Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Pour une Haïti libre et souveraine. Pétition contre la présence de la Minustah

Publié par siel sur 28 Septembre 2015, 12:48pm

Catégories : #AYITI ACTUALITES

Sources :1- canalplushaiti.net; 2- haitiinfos.net
Sources :1- canalplushaiti.net; 2- haitiinfos.net

Sources :1- canalplushaiti.net; 2- haitiinfos.net

NON PAS EN NOTRE NOM

Que les troupes partent et que cesse une fois pour toute l’occupation d’Haïti!

Nous, mouvements, organisations, réseaux et personnalités provenant de différents pays qui constituent les Nations-Unies, selon sa Charte, nous nous adressons une fois de plus au Conseil de Sécurité, en particulier les Gouvernements des Etats-Unis d’Amérique (USA) et de la France; aux Gouvernements des pays dits “Amis d’Haïti” et tous ceux qui participent ou appuient la Mission des Nations-Unies pour la Stabilisation d’Haïti (MINUSTAH); aux organismes multilatéraux tels que l’OEA, le FMI, la Banque Mondiale, la BID, UNASUR, CARICOM, CELAC; aux organes concernés de l’ONU et à tous les États membres, pour exiger, une fois pour toutes, le retrait des troupes de la MINUSTAH et qu’ils mettent un terme à toute occupation d’Haïti.

Depuis plus de onze (11) années, nous avons entendu toutes les excuses présentées pour tenter de justifier le fait de piétiner la souveraineté du peuple haïtien et la violation de son droit à l’autodétermination. Il est temps de cesser les mensonges, les illusions pour écouter enfin la voix des communautés et les organisations haïtiennes qui réclament le respect de leur dignité de peuple, leurs droits et leurs capacités.

Haïti n’est pas une menace pour la paix et la sécurité hémisphérique, comme le prétend le Conseil de Sécurité chaque 15 Octobre au moment du renouvellement du mandat de la MINUSTAH. LA MINUSTAH n’est ni une mission de paix, ni une mission humanitaire, tel qu’on voudrait la présenter. Elle est une force d’occupation externe qui au nom des Nations-Unies travaillent pour les intérêts des États-Unis et des grandes puissances. Nous dénonçons le rôle des gouvernements des pays du Sud qui ont accepté de cette façon de servir (défendre) les intérêts des pays plus puissants tels que les USA, la France, et le Canada qui, durant plus de deux (2) siècles et sous différentes formes d’occupation, continuent à chercher à contrôler Haïti et lui faire payer une dette odieuse pour avoir été le premier peuple à se libérer de l’esclavage et universaliser les droits humains.

En outre, la MINUSTAH a échoué, avec un coût incommensurable, en relation avec les objectifs pour lesquels elle était mise en place. Sans chercher trop loin, l’ONU et l’OEA, le dénommé CORE GROUP de la « communauté internationale », ont orchestré la manipulation scandaleuse des élections présidentielles de 2010/2011, encouragé durant quatre (4) années le report des élections législatives et locales qui sont une obligation faite par la Constitution haïtienne et maintenant ils continuent de voir comme une “importante avancée” le scrutin du 9 Août dernier, en dépit de toutes les formes de violence et d’irrégularités dénoncées par des organisations haïtiennes concernées, au cours duquel seulement 18% de l’électorat a voté – mettant clairement en question, pour le moins, la légitimité et la crédibilité des résultats et la suite du processus.

La MINUSTAH a été et continue d’être la responsable d’innombrables violations des droits humains fondamentaux de la population haïtienne, entre autres, le viol et les abus sexuels sur les femmes, les filles, les enfants et les jeunes. Elle a introduit le choléra qui a occasionné, à date, la mort de plus de 8,000 personnes et 700,000 autres infectées. Pire encore, c’est le prétexte de “l’immunité diplomatique” derrière laquelle les Nations-Unies et tous les Gouvernements et Institutions qui l’intégrent se donnent eux-mêmes pour bénéficier de l’impunité pour leurs crimes.

Nous n’acceptons aucunement qu’en notre nom, au nom des Nations-Unies, une poignée d’intérêts impérialistes cherche à imposer sa volonté sur un peuple souverain. Nous refusons qu’en notre nom ils continuent à violer la dignité et les droits du peuple haïtien, à commencer par son droit à l’autodétermination.

En ce sens, nous exigeons encore une fois le retrait immédiat d’Haïti des troupes (forces) étrangères d’occupation, la fin de la MINUSTAH et de toute forme d’occupation étrangère. Nous exigeons que les Nations-Unies et tous les Gouvernements participant à la MINUSTAH donnent l’exemple, reconnaissant leurs responsabilités dans les graves violences contre le peuple haïtien, se soumettant à la justice et s’assurant de la réparation pour les crimes commis. En ce sens, nous appuyons sans réserves la recommandation de l’Expert indépendant des Nations-Unies sur Haïti et les Droits Humains, qui, il y a deux (2) ans, a proposé la “création d’une commission de réparation pour les victimes du Choléra qui permettrait de faire un inventaire des dommages, offrir les indemnisations ou les compensations nécessaires, identifier les responsables et éradiquer l’épidémie, entre autres mesures.”

Enfin, nous lançons un vibrant appel aux organisations sociales de notre région, ainsi qu’à la communauté internationale, aux organismes multilatéraux à vocation universelle et régionale qui ont pris part, d’une manière ou d’une autre, aux différentes étapes de cet infâme processus en Haïti, pour qu’ils adoptent des mesures authentiques et réelles de solidarité avec le peuple frère d’Haïti, liées au respect indéniable à la souveraineté et l’autodétermination, dans le but de renforcer et augmenter les expériences de coopération et de construction d’un pouvoir populaire qui sont déjà en cours en Haïti. Vive une Haïti libre et souveraine!

-Septembre 2015

 

Ajoutez votre signature, en envoyant un courriel à: haiti.no.minustah@gmail.com

 

Premières Signatures :

Entités regionales d’Amérique latine et Caraïbes Jubileo Sur/Américas (JS/A) - Serpaj América Latina-CLA - Plataforma Interamericana de Derechos Humanos, Democracia y Desarrollo (PIDHDD) - Articulación Continental de los Movimientos Sociales hacia el ALBA - CADTM-AYNA - Movimiento Mesoamericano contra el Modelo extractivo Minero (M4) - Red Latina sin fronteras – Escuela de las Américas/School of the Americas Watch (SOAWatch) - Sociedad Latinoamericana de EconomÍa Política y Pensamiento Crítico SEPLA

 

Entités nacionales et locales

Comité argentino de solidaridad con Haití por el retiro de las tropas y el fin de la ocupación - Diálogo 2000/Jubileo Sur Argentina - Servicio Paz y Justicia Argentina - Central de Trabajadores de la Argentina (CTA) Autónoma - Unidad Popular en el Frente Popular – Movimiento por la Unidad Latinoamericana y el Cambio Social (MULCS) – Coordinadora uruguaya por el Retiro de las Tropas de Haití - Jubileu Sul Brasil - Servicio Paz y Justicia, Nicaragua – Acción Ecológica,  Ecuador – Grupo Tortura Nunca Mais-Rj, Brasil – Instituto Ecuménico de Servicios a la Comunidad, Honduras – Políticas Alternativas para el Cono Sur PACS, Brasil - Red de Ambientalistas Comunitarios de El Salvador RACDES -

 

Adolfo Pérez Esquivel, Premio Nobel de la Paz – Nora Cortiñas, Madre de Plaza de Mayo Línea Fundadora – Mirta Baravalle, Madre de Plaza de Mayo Línea Fundadora -  Elia Espen, Madre de Plaza de Mayo Línea Fundadora – Frei Betto – Vicente ZitoLema, escritor, personalidad destacada de los DD HH de la Ciudad Autónoma de Buenos Aires - Alfredo Grande, psicoanalista director…

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents