Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Qui va remplacer les coupeurs de canne en RD lors de la prochaine "zafra "?

Publié par Acento.com sur 23 Juin 2015, 12:15pm

Catégories : #AYITI-RD relations

Je me suis abstenue de lire les articles de Acento.com autour de la déportation des Haïtiens et des Dominicains d'origine haïtienne, à cause de la haine exprimée dans les commentaires. Faut pas être maso quand même.

De même que je zappe les niaiseries des partisans du régime Tèt Kale dont la teneur est essentiellement ordurière et/ou mensongère.

Un tout  récent article a attiré mon attention parce qu'il évoque la question que nous avions posée ici du versement des retraites aux coupeurs de canne qui ont travaillé parfois pendant 50 années dans les champs de canne.

Cinquante années de travail, des enfants nés dans les bateyes et tous sans aucun papier d'identité !

 

Je continue à penser que si l'Etat haïtien est copupable d'avoir vendu ces travailleurs sans les munir de papiers d'identité, la RD est encore plus coupable pour avoir accepté de fermer les yeux sur les employeurs qui font travailler ces illégaux.

La RD agit comme si elle n'avait pas encouragé et toléré cette migration nécessaire à son

économie. 

Elle diiffuse la fable d'un pauvre pays qui ne serait pas muni d'une armée pléthorique (du grec plétorikos : en trop grand nombre- cette parenthèse à l'intention de ceux qui refusent au créole un statut de langue parce que, disent-ils,  son vocabulaire comprend  trop de mots d'origine française).

La RD contiue à présenter à la face du monde, avec la complicité des autorités haïtiennes et des familles qui font dans le commerce d'importation, le scénario loufoque d'une "invasion " malgré elle.

Ce serait à son insu que les travailleurs haïtiens seraient arrivés sur son territoire. Alors que les documents d'archives  montrent les lettres de Trujillo et de Balaguer insistant- parfois sur un ton menaçant- pour que les gouvernements d'Haïti leur livrent des coupeurs de canne à chacune des récoltes.

 

Ce sont aussi les industriels du bâtiment et du tourisme qui ont encouragé cette migration. Pas seulement à coause du coût salarial bas et de l'absence de droits à la retraite (ayant  affaire à des illégaux), mais également pour les qualités de ces travailleurs.

Si dans l'ensemble de la Caraïbe, notamment aux Bahamas, cette migration a été favorisée, c'est que le courage, la fiabilité, le savoir-faire des employés haïtiens sont reconnus, au contraire de ce qui est dit et qui participe à la stratégie de démonisation de cette population  par les gouvernements , lesquels ont tout intérêt à faire dévier les frustrations de leurs citoyens vers des boucs émissaires  au profil parfait :  Noirs, pauvres et sans droits.

La majorité de ces migrants - en dehors de quelques cas montés en épingle dans les média- ne participent pas à la délinquance locale. D'ailleurs, les bandits locaux ne les laisseraient pas empiéter sur leurs territoires.

 

Le vice-ministre de l'Intérieur et de la Police de la RD a déclaré qu'était étudiée la possibilité de fournir des papiers aux travailleurs des bateyes et éventuellement le payement de leurs retraites  qui n'a jamais été versé par l'Etat.

Imaginez le bénéfice fait par la RD et ses industriels sur la tête de ces illégaux. Cinquante ans de travail et après ça : ciao et pas un sou pour assurer ses vieux jours.

Bravo ! Belle preuve de cupidité et d'inhumanité !

Maintenant après que Fernandèz, Medina avec la clique de l'extrême-droite ont pris cette décision de virer des 150 à 200 000 personnes dont celles vivant chez eux depuis 1929, ils se rendent comptent que les patrons de l'industrie de la canne ont toujours besoin des coupeurs de canne, les Dominicains se refusant à faire un travail réservé aux "inférieurs " Haïtiens.

 

Alors, les voici en train de manigancer un second plan. Après celui de la déportation viendrait celui de la régularisation des travailleurs nécessaires et indispensables, sans lesquels la canne risque de pourrir au soleil.

Ce nouvel épisode, démontre encore une fois, la complicité du gouvernement haïtien (et celle de l'opposition et celle de la société dite civile) qui après avoir traîné la patte pour fournir des papiers d'identité à ses nationaux sur place- bien qu'ils aient payé pour des passeports qui ne leur ont été jamais délivrés-  laissent le gouvernement dominicain seul maître dans le règlement de ce dossier.

Le fait est que la production agricole domincaine repose en grande partie sur la force de travail haïtienne. Le fait est que leur économie dépend en grande partie du marché de consommateurs haïtiens.

Données qui aurait  dû être un atout pour le gouvernement haïtien, s'il avait été réellement question pour lui d'apporter une aide aux migrants. Ce qui, à l'évidence, n'a jamais été le cas.

Voici un commentaire sur cette nouvelle direction prise par les autorités dominicaines, sous pression selon l'auteur des patrons d'industrie dénommés par lui  los Bruites (les brutes) :

 

 

El Ministerio de Interior y Policia ahora se pondrás al servicios de propietarios de ingenios , por que saben que LA ZAFRA de esos ingenios así como los que el Estado se propone crear están en peligro debido a que les faltara el componente mas importante de esa industrias capitalista ; LA FUERZA DE TRABAJO HUMANA, que está compuesta en un noventa por ciento (90%) por emigrantes haitianos y ascendientes de esos emigrantes nacidos en la,PENINSULA DE LOS BUITRES. 


LOS BUITRES PROPIETARIOS DE LA PENÍNSULA, ahora se han enterados que sin esa FUERZA DE TRABAJO haitiana , LA ZAFRA. Están en peligro y por tanto están en peligros los fondos invertidos en INGENIOS DE ESCLAVITUD , a los cuales los dominicanos desprecian , ya que no hay un solo empresarios que se atreva a llamar a los dominicanos a CORTAR CAÑAS, los dominicanos siempre han tenido la impresión que CORTAR CAÑAS es un trabajo para haitianos, así esta establecidos en la historia y continúa siendo parte del comportamiento de la fuerza de trabajo Dominicana, que no acepta hacer un trabajo que , debido a que sus descendientes nunca los hicieron, ni su ascendencia tampoco tiene pensado hacerlo, por que no es parte de su CULTURA, y tratar de cambiarles esa CULTURA puede provocar el retiro de la simpatía que supuestamente extiende a su ELITE GOBERNANTE, debido a que percibirán que se les esta degradándos su valor humano y su condición de seres superiores frente a los miembros de nacionalidad haitiana , como son los haitianos.


El trabajo de los ingenios en el CORTE DE LA CAÑA , es un trabajo que se realiza en condiciones del siglo XVII , donde todavía prevalecen LAS BODEGAS. Donde los trabajadores deben de comprarles a SUS AMOS las mercancías que LOS AMOS disponen para la ventas, siendo siempre a esas mercanlas peores, pero las que dejan el mayor beneficios a SUS AMOS. 
¿ Quienes cortaran las cañas ?
¿ cuáles serán las condiciones laborales en esos INGENIOS DE ESCLAVITUD ?
¿ llamará el Estado a su integrantes a que se integren al corte de la caña ?
¿ se integrarán los residentes donde están instalados esos INGENIOS DE ESCLAVITUD?
¿ contratará Ray Guevarra nuevos contadores de cañas ?
¿ Volverán los haitianos a que los engañen , los que ya los engañaron?
QUIEN ME ENGAÑA UNA VEZ, SIRVENGUENZA ES, Si ME ENGÑA DOS , SIRVENGUENZA YO , esa frase , siempre los PELEDEISTAS las escuchaban , pronunciada por el líder ; JUAN BOSCH ..... ¡ DEJÓ DE SER VERDAD ESE DICHO!
QLDSCUS.

Commenter cet article

E
Je suggere que vous alliez sur YouTube pour voir le.film "Sucre noir" qui a bien specifie qu au debut de la Zafra, les autorites dominicaines detruisaient tout document d identification que possedaient les travelleurs haitiens pris, en majorite, de force, afin de travailler dans les bateys.
Répondre
S
Merci, j'irai voir.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents