Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Haïti – Elections 2012-2015 : La Gestion Par Le Chaos - Par Letitiah Sept

Publié par Letitiah Sept sur 30 Avril 2015, 09:06am

Catégories : #LU SUR LE NET

 
 
28 avril 2015,
 
La définition simple du chaos est : état de désordre et de confusion généralisé. L’effet principal du chaos c’est de prévenir toute planification, toute projection sur le futur et tout résultat escompté. La Gestion par le Chaos consiste à créer le chaos dans le medium que l’on veut contrôler afin d’isoler ses éléments,  briser les valences, modifier les dynamiques internes dans le but de sécuriser ses propres intérêts.
 
 
Les situations chaotiques sont observées dans tous les domaines physiques, politique, social, a grande ou a moins grande échelle. Le chaos peut être naturel ou ingénié. Un exemple de chaos naturel fut l’ensemble des effets du tremblement d’une catastrophe naturelle, ou accident. Un chaos ingénié est souvent créé consciemment, telles, par exemple, la panique et la débandade créées par des prédateurs dans le but de contrôler une proie. Nous pouvons démontrer que le chaos politique qui étreint Haïti actuellement est un phénomene ingénié et géré par ceux qui veulent contrôler la société haïtienne de haut en bas. Ils sont les prédateurs et le peuple haïtien est la proie. Ils veulent se nourrir, c’est-à-dire augmenter leurs richesses aux dépens des intérêts des masses haïtiennes.
La Haïtiens Face au Chaos.
Le reflexe général face à un système chaotique est, ou bien d’essayer de s’en soustraire, ou bien d’essayer de le stabiliser. Lorsque la fuite n’est pas une option viable, il ne reste que les mesures de mitigation de l’instabilité.
Les Haïtiens ont beaucoup fait pour essayer de stabiliser leur société afin de pouvoir planifier leur futur. Face aux tumultes des années 1980, ils ont essayé de rétablir l’état de droit en Haïti afin de rendre la société haïtienne plus participative, donc, plus stable. Ils ont organisé élections après élections sachant bien que le progrès au 21ième siècle,  repose sur la participation des communautés travaillant la main dans la main afin de désamorcer les conflits et construire leur environnement. Cependant, les Haïtiens ont eu à essuyer coups d’état après coup d’état, tous financés par des éléments externes à Haïti, et exécutés par leurs associés locaux.
 
La catastrophes du 12 Janvier 2010 n’a pas empêché les Haïtiens d'organiser les élections, en dépit du fait que le processus a été coopté par des intérêts spéciaux. A partir de ces élections, les Haïtiens ont coexisté, pas toujours en bonne harmonie avec leurs officiels, il est vrai, mais jamais par des prises d’armes de 2010 à nos jours. Réalisant que malgré toutes les tentatives de déstabilisation, les Haïtiens entendaient continuer avec le processus électoral, les intérêts spéciaux ont décidé tout simplement de geler ce processus électoral, unique porte de sortie des masses haïtiennes de leurs conditions exécrables.
Les Elections Haïtiennes : Contexte Chaotique Délibéré.
Le chaos qui règne actuellement en Haïti est une action aussi délibérée que les coups d’état qui ont fait dérailler Haïti. De 2012 à 2015, trois élections auraient dû prendre place en Haïti afin de renouveler la représentation populaire haïtienne au gouvernement du pays. Cependant, un barrage a été érigé pour contenir l’énergie constructive qui aurait découlé de ces élections. Ces élections ont été tout simplement bloquées. A cause de cette obstruction au processus électoral, le pays se retrouva bloqué. Ce blocage a causé des manifestations de rue qui ont achevé de dissoudre toute chance de  stabilité politique et sociale dans le pays si nécessaire au relèvement économique. Des situations d’immobilisme dures, tel le blocage politique et molles telle la paralysie causée chez la population par l’attente, sont les résultats du déni  de ces élections. Pendant ce temps, des gens sans mandat légaux administrent les affaires du pays sous l’étiquette « Autorité intérimaire ».
 
Subitement, voilà que des élections sont annoncées, alors c’est le genre de chaos social auquel on pouvait s'attendre qui s’installe dans le pays. Tout le monde veut y participer rconscient ou non qu’il s’agit d’un jeu de banalisation de la politique haïtienne. En effet, notons ce qui arrive avec les élections américaines : les prochaines élections présidentielles américaines prendront place le 8 novembre 2016, soit d’ici, un an et demi. On peut déjà en lire les détails dans les pages de l’encyclopédie en ligne, Wikipédia, et dans les majeures publications du monde. Les candidats principaux se sont déjà déclarés. Leurs vies et celles de leurs proches sont déjà sous la loupe publique. Leurs programmes de gouvernement, leurs idéologies, leurs tendances, les accomplissements passés, leur vie présente, leurs programmes de gouvernement et leurs promesses sont déjà sous la loupe. Jour après jour, jusqu’au jour des élections.
 
 
Par contre, en Haïti, la machine électorale est en panne. Elle s’arrête et commence à rouiller sur place. Soudain elle fait un bond en avant. Cette situation est entretenue dans le but simple de causer la confusion chez les électeurs et les candidats. Ils sont constamment en mode d’urgence. De ce fait,  ils ne trouvent pas le temps pour les candidats de véhiculer leurs programmes, car ils ont dépensé leurs temps et leur énergie à se battre face à la machine électorale, et dans le procès, a se marchander aux intérêts spéciaux qui ne veulent que les contrôler. Soudain, les élections s’annoncent : les partis politiques commencent à surgir de toutes parts ; si nombreuses qu’ils pourront jamais capturer l’attention du public afin d’expliquer leurs programmes. Ils viennent de partout : journalistes, hommes d’affaires, chômeurs, anciens politiciens. Les partis pullulent : c’est le chaos que certains sont en train de gérer.
La Frénésie Electorale : Un Epiphénomène du Chaos Délibéré.
La prolifération des partis politiques aurait pu représenter un développement bénin, voire positif même si les agents de coalescence agissaient vraiment sur le système. Ce qui indique la tendance à la dispersion est le nombre de candidats. Cette dispersion annonce le chaos. Par ailleurs, ces partis se basent plutôt sur un clientélisme restreint qui aurait pu offrir son allégeance à n’importe quelle tendance allant de l’extrême-droite à l’extrême-gauche.
En fait, les intérêts qui n'ont pas voulu les élections en Haïti viennent de réaliser un coup de maitre: en repoussant l'organisation des différentes élections jusqu'à offrir l'impression qu'elles peuvent ne pas prendre place du tout, ils viennent d'en faire un bien rare. L'anxiété créée par la perspective que ce bien rare peut être disponible a un certain point, à un moment donné a suscité une frénésie qui n'est pas trop différente de ce qui arrive sur le marché financier ou chez une bande d’affamés vers qui on lancerait de la nourriture.
Le Chaos Télécommandé.
Ceux qui manœuvrent pour contrôler la société Haïtienne en appliquant leur propre version la démocratie en Haïti (en dehors des balises de la Constitution de 1987) sont toujours en avance de plusieurs pas . Toutes les fois que les potentiels résultats des élections en Haïti ne leur plaisent pas, ils les éliminent par les exclusions illégales d’acteurs qu’ils jugent indésirables, les suppressions des élections, ou par des coups d’état sanglants. Ils ont tout de leur côté pour dicter le rythme des évènements: les moyens financiers, les media, la politique internationale, la carotte et le bâton (en ayant le contrôle des visas de sortie, d’avenues de la drogue, ils peuvent emprisonner un élément encombrant en Haïti ou à Miami).
 
Ils peuvent créer le chaos et le gérer à distance. Comment expliquer que le premier réflexe d’un ancien Premier  ministre qui vient d’être démis de ses fonctions est de laisser le pays que, hier encore, il prétendait administrer avec conviction;  comme s’il n’y avait développé aucune attache réelle ?  C’est la fable de Laurent Lamothe,  originaire d'Haïti et qui vit hors d’Haïti ; peut-être, celle de Jean-Max Bellerive dont ont dit que la famille est originaire et vit hors d’Haïti également.
Donc, le chaos créé et maintenu en Haïti ne concerne même pas les gens placés au plus haut niveau de son administration. C’est à la faveur de ce chaos que Michel Martelly, un homme qui se dénudait en public, a pu se faire décerner un « certificat de bonne vie et mœurs », cacher son passeport américain afin d’accéder frauduleusement à la présidence d’Haïti. Il savait qu’il violait les lois haïtiennes en se portant candidat, mais il avait le chaos de son côté.
Aujourd’hui,  l'épouse du président, Sophia St Rémy Martelly, une femme née aux Etats-Unis qui aurait vécu en tant qu’Américaine pendant toute sa vie d’adulte, essaie de profiter de l’obscurité créée par la nuée chaotique de sauterelles des candidats électoraux pour se faire une place au parlement ou elle jouirait de la parfaite immunité judiciaire au regard des crimes administratifs qui lui sont reprochés.
Conclusion.
Si nous pouvons démontrer que les distorsions et annulations des élections ont été ingéniées, par des mains de maitres, nous aurons également démontré que la situation chaotique à laquelle nous faisons face aujourd’hui est le produit de cette ingénierie sociale. Car jamais, dans ses rêves les plus fous, l’ambassadrice des USA en Haïti, Pamela White, ne pourrait déclarer que trois élections mi-temps  américaines seraient annulées pour être remplacées par une hypothétique élection unique. Car, dans les rues américaines, ce ne serait pas simplement de jeunes Noirs déshérités en train de tout casser dans les rues comme a Ferguson, Missouri, ou à Baltimore, Maryland, mais des Blancs armés de M-16 et de lance-grenade en train de réclamer leurs droits à travers tous les Etats de l’Union.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents