Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


La Cour des Comptes va t-elle faire un numéro de "On efface tout et on recommence" ?

Publié par siel sur 1 Avril 2015, 11:04am

Catégories : #REFLEXIONS perso

Tout à fait du domaine du possible quand on connait l'histoire politque d'Haïti.

On a vu des personnes condamnées pour corruption et ...Devenir président quelques temps plus tard.

Duvalier J-Cl, de retour en Haïti, ne s'était-il pas exclamé " Qu'avez-vous fait de Mon pays ?". 

Duvalier J -Cl a quitté Haïti en 1986 en laissant les caisses du pays vides.

Pendant 29 ans où ils ont fait régner la terreur et oeuvré à transformer  les Haïtiens en des canailles sans foi ni loi, son père et lui-même n'ont pas été foutus de construire une université dans le pays. Au départ de Duvalier en 1986, le taux d'analphabètes était de 70%.

Pendant 29 ans, son père, lui-même et leur cour ont envoyé des travailleurs haïtiens dans les bateyes et ont reçu de l'argent en échange. Les dernières sommes reçues ont dû être remboursées par le gouvernement de ses amis militaires qui lui ont succédé. Le chef d'Etat à vie a dépensé l'argent du peuple haïtien en France.

C'est à lui qu'on aurait dû demander " Qu'avez vous fait de l'argent du pays ?"

Et non seulement ça, Duvalier J-Cl s'est arrangé avec ses sbires pour pourrir la transition démocratique : coups d'Etat, assassinats à la pelle de progressistes, achat des plus véreux, exil des autres.

Cette question indécente de Duvalier, posant à la victime, il s'est trouvé des zentellectuels notoires pour la cautionner et pour se gausser de ceux  tombés dans la bataille qui ont lutté en vain pour abolir le statut quo.

C'est à des prises de position des dites têtes pensantes d'Haïti comme celle--ci qu'on constate  amèrement à quel point le programme de "reformatage " des Duvalier des âmes haïtienne avec  la "servitude volontaire" décrite par La Boétie,  a remarquablement  bien fonctionné.

 

Le blanchiment d'argent et de consciences est une constante d'où découle, entre autres facteurs, la stagnation dans le pareil au même.

A savoir l'appauvrissement de la population et l'enrichissement d'une minorité qui profite de toutes les occasions :

-Tremblement de terre et décret d'utilité publique avec au programme revente au privé de terrains achetés à bas prix.

-Tremblement de terre et tourisme avec dépossession des paysans de l'ïle-à-Vache de leurs terres.

-Tremblement de terre et sweatshops avec dépossession des paysaans de Caracol de leurs terres et dégradation de l'écosystème.

Tremblement de terre et contrats octroyés de prospection des mines sans l'aval du Parlement.

Et parfois les provoquent :

-Misère entretenue et vente de sang, de cadavres et de bras.

-Abattage des cochons créoles + ruine de la prodution agricole de riz et d'autres matières et travail pour 41cts l'heure dans les sweatshops, 

-Exil forcé et raket du passage vers la terre promise avec "coup de poignard" et vol des terres  des paysans incapables de rembourser.

 

C'est tout un système mafieux mis en place depuis tant et tant d'années avec des complices  puissants tant à l'intérieur qu'à l'étranger qu'il est difficile et dangereux de s'y attaquer.

Ce qui a été essayé par certains,  sans succès, et dont d'aucuns se moquent, alors même que ayant participé grandement à cet échec, ils devraient tout simplement la fermer et se contenter avec leurs progénitures de profiter de l'argent mal acquis.

Mais non. La discrétion n'est pas à leur avantage. Il faut qu'ils la ramènent  afin de "capitaliser "( Courtoisie V. Numa de Vision 2000) sur d'éventuelles opportunités  de gains dans le futur: avec Martelly/Lamothe, après Lamothe, avec Martelly/Paul, après Martelly...

Il faut plumer la poule sans la faire crier aurait dit Dessalines, dès la création du pays.

Mais attention, tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse.

Un proverbe togolais dit aussi : Qui joue trop avec le feu, finit par se brûler.

 

Les membres de la Cour des Comptes ne pourront aller jusqu'au bout de leurs enquêtes  que si la population des lettrés haïtiens, à l'intérieur du pays et dans la diaspora, appuie leur démarche.

Sinon, vu la corruption  qui suinte de partout, ça risquerait de n'être qu'un nième coup d'épée dans l'eau.

Aussi, les réseaux sociaux doivent jouer leur rôle de lanceurs d'alerte, se mobiliser en relayant les infos, en les discutant, en les analysant,  dans le but  d'apporter à la Cour des comptes du "jarèt" afin qu'elle ne baisse pas les bras.

Il faut faire comprendre à l'International que les Haïtiens n'acceptent pas que, sous le fallacieux prétexte de rétablir la démocratie, elle ait placé à la tête du pays une équipe qui n'a eu de cesse de détruire le projet de l'établissement de l'Etat de droit dans le pays. Ceci de 1957 à nos jours.

Avez-vous lu les Rapaces, le livre de Marie Vieux Chauvet écrit en 1971 ?"...pourquoi Les Rapaces ? Pourquoi choisir un livre épuisé, un ouvrage posthume, écrit à New York par une auteure en exil de son pays natal, Haïti ? Pourquoi une auteure méconnue en dehors de son pays et dont même le chef-d’œuvre, Amour, Colère, Folie, publié par Gallimard en 1968,a été retiré de la vente publique par crainte de la fureur d’un tyran, le terrifiant Papa Doc ?...Marie Vieux-Chauvet fut l’une des rares femmes à avoir trouvé le courage de critiquer sans réserve la violence de la dictature Duvalier, et en particulier les violences sexuelles qu’ont subies les femmes "

Non ? Oui ? Eh bien faut le lire ou le relire.  Parce qu'il s'agit des exactes et mêmes personnes  décrites  dans le livre comme des rapaces qui gèrent Haiti aujourd'hui.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents