Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Ou est passé le groupe 184 et sa caravane de l'espoir ?

Publié par siel sur 8 Juin 2015, 15:16pm

Catégories : #REFLEXIONS perso

En 2003-2004 un groupe dit des 184, financé par l'UE et les USA, avec à sa tête l'actuel Premier ministre, M. Evans dit K-Plim et l'homme d'affaires, depuis silencieux comme une tombe ,M. Apaid, et regroupant tout ce que Haïti comprend comme associations et zentellectuels avait déclaré qu'il allait créer une caravane, laquelle sillonerait le pays dans le but d aller au devant de ses habitants et d'écouter leurs revendications.

Cette affaire de "caravane de l'espoir" s'est révélée être une "tôle rouge" avant la lettre. Elle n'aura jamais existé que dans la tête des professionnels ( ceux qui parlent et ne font rien) de l'humanitaire. 

 

Ce rappel pour les plus jeunes,  lesquels, selon les analyses hautement documentées des zentellectuels à partir de recherches fouillées sur le terrain, seraient totalement dépourvus de mémoire.

Explication :  ces gens-la , la populace, n'a ni maman, ni papa, ni famille, ni amis, susceptibles de leur narrer des événements qu'ils n'ont pas vécu.

 Ces jeunes-là n'auraient jamais entendu parler des macoutes, de l'armée, de leurs exactions sous la dictature des 2 Duvalier.

Tout simplement, selon ces zentellos,  parce qu'ils ne les auraient pas vécu.

Pas de transmission orale de génération à génération donc en Haïti.

C'est un cas exceptionnel. dans l'histoire universelle.

 Mais Haïti est d'essence exceptionnelle n'est-ce pas !

Pas comme les USA, qui se la jouent exceptionnels en positif, genre gardien du monde, mais exceptionnels en négatif, genre nation exceptionnellement pathétique (emprunt à l'écrivain Jean Métellus)

C'est avec cet habile tour de passe-passe que les zentellectuels en sont arrivés à expliquer le pourquoi et le comment de l'absence de réaction du peuple au retour de feu  Duvalier J-Cl en Haïti.

 

Ils ont oublié de mentionner que cette soit-disant amnésie n'était que le résultat d'une propagande par eux orchestrée visant à minimiser les crimes des 2 Duvalier, pour faire apparaître ceux qu'ils prétaient à Aristide et à Préval comme bien plus monstrueux.

"Aristide est pire que Duvalier" claironnait à l'époque sur toutes les radios de France un sociologue franco-haïtien, aussi remarquable que BHL, l'écrivain va t-en guerre français,  pour ses points de vue nuancés et objectifs.

En fait, brandir la supposée amnésie visait, pour eux, à cautionner l'amnistie  des  responsables des crimes des 2 Duvalier.

Amnésie et amnistie afin que reviennent les jours heureux d'avant 1986, n'est-ce pas !

Et il  en a été ainsi.

Les "bandi legal"  de couleur rose sont arrivés pour reprendre les affaires interrompues en 1986.

 

Si je soulève cette question,  c'est qu'il me semble que l'occasion leur est donnée,  à nos héroïques  missionnaires, aujourd'hui, 11 ans plus tard, de faire revivre leur projet.

Oui, après tout, pourquoi pas une caravane de l'espoir composée des zentellectuels et écrivains qui se pressent à la foire du livre en folie, pour sillonner la RD en vue d'apporter leur soutien indéfectible aux droits de l'Homme que la RD bafoue en toute impunité en décidant de déporter des gens habitant sur son territoire depuis les années 1930.

Et quelles gens !

Des coupeurs de canne esclavagisés qui ont fait fructifier l'économie de la RD, surveillés sour l'ère des Duvalier par des macoutes, achetés par la RD aux officiels  haïtiens, dont l'ex-ambassadeur Cinéas en poste en RD à l'époque, qui, selon une convention devait percevoir son dû pour cette vente.

Les zentellectuels ne courraient pas le risque de voir leurs ouvrages brûlés comme ceux de M.  Mario Vargas Lllosa, la majorité de leurs écrits étant  totalement inconnus des lecteurs de la RD, n'ayant pas été traduits en espagnol. 

Le seul vrai risque serait que cette caravane soit recue avec jets de pierre et insultes, les Dominicains, tout comme les Haïtiiens avec le duvaliérisme- bien que le culte de Trujillo soit interdit dans ce pays- restant imprégnés par l'idéologie anti-haïtienne et raciste de cet homme qui se se recouvrait le visage de poudre blanche - à son époque n'existait pas encore les crêmes blanchissantes- afin de camoufler son métissage.

 

Mais, imaginez les répercussions internationales !

Dans tous les média de la planète , la descritption de cette caravane de l'espoir composée de l'ensemble des primés/surprimés/déprimés allant rappeler aux autorités de la RD qu'ils sont solidaires des sans-voix, des damnés de la terre, des exploités.

Ca en aurait de l'allure !

Enfin, les zentellectuels transformés en intellectuels engagés montreraient à la face du monde qu'Haïti n'est pas le paillasson sur lequel chacun s'empresse de s'essuyer les pieds, mais une nation qui n'a pas oublié qu'elle est née de la lutte conte l'esclavage.

Et puis, quelle récompense pour les ego de ces hautes personnalités du monde intellectuel haïtien, un prix Nobel collectif ( pas de jaloux) pourrait leur être attribué.

 

Cette action gommerait celle odieuse, tèt kale/tèt an ba,  infantile et égotiste de leur boycott de la célébration des 200 ans d'indépendance d'Haïti.

Ils passeraient ainsi dans la postérité pour des héros et non pas pour ceux qui ont provoqué, appuyé un coup d'Etat devant mener à l'occupation du pays par des forces étrangères- dont celles de la France pour la première fois ( eh oui, encore une première fois peu glorieuse) du territoire national.

Mais bon,  faut pas rêver.

Pour avoir l'idée d'entreprendre ce type de manifestaiton à haute valeur symbolique, li faudrait commencer par avoir des idées.

Emprunter à un écrivain son titre c'est une  chose. Endosser son combat c'en est une autre.

Comme on dit : l'habit ne fait pas le moine, le rose ne fait pas le bonheur, les "tôles rouges" ne font pas des constructions.

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents