Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Le dîner en blanc à Paris. Quelques réactions dans la presse

Publié par siel sur 12 Septembre 2015, 12:13pm

Catégories : #REFLEXIONS perso

Comme vous le savez, les entreprises de presse et de media dans la majorité des pays ont pour propriétaires des businessmen milliardaires, conservateurs, donc de droite.

Cependant, même si la censure s'excerce, elle ne l'est pas sur l'ensemble des sujets comme c'est le cas en Haïti où le black out est total.

On se doit d'admirer le dîner en blanc, on se doit de respecter Martelly même si lui, de son côté, se montre un président dépourvu de dignité et de respect.

On se doit de respecter les zotobre, fussent-ils des assassins parce qu'ils ont l'argent et les armes et peuvent vite fait, t'envoyer outre -tombe.

 

Ainsi, le journal Libération, dont les propriétaires sont les Rotschild, s'est autorisé à porter une critique sur le dernier dîner en blanc organisé à Paris, ce que, bien évidemment, le journal Le Nouvellist  ou les autres organes de presse haïtiens n'auraient jamais fait.

Il faut dire  contrairement même à la RD, qui selon une récente enquête est le pays où la population a le plus de sympathies pour les idées de droite dans l'ensemble de l'AM. du Sud et de la Caraïbe  ( Haïti n'est pas loin derrière) , il n'existe pas en Haïti  des intellectuels capables d'une relative indépendance.

Ben que, en RD comme en Haïti, la CI fait en sorte de pousser faire la porte de sortie toutes les têtes pensantes, dont les travailleurs syndiqués engagés dans la lutte pour la défense de leurs droits.

Les Haïtiens des classes moyennes, supérieures et associés  venant de milieux populaires en transition de changement de classe, ne comprennent pas grand chose à ce qui se passe dans le monde -  de même que Martelly, ils ne lisent pas-.

Ni à ce qui se passe en Haïti - ils prétendent que étant  les chefs, ils ont d'autorité la connaissance. Ce qui veut dire qu'ils regardent et les réalités du monde et celles d'Haïti à l'aune de leurs manques  intellectuels. C'est- à-dire que leur champ de vision est extrêmement limité- en réalité carrément borné.

 

Ce que chacun peut constater en lisant les commentaires aux différents articles écrits sur le dîner en blanc sur ce blog.

Il faut dire qu'en Haïti,  ils ont le champ libre pour faire l'économie de la critique et de la pensée. La majorité des zentellectuels,  totalement amarrés à leurs basques se placent dans la soumission.

Tandis que le peuple est, de son côté, complètement à la masse, abruti par les religieux qui lui promettent le paradis au ciel et lui réclament la dîme sur terre, par  les politiciens totalement opportunistes qui lui promettent le paradis sur terre et réclament leurs privilèges, par une classe dite des élites, en réalité formée principalement de commerçants de l'import, de managers de sweatshops qui, quant à eux, ne leur promettent rien et  ne s'intéressent qu'à  leurs porte-monnaie.

La jeunesse estudiantine ? Totalement déboussolée, sans repères ni idéologiques, ni intellectuels,  plutôt arrogante, axée principalement sur le départ d'Haïti et la rupture avec leurs milieux d'origine.

A cette jeunesse on ne peut lancer la pierre. Mme E. Supplice Beauzile, à la tête d'un parti qui se prétend socialiste, n'a t-elle pas fondé une bibliothèque pour honorer la cheffe macoutte Mme Max Adolphe ? Au lieu d'orienter les jeunes vers une rupture avec la dictature, voici que des politiciens (nes) pour des raisons purement éléctoralistes et d'argent, les guident de préférence vers l'acceptation de l'ignoble.

Nous ne saurons jamais, combien de fric Mme Supplice Beauzile personnellement à titer de cette opération de peinturlurage en rose de Mme Max Adolphe

Le titre  de l'article de Libé est : le dîner en blanc pas si propre que ça.

Vous pouvez aussi lire le commentaire sur le dîner en blanc de ce jeune homme à Paris :

WHITE POWER Un jeune homme au milieu de la foule, téléphone vissé à l’oreille observe la scène avec incompréhension. Il avait rendez-vous avec un ami. Il est habillé en blanc, « mais c’est un pur hasard, je viens de comprendre que je suis au dîner en blanc. » Il trouve ça « immonde ». « Tout ce blanc, ça me dégoûte. Il n’y a pas un noir, pas un arabe. Ils sont pour la Manif pour tous aussi, non ? ». On avait posé la question un peu plus tôt dans la soirée. Et Laurent, 25 ans, avait répondu : « évidemment ! ».

 

Bon. Il y a un truc qui échappe aux fanatiques du dîner en blanc, dîner de cons, c'est que cette manifestation qui se déroule entre riches, se fait également dans des lieux prestigieux à Paris, à Londres qui n'en manquent pas

Maintenant, dîtes-moi  quels sont les lieux prestigieux que vous allez trouver à Port-au-Prince, une ville sale et dont justement, les  riches haïtiens se foutent complètement de son état de délabrement ?

Ils se sont repliés cette fois-ci dans les jardins du Mupanah, un lieu qui aurait dû être ouvert plutôt à la méditation, au calme, à la lecture, etc.

L'année prochaîne, ils iront où ?

Au Triumph ? A l'hôtel Oasis, au Marriot, au Montana, dans les jardins de l'habitation Leclerc rénovée par Soros et Cie , sur le viaduc de Delmas  ?

Sont-ce là des lieux qu'on pourrait s'avancer à appeler prestigieux ?

La dite bourgeoisie haïtienne qui a refusé d'investir dans le pays veut imiter les capitales occidentales, mais son projet se heurte à l'absence de lieux prestigieux  en tous les cas dans la capitale. Elle peut se rabattre sur la Citadelle, sur Sans Souci...

On peut toujours vouloir péter et péter plus haut que son cul, mais la réalité vous rattrape.

S'il existe des milliardaires en Haïti - qui compte selon selon les rapports, les milliardaires les plus riches en $ dans la Caraïbe- il n'empêche que la capitale du pays, Port-au-Prince, figure parmi les plus sales de la Caraïbe. 

​Port-au-Prince n'est pas Kigali, capitale du Rwanda, un des rares pays du Sud, à organiser un dîner en blanc , le premier en Afrique en 2014, rassurez-vous , aussi con que celui d'Haïti.

 

 

dîner en blanc à Kigali, en 2014dîner en blanc à Kigali, en 2014dîner en blanc à Kigali, en 2014

dîner en blanc à Kigali, en 2014

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents