures de président, ministres et tout ça, que la CI les envoie au charbon, faire campagne dans Le Nouvelliste.

Cette propagande très astucieuse avec un vernis de sagesse, devrait piéger pas mal de gogos/gaga.

D'un côté on fait comme si on approuvait le discours de Seitenfus, alors que l'histoire  récente démontre le contraire. 

D'un autre côté, on se positionne faussement comme anti-duvaliériste ( alors qu'on s'est bien gardé de prendre position publiquement sur le cas du dictateur décédé) afin de pouvoir amalgamer la dictature des 2 Duvalier à une prétendue dictature d'Aristide.

C'est-à- dire qu' il y a une forte demande de la CI de réactiver le discours de démonisation de lavalas façon 2003-2004 que Martelly, manifestement, a échoué à faire passer et que les GNBistes s'appuyant sur leurs postures d'intellectuels et leurs réseaux sont susceptibles de divulguer. Notamment à l'international.

Cependant, je doute fort qu'un remake de 2004 -avec tous les dessous de cette opération  de mercenaires exposés dans la presse internationale-  fonctionne comme sur des roulettes.

Il faudra plus d'un  Peck, d'un Trouillot , d'un Antonin, d'un Hurbon , de toute la bande des zentellectuels radicalement opposés à la commémoration du bicentenaire de l'indépendanceet  de quelques journalistes  devenus députés, porte parole des roz, menés par l'ex-patron de   Reporters Sans Frontières, Ménard,  un défenseur du droit à la libre expression, passé avec armes et bagages au FN, pour que la confiture prenne.

Mais nous savons, pour l'avoir expérimenté dans la douleur, que les "amis" d'Haïti ont plus d'un tour dans leur sac pour assujétir le pays. Et surtout un paquet d'argent à distribuer.

Qui veut gagner des millions ?

Prenez exemple sur Martelly !

S'il vous plaît, pas la peine de faire la queue devant la délégation.

Une convocation sera envoyée en temps utile aux candidats.

Signé ?

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents