Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Pourquoi un recteur d'université privée veut-il devenir président de la république?

Publié par siel sur 17 Juillet 2015, 10:25am

Catégories : #REFLEXIONS perso

M. Lumarque

M. Lumarque

Si vous avez la réponse à cette question, transmettez-la moi.

Voici quelqu'un, patron d'une université privée (Kiskeya), qui par ailleurs est un grand ami de l'ex-président Préval qui le nomma - il y a qu'en Haïti que l'on voit de telles aberrations- à la tête d'une commission pour réformer...

Devinez quoi  ?

Le secteur privé de l'éducation qui occupe pratiquement tout le terrain et fait n'importe quoi  ?

Pa du tout.

L'éducation publique.

Préval aurait mieux fait de nommer ce monsieur à la tête d'une commission pour étudier le fonctionnement des écoles privées qui représentent plus de 80% de l'offre en matière d'éducation en Haïti, puisque M. Lumarque a une expertise dans le privé - et pas dans le public.

 

Quelles sont les qualités, les "achievements" de Lumarque pour prétendre à la présidence d'Haïti ? 

Vous me direz que, suite à la sélection de Martelly,  toute personne peut espérer être sélectionné par la CI. Il suffirait que dans son programme figure en priorité privatisations et carnavals qui, comme le disait M. Préval, sont incontournables.

Mais, il semblerait que le blan ne veuille pas plus de Lumarque que de Jude Célestin en 2010 et qu'il aurait passé consigne  au CEP pour que celui-ci soit exclu des candidats.

Malgré que Préval ait montré pattes blanches, banni Lavalas des élections, accepté la sélection de Martelly, le blan (Clinton and compagny) et les zélites du commerce des sweatshops et de l'importation ne lui font qu'une confiance relative.

Pourtant, Lumarque, le candidat de son parti "Vérité" a le look lisse et le background (pas d'engagement politique connu) qui devraient les rassurer.

Cependant, demeure la question de savoir pourquoi, diantre, un cadre d'université qui n'a jamais eu d'engagements politiques, inconnu du public , aspire à devenir président.

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents