Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Leonel Fernandez, ex-président de la RD sort à présent la carte du complot (mis à jour)

Publié par siel sur 10 Août 2015, 10:58am

Catégories : #AYITI-RD relations

Après l'opération Supplice, suivie de celles de L. Etienne et E. Boulos, (entre temps un M. Bertin s'est inscrit sur la liste des collabos),  les distractions orchestrées par Martelly, et de l'intervention récente de pasteurs haïtiens résidant en RD, après avoir dépensé des sommes coquettes en lobbying, Fernandez repasse à l'attaque, cette fois-ci, dans le registre du complot international. 

Citoyens dominicains, la nation est attaquée de toutes parts, la CI veut nous forcer à accepter tous les immigrés  haïtiens sur notre territoire !

Rien d'autre qu'une ènième niaiserie.

Leonel nie tout. Comme on pouvait s'attendre de la part de l'instigateur de la loi de régularisation portant dénationalisation rétroactive à 1929. NB : la loi a été rédigée sous Balaguer en 2004. Fernandez, durant ces 2 mandats,  l'a laissée en veilleuse. Par contre, avant de céder la place à Medina, il a nommé les juges de la Cour Constitutionnelle,  des fidèles à lui, qui voteront la loi et notamment son arrêt portant dénationalisation rétroactive.

Désigné dans son pays par le sobriquet Lie-onel ( de lie en anglais mensonge), M. Fernandez, fidèle à cette perception que les Dominicains ont de lui, invente maintenant un plan international pour forcer son pays à une amnistie migratoire et donner la nationalité à toutes les personnes nées en RD.

 

Depuis le début de cette affaire, les autorités de la RD jouent sur un amalgame entre le plan de régularisation des immigrés sans papiers et la dénationalisation de ceux nés sur son territoire à partir de 1929.

Personne, ni le gouvernement d'Haïti, ni les institutions internationales, ni les organisations n'ont jamais remis en cause le droit de la RD à régulariser son immigration.

Ce qui partout est critiqué est précisément cette dénationalisation sur laquelle, dans son long laïus, l'ex-président fait silence.

Donc, voici Fernandez qui lève un nouveau lièvre, celui des déportations qui auraient été suspendues pour cause de séisme et reprises par tous les pays concernés.

Mais que diable vient faire cette histoire de séisme avec la dénationalisation ?

Entretenir la confusion.

Fernandez prétend qu'il serait refusé le droit à la RD de déporter des illégaux haïtiens reçus après le séisme.

Mais encore une fois, qui lui refuse ce droit ? La RD n'a jamais cessé de déporter les illégaux.

Et encore une fois, quel rapport avec la dénationalisation  rétroactive à 1929 ?

 

 

 

 

 

En el caso específico de los nacionales haitianos, luego del terremoto se estableció una moratoria que detuvo temporalmente las deportaciones.

Leonel Fernandez compare sa loi aux mesures prises dans d'autres pays pour réguler l'immigration. Mais, il n'est pas foutu de citer un seul pays qui aurait décidé d'enlever la nationalité aux personnes l'ayant acquises avant le changement opéré dans la constitution, transformant le droit du sol en droit du sang.

Il cite les Bahamas, le Brésil, les Iles Turcos et Caïcos, les USA, le Canada comme pays ayant adopté des mesures strictes de déportation des illégaux haïtiens. 

D'accord. 

Mais ces pays-là ont-ils passé  une loi pour dénationaliser ceux qui avaient acquis la nationalité bahaméenne, brésilienne, canadienne, américaine ?

Ces pays ont-il décrété que les étrangers rentrés illégalement sur leur territoire  à partir de 1929 ou de x date, ainsi que leurs descendants, se verraient retirer la nationalité du pays d'accueil ?

Il n'y a aucune similitude entre la loi de dénationalisation de la RD et celles régissant l'immigration dans les pays cités.

D'ailleurs, leur truc à la RD est tellement absurde et criminel, que Medina s'était empressé de prendre un arrêt qui renationalise certains dénationalisés.

Ainsi, le gouvernement de la RD avait fait une super pub dirigée vers sa population et surtout vers la CI, en publiant dans le Listin Diaro les noms et coordonnées de 50 000 personnes ( gaspillage de papier) dénationalisées puis renationalisées.

Sur ces 50 000 personnes, il semblerait que, jusqu'à aujourd'hui, un nombre restreint ait pu recouvrer leurs papiers d'identité.

 

Fernandez dit que le monde entier ment qu'il n'y aurait pas de cas d'apatridie dans son pays. 

Que fait-il des personnes qui sont restées sans existence légale pendant presqu'une dizaine d'années ? Pourquoi ne pas les avoir déportées alors, puisque leurs noms étaient connus, leurs cedulas ( carte d'identité) ayant été saisies et retenues par les autorités dominicaines ?

Ces personnes n'ont pas été déportées en Haïti, parce qu'il aurait fallu que le gouvernement de la RD, qui antérieurement les avaient reconnus comme citoyens dominicains, fasse la preuve qu'ils ne l'étaient plus. 

Et ça, c'aurait fait un tollé international, ces Dominicains d'ascendance haïtienne ayant en leurs mains des photocopies de leurs pièces d'identité dominicaine avant que celles-ci n'aient été saisies par les autorités de la RD.

Que fait-il de celles qui sont nées dans les bateyes et n'ont aucune existence légale ?

 

Là où Fernandez joue sur du velours, c'est avec les pauvres Haïtiens des bateyes. Ces derniers pendant des générations ont fait l'objet d'un trafic entre la RD et Haïti.

Les deux pays sont complices.

Il n'y a pas de doute que les gouvernements haïtiens passés et présents maltraitent la population. S'ils s'étaient souciés de ces migrants, ils auraient fait en sorte de les rapatrier après chaque zafra. Ce n'était pas difficile : ces travailleurs étant rassemblés sur des plantations.

Mais, si ces coupeurs de canne n'ont  été  rapatriés par aucun des 2 gouvernements et qu'ils ont continué à travailler pour des patrons comme les Vicini, n'était-ce pas de la responsabilité du pays "souverain" de leur donner une existence légale ?

Etait-il juste que ce pays "souverain" ferme les yeux sur leur  statut d'illégaux sans exiger de leurs employeurs de se conformer à la loi ?

 

Fernandez a inventé un autre truc, à part la dénationalisation, c'est le transit -pas intestinal- mais national. A savoir  que les travailleurs des bateyes auraient été en transit sur le sol dominicain. Un transit qui dure depuis 1929. 

Donc, même si nées en RD, pas question de reconnaître leur présence, parce que transitoire de 1929 à 2013.

Et hop ! Une contorsion, un tour de passe-passe et l'illusioniste transforme les travailleurs haïtiens en un peuple d'invisibles. Sauf, bien entendu, quand il s'agit de couper la canne, de faire pousser cacao, café et autres cultures.

Les mouvements du gouvernement de la RD,  par rapport à cette loi de dénationalisation, rappellent ceux d'un raton laveur enfermé  dans une cage qui pédale à vide.

Un jour,  les Haïtiens sont des menteurs, un autre il se trouve  des alliés haïtiens genre Supplice and co, pour affirmer que tout est de la faute du gouvernement haïtien, un autre jour, il déforme les propos du secrétaire général de l'OEA pour se transformer en victime , un autre il réfute le rapport de cette même OEA, et enfin maintenant le voici qui mêle l'asile octroyé post séisme à son brouet.

Fernandez se contorsionne pour réaliser une comparaison mal venue, tèt an ba, entre son pays et d'autres au niveau de la politique de régularisation de l'immigration.

 

Bref, la question qu'on aimerait poser à Medina, Fernandez, le PLD, le cardinal raciste, les partis  d'extrême droite, à la population dominicaine dans son ensemble, c'est :

comment réagirait tout ce monde si, demain les USA, en imaginant que le pays soit gouverné par une personnalité d'extrême droite comme Donald Trump,  prenait une loi ôtant la nationalité US aux Dominicains et à leurs descendants rentrés sans papiers depuis 1929 et décidait de les déporter ? 

Vous savez combien de citoyens de la RD sont entrés illégalement aux USA depuis 1929 ? A ce nombre il faudrait ajouter leurs enfants et petit-enfants. 

Fernandez déclarerait-il à la nation que les USA sont un pays souverain, qu'ils font ce qu'ils veulent et que la RD est prête à accueillir les milliers de déportés dénationalisés ?

Mon oeuil. Il se battrait comme un beau diable, et à juste titre, pour démontrer l'iniquité de cette loi et sa composante raciste.

Commenter cet article

T
Quand quelqu'un est raciste,son attitude est comme un animal sauvage en cavale.Ils sont en retard de phase et depasses par les evenements.<br /> "Tel est prit qui croiyait prendre rasi dominicains"
Répondre
L
Tres bel article -Bravo !!!!
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents