Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Quand Raul Castro narre à Panama l'histoire des relations entre les USA et Cuba

Publié par siel sur 15 Avril 2015, 09:02am

Catégories : #NUESTRA AMERICA

Raul Castro Ruiz au VIIème Sommet des Amériques, Panama, le 11 Avril 2015.

Raul Castro Ruiz au VIIème Sommet des Amériques, Panama, le 11 Avril 2015.

Le 6 avril 1960, le sous-secrétaire d’État Lester Mallory décrivit dans un mémorandum pervers – je ne trouve pas d’autre qualificatif ! – rendu public des dizaines d’années plus tard, les visées du blocus : « La majorité des Cubains appuie Castro. […] il n’existe aucune opposition réelle. Le seul moyen prévisible de lui enlever cette assise interne est de provoquer le désenchantement et la désaffection basés sur l’insatisfaction et les difficultés économiques. […] …mettre en pratique au plus vite tous les moyens possibles pour affaiblir la vie économique de Cuba […] en refusant à Cuba de l’argent et des livraisons afin de réduire les salaires nominaux et réels, de provoquer la faim, le désespoir et le renversement du gouvernement. »

Le Venezuela n’est pas ni ne saurait être une menace à la sécurité nationale d’une superpuissance comme les États-Unis (applaudissements). Il est bon que le président étasunien l’ait reconnu.

Je tiens à réaffirmer notre appui le plus décidé et le plus loyal à la République bolivarienne sœur du Venezuela, à son gouvernement légitime et à l’union civico-militaire que conduit le président Nicolás Maduro, au peuple bolivarien et chaviste qui lutte pour suivre sa propre voie et fait face à des tentatives de déstabilisation et à des sanctions unilatérales dont nous réclamons la levée, de même que nous réclamons l’abrogation du décret de la Maison-Blanche, même si c’est difficile parce qu’il s’agit d’une loi, ce que notre CELAC considérerait comme une contribution au dialogue et à la compréhension sur le continent.

Je crois que, de tous ceux qui sont réunis ici, nous sommes de ceux qui connaissent le mieux la révolution au Venezuela, non parce que nous sommes là-bas ou que nous y exerçons une influence ou qu’eux nous racontent tout, mais parce qu’ils passent par les mêmes problèmes par lesquels nous sommes passés, nous, et qu’ils souffrent les mêmes agressions ou une partie des agressions que nous avons souffertes, nous.

Nous devrions tous redoubler d’efforts pour appuyer Haïti, en lui fournissant non seulement une aide humanitaire, mais aussi des ressources qui contribuent à son développement, et défendre l’idée que les pays caribéens fassent l’objet d’un traitement juste et différencié dans leurs relations économiques et reçoivent des réparations pour les dommages que leur ont causés l’esclavage et le colonialisme.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents