Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


USA : Racisme. S. Penn refuse de s'excuser

Publié par siel sur 11 Mars 2015, 22:59pm

Catégories : #RACISME

"Je suis toujours surpris par autant de stupidité. Je continue à espérer plus d'intelligence. Je ne m'excuserai pas"  c'est ce qu'a déclaré Sean Penn.

J'imagine qu'en assimilant R. Peck à un nazi, Penn brillait par qon intelligence.

 Eh bien, nous autres nous avons été surpris " par autant de stupidité. " Nous continuons à espérer plus d'intelligence. 

C'est tout à fait marrant de voir qui donne des leçons d'intelligence au monde. C'est un peu comme Martelly qui confond être "filthy rich", avec avoir la possibilité de faire n'importe quoi et s'entourer d'une bande d'opportunistes pour applaudir, avec l'intelligence.

D'ailleurs, on comprend mieux la blague stupide de Penn quand on connait l'histoire du film.

« Birdman », le dernier film d’Alejandro González Iñárritu, raconte l’histoire d’un acteur qui a fait fortune à Hollywood en incarnant un superhéros à plumes et cherche désespérément à être reconnu comme un artiste en montant une pièce de Raymond Carver à New York.

"Riggan est un homme célèbre : on le reconnaît dans la rue, on lui demande des autographes. Cette célébrité lui vient d’Hollywood : il s’y est fait un nom en jouant un superhéros à plumes dans une franchise de blockbusters, qui l’a rendu (momentanément du moins) riche, et lui a assuré une place durable dans la culture populaire. A Hollywood, Riggan était un acteur de l’industrie du cinéma – validé par l’argent et les entrées en salle. Mais il veut maintenant la reconnaissance du monde de l’art."

Bref, ce portrait d'un acteur hollywoodien a quelque chose à voir avec la course à la reconnaisance de M. Penn dont l'ego démesuré   fait dans l'humanitaire et  la reconstruction en Haïti.

On comprend que cela l'ait quelque peu énervé et qu'il n'ait pas pu se refuser cette "blague" superintelligente. De même qu'il s'était senti visé par le film de Peck sur le cafouillage de l'aide internationale.

Il faut dire que M. Penn n'a aucun mal à démontrer à la moindre occasion son intelligence supérieure.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents