Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


"Sur ce coin de terre qui n'a vu naître aucun des Haïtiens qui ont créé cette nation" écrit Duval du Nouvelliste qui ne connaît pas son histoire

Publié par siel sur 8 Mai 2015, 12:29pm

Catégories : #REFLEXIONS perso

En effet, à partir des phénotypes identifiés par Thomas Madiou[xi], les 37 signataires de l’Acte de l’Indépendance sont 23 Mulâtres (62%), 13 Noirs (35%) et un Blanc (3%), c’est-à-dire les représentants des élites des anciens libres, des nouveaux libres et du bon blan nommé Mallet. La référence bossale constituant le noyau actif de la résistance anti-esclavagiste est effacée.

En réalité ce que fait là Duval, c'est ce que fait avec constance la majorité de ses collègues des média haïtiens : de la désinformation.

Il faut lire sa phrase en entier pour comprendre où il veut en venir.

 "Sur ce coin de terre qui n'a vu naître aucun des Haïtiens qui ont créé cette nation, il a toujours été un challenge de déterminer qui est haïtien et qui ne l'est pas, ou de se prémunir de ceux qui veulent l'être."  

Décodons :

1- M. Duval en affirmant faussement que ceux qui ont fondé Haïti ne sont pas nés " sur ce coin de terre" laisse entendre que personne ne peut se revendiquer d'être haïtien.

2- En prétendant qu'il "a toujours été un challenge  de déterminer qui est haïtien et qui ne l'est pas,.."

Duval laisse entendre qu'au cours des 211 ans d'indépendance la question de la nationalité aurait été une constance. Pas de quoi fouetter un chat donc. Ce qui est faux. Le problème s'est posé de manière aigüe avec Boyer et Duvalier tous deux soupçonnés d'avoir la nationalité française par leurs pères. Et récemment pour Martelly.

3-  "ou de se prémunir de ceux qui veulent l'être."  

C'est dans cette dernière séquence qui ferme une phrase particulièrement mal structurée que l'on voit où cet accouchement douloureux voulait en venir. Duval du Nouvelliste veut "vendre " (Courtoisie V. Numa de Vision 2000) au lecteur l'idée que depuis l'indépendance quasiment, l'Etat haïtien se serait donné des moyens pour empêcher que des personnes souhaitant obtenir la nationalité haïtienne ne puissent pas l'obtenir.
 
Le cas de Mme Martelly, et les questions qu'il soulève, serait donc somme toutes banal, un déjà vu, se plaçant dans une continuité  depuis la création de la nation.
 
Bien évidemment tout ceci est faux. L'affaire Luders montre précisément que ce Monsieur avait la double nationalité  et que c'est pour éviter de tomber sous le coup des lois haïtiennes qu'il a, lors du conflit avec les autorités, fait jouer sa nationalité allemande. 

Précisément, l'affaire Luders avec ses suites violentes -  menace de bombardement de l'Allemagne, capitulation du gouvernement haïtien, souillure du drapeau national par les marins allemands- illustre le pourquoi des précautions prises au niveau de la Constitution par rapport à l'octroi de la double nationalité.
 
Ajoutons, pour terminer, qu'au contraire des affirmations de Duval du Nouvelliste, la nationalité haïtienne a été généreusement accordée à des étrangers. Aux Juifs qui fuyaient l'Allemagne nazie , mais bien avant ça aux Polonais en général,  qui du fait de la participation à la guerre de l'indépendance d'un groupe des leurs,  pouvaient réclamer la nationalité haïtienne s'ils le désiraient.
 
De même pour les Noirs des USA et ceux des Antilles ( C'est ainsi que Duvalier François a obttenu la nationalité haïtienne); ainsi que bon nombre de gens originaires du Moyen-Orient.
 
Pendant la période des 29 ans de dictature, les fonctionnaires duvaliéristes haïtiens, qui considéraient l'Etat comme leur propriété privée, ont vendu à qui voulait payer des passeports haïtiens.
 
C'est aussi, sous ce régime de guignols sanguinaires, que  les Haïtiens détenteurs d'un passeport national, avaient obligation de demander un visa pour rentrer dans leurs pays. Du jamais vu  dans le monde ! 
 
C'est ainsi que des citoyens haïtiens se sont vus déniés le droit d'aller visiter leur pays et leurs familles; et que beaucoup d'entre eux ont opté pour une autre nationalité.
 
Enfin, tout récemment, un citoyen US Blanc  racontait qu'il avait payé pour obtenir un passeport haïtien. Le seul hic, c'est que par excès de zèle, la personne qui lui avait fait ce faux passeport, avait indiqué qu'il était né en Haïti. en contradiction avec ses papiers américains qui indiquaient les USA comme son lieu de naissance. Du coup, le passeport payé n'était pas utilisable.
 
Conclusion : M. Duval entend convaincre le lecteur que puisque les fondateurs de la nation n'étaient pas nés en Haïti ( ce qui est faux). Mme Martelly  étant née aux USA serait comme eux. Et, par conséquent, n'aurait pas à justifier de cette naissance en terre étrangère.
 
Mais nous avons l'habitude des rhétoriques spécieuses du baron Duval du Nouvelliste. N'était-ce pas lui qui déclarait qu'il fallait organiser l'émigration de manière à ce que au moins 150 000 Haïtiens, parmi les plus formés, quittent le pays  tous les ans, afin, disait dit-il, de maintenir le train de vie (sic) de l'économie haïtienne.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents