Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Washington Post. Haïti une démocratie qui se meurt.

Publié par siel sur 28 Mars 2015, 10:01am

Catégories : #REFLEXIONS perso

Nouvel article du Washington Post sur Haïti.

Le titre : Haiti’s expiring democracy

que j'ai traduit par "Haïti une démocratie qui se meurt."

Qu'on pourrait aussi le traduire par : Haïti une démocratie en état d'extinction.

Sur la photo Martelly est en chemise bleue. Il semblerait que ces derniers temps il ait mis un frein à son amour immodéré de la couleur rose. Et des nombreux bracelets roses qu'il arborait au poignet.

 

By the way, je me suis toujours demandée qui avait le marché de fabrication et de distribution de ces horreurs que tout fonctionnaire du pays se trouvait dans l'obligation de porter.

Ces chemises roses, ces tailleurs de femme roses, ces souliers roses, ces cravates roses... Quel  infantilisme honteux, quelle flagornerie, quel opportunisme, quelle soumission à la bêtise quelle infamie! 

A l'image des élites haïtiennes. Je vois encore la photo de Manigat, tout juste nommé ministre de l'Education et aussitôt s'affublant d'une chemise rose.

Comment un adulte peut-il se prêter à une telle régression ?

Est-il possible de croire un seul instant à la probité de quelqu'un qui croit indispensable de porter une chemise rose parce que Ministre ?

Un Ministre est en principe un fonctionnaire de l'Etat, il travaille pour le pays et l'ensemble de sa population et non pas exclusivement pour les roz et dans d'intérêt des Tèt Kale.

Porter une chemise rose, des bracelets roses, des pantalettes roses, signifie d'emblée que vous êtes partie prenante de  la corruption.

 

Quel  sordide exemple donné à la jeunesse par un ministre de l'Education !

Aussi, le peuple haïtien se doit d'écarter aux prochaines élections l'ensemble de ce personnel politique, auquel il est absolument impossible d'accorder une quelconque confiance du fait de leur allégeance inconditionnelle aux roz au dépens des intérêts de la nation.

Les journalistes étatsuniens, bien que non dupes, en tant que partie prenante du système qui a mis Martelly à la tête de la République d'Haïti sont dans l'impossibilité de faire une critique de son régime parce qu'il faudrait dénoncer ceux, Clinton, UE, Minustah, qui sont derrière lui et l'ont encouragé à cette "malfaisance".

Nous sommes dans le même cas de figure qu'avec les Duvalier, avec pratiquement les mêmes fausses alarmes et faux satisfecits.

 

Les Duvalier comme Martelly étant leurs hommes, la presse US  pointe le doigt sur leurs exactions tout en mettant en avant, pour les Duvalier, la paix des cimetières et pour Martelly les hôtels de luxe construits sous son régime.

C'est pitoyable,  mais cette hypocrisie permet aux Etatsuniens et à la CI de se donner bonne conscience et de continuer à prétendre, comme à leur habitude, qu'ils n'y sont pour rien. 

Que tout est de la faute des  Haïtiens, une bande de  Noirs incapables, incompétents et corrompus.

Et, le pire, c'est qu'ils sont arrivés à convaincre grand nombre d'Haïtiens qu'ils sont pratiquement génétiquement tarés et que sans l'assistance du "blan",  ils ne peuvent arriver à rien.

Parce qu'aussi l'ensemble des media de la place le leur répètent et que, d'autre part, disparaissent soit par assassinat, disparition et exil, dans l'indifférence générale, les voix non carnavalesques.

Ce pourquoi, je le répète encore et encore au risque d'être complètement dans la redondance, que les rares têtes pensantes d'Haïti, les militants de base doivent apprendre à ne point s'exposer inutilement, la population doit apprendre à les protéger afin de stopper l'hémorragie et de faire en sorte que demain ne soit pas du pareil au même.

A moins que, définitivement, l'ensemble des Haïtiens acceptent et se satisfassent  d'être considérés comme des parias à vie - servitude volontaire, restavekisme assumé-  et s'honorent de compter parmi eux  quelques dizaines de récompensés.

Des sortes de blanc d'honneur,

comme en Afrique du Sud existait cette catégorie pour les gens dits de couleur : Japonais en général et en particulier certains Noirs :  hommes d'affaires ou artistes de passage dans le pays. Le gouvernement d'apartheid leur offrait cette médaille qui les autorisait à  fréquenter les lieux interdits aux Noirs sud-africains.

 C'est un choix. Résister et créer ou bien se soumettre et stagner dans la fange.

A suivre...

 

As the New York Times recently reported, Mr. Martelly’s government and some of his closest associates are suspected of all manner of intimidation, violence and corruption, including involvement in illegal narcotics. In the absence of watchdogs in a functioning parliament, malfeasance is likely to increase.

TRADUCTION
Comme le New York Times l'a récemment relaté, le gouvernement de M. Martelly et quelques uns de ses plus proches associés sont soupçonnés de faire usage d'intimidation, de violence, de corruption. Et, y compris, de participer au trafic de drogue. En l'absence de surveillance d'un parlement, la malfaisance a des chances d'aller en augmentant.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents