Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Lettre de Juan Bosch à trois intellectuels dominicains

Publié par siel sur 21 Septembre 2015, 11:26am

Catégories : #AYITI-RD relations

Cette lettre de Juan Bosch à 3 intellectuels dominicains est riche d'enseignement.

Il faut la lire.

Elle nous dit d'abord comment un intellectuel de gauche réfléchit.

Elle nous montre que  le sentiment anti-Haïtien en RD est très ancré.

Et que son expression actuelle ne diffère pas de celle d'autrefois.

Bosch relève dans ce texte la manipulation dont sont victimes les deux populations de l'île.

Diviser pour régner, mot d'ordre des élites de la RD et d'Haïti.

Nous n'allons pas revenir,sur  ce que tout le monde devrait savoir, sur les profits tirés par ces élites commerçantes et politiques des deux parties de l'île et sur leur exploitation éhontée des deux populations.

 

Le conflit actuel, l'excacerbation à couleur raciste, sont des produits fabriqués par ces élites de la RD et d'Haïti.

Donner aux Dominicains de l'Haïtien à manger, donner aux Haïtiens un sentiment d'infériorité par rapport à la RD a été une politique constante des commerçants et politiciens de ces deux pays.

Maintenant, l'administration Fernandez/Medina du PLD,  est allée tellement loin dans cette politique de démonisation des Haïtiens que les entrepreneurs locaux, qui ont  Haïti comme second marché, s'en inquiètent.

Ils préconisent, à l'heure actuelle, d'enlever à l'arrogant ministre des Aff. étrangères de la RD, M. Navarro, le dossier  parce que, disent-ils, avec les mesures prises par le gouvernement haïtien, en réalité par le chancelier qui mène sa barque tout seul, ils perdent des millions. 

Je vous écoutais vous exprimer, particulièrement Emilio et Marrero, presque avec de la haine envers les haïtiens, et je me suis demandé comment est-il possible d’aimer son propre peuple et déprécier celui de l’étranger ; comment est-il possible d’aimer les enfants de l’un tout en haïssant ceux du voisin sim­plement parce qu’ils sont les enfants des autres.

Je crois que vous n’avez pas médité sur le droit d’un être humain, qu’il soit haïtien ou chinois, à vivre avec un certain minimum de bien-être indispensable afin que la vie ne se soit pas un fardeau insuppor­table ; que vous considérez les haïtiens comme moins que des animaux parce qu’aux porcs, aux vaches et aux chiens, vous ne leur niez pas le droit de vivre …

Mais je crois aussi – et j’espère ne pas me tromper – que vous souffrez d’une confusion ; que vous vous avez laissé le jugement vous détourner par ceux qui, en Haïti et en République Dominicaine, utilisent les deux peuples pour leurs avantages personnels. Parce que c’est qui se passe, mes amis. Si vous me permet­tez de vous l’expliquer : Les dominicains et les haïtiens ont vécu depuis la découverte jusqu’à aujourd’hui – ou depuis qu’ils se formèrent jusqu’à cette date – également soumis en termes généraux.

http://lenational.ht/lettre-de-juan-bosch-a-trois-intellectuels-dominicains/

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents