Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Propriété ou justice à Baltimore ? -Par Michel Grangier

Publié par Michel Grangier sur 29 Avril 2015, 13:51pm

Catégories : #INTERNATIONAL

Sources : http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/04/28/a-baltimore-le-quartier-sandtown-panse-ses-plaies_4624674_3222.html

Sources : http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/04/28/a-baltimore-le-quartier-sandtown-panse-ses-plaies_4624674_3222.html

Ce qui me frappe dans ces événements, ce sont quelques réactions diffusées hier et aujourd’hui. Pour le Président Obama, « il n’y a pas d’excuse pour le type de violence auquel on a assisté aujourd’hui » ; « cette violence et cette destruction sont dénuées de sens ». Le maire de Baltimore, Stephanie Rawlings-Blake, reprend le même terme, « senseless ». Quant au Gouverneur Larry Hogan, il s’est engagé à ne pas tolérer que des bandes de casseurs « détruisent des propriétés » et a promis de restaurer l’ordre, parce que « les familles de Baltimore méritent la paix et la sécurité ». Bien sûr.

Ce n’est donc pas la mort d’un jeune Noir, prisonnier des gardiens de l’ordre public, qui préoccupe tous ces dirigeants, mais la destruction de la propriété : sa vie n’importe pas. Ces hauts responsables élus ne comprennent pas les comportements violents, l’expression de la frustration et de la rage face à l’injustice. Aucun n’envisage l’histoire de cette ville où l’on importait les esclaves, son passé de ségrégation, sa longue histoire de brutalité policière. Ils n’ont pas un mot sur l’envolée des inégalités économiques dans cette ville extrêmement pauvre et délabrée — le chômage qui atteint 30% dans le quartier qu’habitait Freddie Gray, les milliers de maisons abandonnées quand les propriétaires n’ont pu rembourser les banques qui réclamaient leur dû, les équipements collectifs qui ne sont plus entretenus…

1 commentaire à l'article :

"L'Amérique a inscrit dans ses gènes la violence qui la fascine au plus haut degré. Violence historique du pionnier envers les amérindiens, violence du plus fort qui impose au faible, violence sociale et économique. Il suffit de regarder la production hollywoodienne pour constater à quel point celle-ci est glorifiée dans sa narration pleine de testostérone du monde. L'attachement aux armes qui pourtant tuent régulièrement aux quatre coins du pays. Violence du pays même qui possédant l'armée la plus puissante du monde s'est autoproclamé gendarme planétaire et impose sa vision mortifère aux autres continents. Incroyable barbarie déguisée en civilisation de l'apparence. Richesses bâties sur le pillage qui va jusqu'à la destruction du vivant pour assouvir sa soif d'opulence. L'Amérique n'est pas un modèle.

Que compte la vie d'un Noir dans un état qui a connu comme le chantait Billie Holliday ces étranges fruits qui pendaient aux arbres. Voilà le vrai visage de ce pays où la ségrégation sévissait il y a encore si peu de temps. Obama n'aura été qu'une illusion à bien des titres mais la réalité fait que les classes sociales se distinguent encore en partie par la couleur de peau.

En ce qui nous concerne, le plus attristant est notre attirance pour cette vision idyllique qu'elle nous vend d'elle même. Nos pays européens s'américanisent et semblent sombrer dans ces même violences sociales et économiques. Nous n'avions pas besoin de cela, nous qui ajoutons cette violence à celles qui nous sont propres. Il serait utile de tourner nos regards vers d'autres modèles et pourquoi pas vers nous-même pour se rappeler combien l'héritage social du conseil national de la résistance, fort de l'expérience d'un conflit sans nom, avait su apporter de paix. "

Violence qui fascine les Etats-uniens et les Haïtiens des classes moyennes.

il est vrai que la plupart de ces personnes ont applaudi au cinéma le cowboy qui assassine l'Indien, comme ils l'auraient fait du maître Blanc qui torture l'esclave Noir.

Ces classes dites des élites haïtiennes ( grande bourgeoisie, classes moyennes supérieures et inférieures) ont deux modèles : les USA et la Frrance. Ils ont adopté les aspects les plus négatifs de ces deux cultures.

                                                                     

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents