Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Le chat Leonel et la souris Medina en photos

Publié par siel sur 20 Mars 2015, 12:47pm

Catégories : #AYITI-RD relations

Sources :  http://acento.com.do/2015/politica/8230718-leonel-pone-en-jaque-a-danilistas-continuistas-analisis-de-juan-bolivar-diaz/
Sources :  http://acento.com.do/2015/politica/8230718-leonel-pone-en-jaque-a-danilistas-continuistas-analisis-de-juan-bolivar-diaz/
Sources :  http://acento.com.do/2015/politica/8230718-leonel-pone-en-jaque-a-danilistas-continuistas-analisis-de-juan-bolivar-diaz/

Sources : http://acento.com.do/2015/politica/8230718-leonel-pone-en-jaque-a-danilistas-continuistas-analisis-de-juan-bolivar-diaz/

Ce titre parce qu'à chaque fois que je vois des photos montrant Medina et Fernandez ensemble, Medina a toujours l'air d'une souris apeurée devant Fernandez qui, lui, ressemble à un chat qui ne doute pas de son pouvoir de l'avaler quand il le voudra.

Pour ceux qui suivent le débat politique interne en RD, vous n'ignorez pas qu'il existe une lutte au sein du PLD entre partisans de Leonel Fernandez, les leonistas et  ceux de l'actuel président  Danilo Medina, les danilistas.

Dès l'entrée en fonction de Medina, à partir des mesures prises pour réduire le train de vie de l'Etat, de promouvoir l'éducation et l'agriculture, il était clair que bien qu' appartenant au même parti que Fernandez, leurs projets politiques différaient.

Je persiste à penser que la loi de dénationalisation des Haïtiens, a été une peau de banane glissée sous les pieds de Medina par les leonistas et leurs alliés d'extrême droite tel que le député Vinicio Castillo,  partisan de Trujillo et de Balaguer... et un ami de Fernandez.

 

Il fallait absolument provoquer un conflit majeur pour gêner Medina, le rendre impopulaire si possible pour que Fernandez demeure la tête d'afiche.

L'ensemble des juges qui ont adopté cette loi, sont des des fidèles de Leonel Fernandez.

Fernandez, qui est un "animal politique" n'a pas hésité à "sacrifier" la vie de milliers d'Haïtiens pour embarasser  Danilo Medina.

Acculé, dans l'impossibilité de s'opposer à une décision de la Cour de justice,  Medina a tenté de trouver une porte de sortie en proposant la régulation des Haïtiens et des Dominicains d'ascendance haïtienne.

Mais ce processus de régulation a été boycotté par les fonctionnaires, en majorité fidèles à L. Fernandez.

 

L'anti-haïtianisme comme programme politique n'a pas marché, Medina ayant suivi les décisions de la Cour de justice. Fernandez, selon les sondages devrait aller au second tour, alors que, de son côté, Danilo Medina serait réélu haut la main dans une fourchette avoisinant les 68,69%

Les Dominicains, selon les sondages sont favorables à une réélection de Medina.

Réélection impossible sans changer la constitution qui ne prévoit pas deux mandats consécutifs.

Les affaires Bautista et Quirino ont affaibli Leonel Fernandez, qui, jusqu'à présent garde un silence prudent par rapport aux déclarations du trafiquant de drogue sur le prêt qu'il lui aurait fait et l'achat de générateurs pour sa fondation Funglode.

Empêtrés dans ces affaires, les Leonistas, les partisans de Fernandez, utilisent le payant stratagème de Trujillo et de Balaguer : l'anti-haïtianisme.

Les Dominicains qui , dans leur majorité, vivent dans la précarité, boivent comme du petit lait la fable du PLD, de l'élite économique et de l'extrême droite qui leur promettent le paradis une fois que le pays sera débarassé des travailleurs illégaux haïtiens et des Dominicains d'ascendance haïtienne.

D'autre part, le clan du PLD, dont il ne faut pas oublier que fait partie Medina, qui a été le chef de campagne de Fernandez, craint pour sa survie au cas où Fernandez ne serait pas réélu.

 

Les affaires Quirino et Bautista ne sont que la pointe de l'iceberg de corruption et d'irrégularités qui'une justice non inféodée au clan PLD pourrait questionner. Se retrouver sur le banc des accusés est le risque à éviter à tout prix.

La position de Medina est particullièrement inconfortable. Il lui est carrément impossible de prendre de la distance avec la famille à laquelle il appartient -et dont forcément il connait les affaires internes - et qui l'a porté à la présidence.

Medina a un anneau chez l'orfèvre comme on dit en Haïti. Comme on dit également en Haïti, quand tu as mangé l'argent du diable, tu es obligé de le servir.

En ce moment, Medina a droit à des insultes répétées de l'extrême droite via le député du FNP (Force nationaliste progresiste) , Vinicio Castillo Seman“Blandengue, títere, de poco carácter, influenciable, manejable, impresionable, violador de la ley, débil, carente de pantalones, traidor a la patria, enano, golpista constitucional y ambicioso”.

Medina ne réagit pas contre ces attaques, pas plus que Fernandez contre celles de Qurino. A ce stade, c'est je te tiens, tu me tiens par la barbichette. les uns et les autres, après pratiquement 25 années de PLD au pouvoir, faisant partie du même réseau.

 

Et Haïti dans ce conflit interne à la RD ?

La réélection de Fernandez tenderait à apaiser les conflits entre Haïti et la RD, puisque ce sont eux : les leonistas et les leurs alliés de l'extrême droite, qui soufflent le chaud et le froid en fonction de leurs intérêts.

Par contre,  Fernandez à nouveau au pouvoir, c'est l' assurance que des deux côtés de l'île la continuité prévalera  : corruption, justice inféodée, absence de transparence dans la gestion des affaires de l'Etat, échanges commerciaux totalement inégalitaires entre la RD et Haïti, allégeance à la CI...  Tous les composants nécessaires pour perpétuer  une politique du pareil au même.

La réélection de Medina devrait être plus favorable à la création d'un climat de confiance entre Haïti et la RD. Seulement si celui-ci arrive à ne plus craindre le chat Fernandez et ses fidèles alliés, los Castillos comme les surnomment les Dominicains, du parti Fuerza Nacional Progresista d'extrême droite.

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents