Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Donald Trump : un révélateur - Par Max Angel

Publié par Max Angel sur 11 Août 2015, 10:10am

Catégories : #INTERNATIONAL

Cet article parce qu'il y a quelque chose de Martelly dans Donald Trump.

 

"Donald Trump détruit un peu plus la démocratie libérale et l'entraîne dans la fange."

Au delà de Martelly, ce constat est valable pour l'ensemble de la classe politique et des  élites haïtiennes ainsi nommées.

Qu'en pensez-vous ?

 

Pour ceux qui n'ont jamais développé de photo argentique, le "révélateur" est ce merveilleux produit qui permet de faire apparaître doucement ce que le papier photo a reçu de la projection du négatif. Moment de vérité. La photo est-elle bonne ? Comment puis-je l'améliorer ?

 

La présence de M. Donald Trump dans la course à l'investiture des républicains pour conquérir la Maison Blanche et devenir le Président des USA, est la parfaite image de ce qu'est devenue la démocratie non seulement aux USA, mais aussi dans toutes les démocraties libérales des pays "amis".

 

http://blogs.mediapart.fr/blog/iris-deroeux/070815/vous-reprendrez-bien-une-petite-droite

 

Milliardaire, se permettant de rater plusieurs "coups" qui auraient dû l'enrichir encore plus, il séduit la partie la plus conservatrice, la plus intellectuellement sous-développée, la plus stupide, la plus vulgaire de l'électorat. Sa gouaille, ses provocations, le font passer du stade de marionnette à celui de clown, et remise Sarah Pallin à une intello dont il veut reprendre à son compte les thèmes du Tea Party.

 

http://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/etats-unis-le-candidat-republicain-donald-trump-lache-apres-une-remarque-sur-les-menstruations-d-une-journaliste_

 

Après le "Caïman", Silvio Berlusconi et son double français, son "fils spirituel" Nicolas Sarkozy, Donald Trump détruit un peu plus la démocratie libérale et l'entraîne dans la fange.

 

Ce n'est jamais que la conséquence de la soumission de la politique au monde de la finance internationalisée. Un homme ou une femme politique ne sont plus, depuis longtemps - voir l'aveu de François Mitterrand à son épouse qu'il n'avait pas vraiment le pouvoir, devant obéir aux banques, aux lois du marché et aux traités mis en place - des gens qui choisissent une politique et la mettent en place, mais des fondés de pouvoir et des représentants de commerce.

 

Tsipras incapable de renverser la table et de dire "Ça suffit ! " Hollande reniant ses promesses, le lendemain de son élection. Angela Merkel obéissant aux diktats des fonds de pension. On a même vu un pays, la Belgique, continuer à vivre sans gouvernement pendant des mois.

 

En conséquence, toute la logorrhée des commentateurs, tous les articles, tout le bavardage des "politologues" et autres experts, ne constituent qu'un bruit de fond pour faire accroire aux pleupleus qu'ils ont le choix de désigner leur "maître"; serviteurs volontaires de leur propre exploitation, gogos complices de leurs malheurs, cocus pitoyables où l'on voit cette merveille de rouerie qui consiste à ce que des pauvres, des exploités, des chômeurs votent pour les responsables de leur malheur et de leur misère.

 

Le "capitalisme de la séduction" a engendré cette "démocratie de la séduction" où le bon mot, la blague, la galipette, l'élément de langage permettent de camoufler l'absence de hauteur de pensée, le mensonge érigé en dogme selon cette phrase célèbre de feu Pasqua : "les promesses n'engagent que ceux qui y croient". Le cynisme est de rigueur. Comme les chiens d'où le mot provient, ces candidats nous chient dessus et aboient en meute en essayant d'attirer nos suffrages.

SUITE  au lien :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents