Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Mario Dupuy, un Gnbiste infiltré chez les Lavalas ?

Publié par siel sur 20 Septembre 2015, 11:53am

Catégories : #AYITI ROSE RAKET

Mario Dupuy a été le porte parole du gouvernement d'Aristide au cours de la période où ce gouvernement attaqué de toutes parts  par ses anciens amis et ses ennemis de toujours, fut, suite à un coup d'Etat dit "démocratique", mis à bas.

Il paraîtrait, je n'ai pas suivi l'affaire, que M. Dupuy était considéré par ceux qui l'emploient aujourd'hui comme un extrémiste, une chimère, un Hutu, un disciple d'Attila, tant était décriée sa défense du gouvernement d'Aristide.

Martelly, adversaire de ceux qu'il dénomme les 100%kk,  le nomma ministre de la Culture. Il  en profita pour l'humilier en public lors d'une visite à la Citadelle.

Faible avec les forts et fort avec les faibles comme à son habitude.

Et, par la même occasion il s'offrira le luxe, conduisant comme un dément sa motopolaris, de provoquer un accident qui fera un grand nombre de victimes.

Drame que la presse écrite et les radios haïtienne s'empresseront de ne pas relater.

Silence, le chef tue.

Dans les réseaux sociaux, on applaudira au grenn-nanboundaisme de Martelly et on accusera les victimes de l'accident de s'être, en tant que bossal /sansal agglutinés au bord de la route pour voir passer la caravane des tèt kale.

Pourtant, l'une des victimes  du droit du président à prendre son plaisir sur sa moto, était une jeune fille, frappée, alors qu'elle se trouvait à l'intérieur de sa maison par une des pièces de motopolaris projetée dans l'espace.

Cette enfant bossal/sansal, cette kongo 100%KK, se trouvait tout bonnement à l'intérieur de son ajoupa quand l'un des projectiles lui enleva la moitié du visage.

Aucun, mais aucun journaliste, ni homme politique, ni association ne se sont jamais intéressés au sort des victimes de l'accident provoqué par le chef des Haïtiens roz à la tèt kale.

Ecoeurant.

 

Le chef ayant été sélectionné par le roi et la reine d'Haïti, M. et Mme Clinton, il ne restait plus qu'à la fermer, sous peine de perdre son boulot, de subir des représailles, voire d'être disparu,  ou de bing bang ! - et te voici au pays sans chapeau sans avoir eu le temps de rédiger ton testament.

Selon certaines sources - vla t'y pas que j'utilise le vocabulaire d'Haïti Observateur- Mario Dupuy n'aurait pas changé de camp, il aurait été depuis toujours un inflitré chez les Lavalas.

Ce qui donne lieu à quelques questions :

Comment se fait-il que le gouvernement d'Aristide ait pu faire confiance à un tel personnage jusqu'à le placer au poste stratégique de porte-parole ?

Le parti Lavalas  en a t-il tiré des leçons ?

Quelles sont les garanties que d'autres Dupuy ne se trouvent pas en ce moment même au coeur de l'appareil Lavalas et, qui plus est, dans des postes stratégiquement déterminants ?

 

Le cas de Dupuy n'est pas nouveau. L'extrême droite haîtienne, soutenue par la CIA, a toujours infiltré les mouvements de gauche. Et c'est ainsi partout dans le monde. Haïti n'est pas une exception

Regardez Ménard ex-patron de Reporters Sans Frontières, financé par la droite des USA, gourou des Gnbistes haïtiens en 2003/2004 et actuellement maire de Béziers et affilié à l'extrême droite, au FN.

Les photos montages de Ménard sont la réplique de ceux des gnbistes qui utilisaient des images d'enfants soldats du Libéria pour les faire passer pour des gamins armés par Aristide.

Le parcours de Mario Dupuy n'est pas essentiellement différent de celui de M. Ménard et de ceux qui se réclamaient de la gauche- voire du marxisme- passés avec armes et bagages au grenn-nanboundaisme, puis au tèt kale.

La gauche haïtienne, tant vilipendée par les zentellectuels gnbistes,  boycotteurs de la commémoration des 200 ans d'indépendance d'Haïti, a été massacrée par des divisions souvent orchestrées par des infiltrés financés par la CIA. Et ceci, depuis l'époque de la résistance à la dictature duvaliériste.

Et, comme on l'a vu plus récemment en 2003/2004, par l'Union européenne, l'IRI, la NED. En un mot  par l'ensemble de ceux qui se sont toujours montrés des "amis d'Haïti" depuis son indépendance en 1804.

Et, bien entendu, les collabos locaux qu'il n'est point nécessaire de nommer. Tout le monde les connait puisqu'ils ont beaucoup fait parler d'eux.

Ces collabos, qu'ils aient été adoubés par la CI, ou qu'ils se prétendent grands poètes, écrivains, artistes,  sociologues, historiens, intellectuels ont joué le même rôle que ceux qui ont été utilisés pour saper la résistance au duvaliérisme.

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents