Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Tiens, tiens, Donald Trump irrite les Latinos avec sa proposition de changer le droit du sol par le "jus sanguinis"

Publié par siel sur 17 Septembre 2015, 10:32am

Catégories : #AYITI-RD relations

Dans l' un de mes textes sur la dénationalisation des Haïtiens présents sur le territoire de la RD à partir de 1929, je signalais qu'il ne serait pas étonnant que Donald Trump suive les traces de la RD et popose une révision de la constitution des USA  afin de transformer le droit du sol en droit du sang.

Je notais également que les premiers qui seraient touchés par cette nouvelle loi, seraient les Latinos et bien entendu, parmi eux, les Américains originaires de la RD.

Donald Trump ne fait pas aussi fort, ne va pas aussi loin dans l'absurde et l'ignominie que l'administration de la RD : il ne préconise pas d'enlever la nationalité à ceux entrés illégalement aux USA qui l'auraient obtenue par la suite, et à leurs descendants.

Pour l'instant, il se contente d'exiger que pour obtenir la  nationalité US, il ne suffirait plus d'être né aux USA mais qu'il faudrait avoir un parent américain.  

Une fois président, il pourrait passer, comme Fernandez et Medina avec les Haïtiens nés en RD,  à la déportation de milliers de personnes.

Donald Trump a récemment souhaité l'abolition de ce bénéfice pour laisser place au « jus sanguinis », droit du sang, selon lequel seul un enfant d'un parent déjà étasunien serait doté de la nationalité.

Comme je le disais dans un autre article  daté du 10 août 2015 (j'en ai pondu des articles sur cette question !)  les Latinos visés les premiers par une telle  mesure crieraient au scandale.

"Comment réagirait tout ce monde si, demain les USA, en imaginant que le pays soit gouverné par une personnalité d'extrême droite comme Donald Trump,  prenait une loi ôtant la nationalité US aux Dominicains et à leurs descendants rentrés sans papiers depuis 1929 et décidait de les déporter ? ...Fernandez déclarerait-il à la nation que les USA sont un pays souverain, qu'ils font ce qu'ils veulent et que la RD est prête à accueillir les milliers de déportés dénationalisés ?

Mon oeuil. Il se battrait comme un beau diable, et à juste titre, pour démontrer l'iniquité de cette loi et sa composante raciste."

 Eh bien, c'est ce que l'on constate : ils se battent.

Le chanteur portoricain Romeo Santos a récemment donné un concert à Brooklyn, aux États-Unis. Sur scène, il a entonné une de ses récentes créations, Fuck Donald Trump . La chanson vise à critiquer le politicien. Romeo Santos chante, entre d'autres insultes, « tu as un problème avec les Mexicains mais ce sont eux qui construisent tes putains d’immeubles. »

Il n'y aura pas de chanteur haïtien, la plupart d'entre eux trop occupés à carnavaler et gouyader avec le président rose, pour dire à Navarro, l'arrogant chancelier de la RD : « tu as un problème avec les Haïtiens mais ce sont eux qui construisent tes putains d’immeubles. » Et aussi "qui coupent ta canne et récoltent ton café et ton cacao."

J'avais évoqué l'effet boomerang, vous savez, cet instrument qui lancé au loin revient vers vous.

Le gouvernement de la RD, ainsi que la fraction de la population qui soutient l'arrêt fascisant portant dénationalisation des Dominicains d'ascendance haïtienne, ont tablé sur la faiblesse du gouvernement haïtien, celle de l'opposition - toutes tendances confondues- de la société civile et sur le silence des USA.

Qui ne dit rien approuve.

Cependant, ils ont oublié de vérifier une information présente dans le disque dur des peuples du Sud.

A savoir, que quand les Occidentaux approuvent une loi injuste, c''est qu'ils se gardent en réserve le droit de l'utiliser contre ceux-là mêmes qui ont érigé cette loi.

Ce procédé a été utilisé en maintes fois. C'est habile, puisque le bourreau transformé en victime n'a plus qu'à se taire.

Demain, s'il arriverait que Trump, devenu président des USA, dénationalise les Américains d'ascendance latino, dont les Dominicains, rentrés sur le territoire des USA sans papiers et les déclarent en transit depuis 1929, il pourra arguer qu'il ne s'agit point de racisme et que d'autres comme la RD l'ont fait avant lui.

C'est assez étrange, qu'un pays comme la RD qui détient une forte population d'émigrés et qui compte sur leurs transferts pour, comme dirait le baron Duval du Nouvelliste,  maintenir le train de vie de l'économie du pays, se lance dans une telle aventure fascisante sans avoir mesuré que sa propre population pourrait en subir les conséquences sous d'autres cieux.

 

Luis appréhende également la montée du nationalisme et affirme que « l'idée que les Mexicains vont envahir les États-Unis pour s'emparer du contrôle du pays existe, il faut la prendre très au sérieux. »
« Trump représente un groupe de population historiquement présent aux États-Unis. Celui qui "défend" les intérêts du pays à travers le racisme ».

On pourrait reprendre presque mot pour mot ces paroles en remplaçant Mexicains par Haïtiens et Etats-Unis par RD.

« l'idée que les Haïtiens vont envahir la RD pour s'emparer du contrôle du pays existe, il faut la prendre très au sérieux. »

Remplacer Trump par Trujillo, Balaguer, Fernandez, Medina, le cardinal raciste, le courant de l'extrême droite

« Trujillo,  Balaguer, Fernandez, Medina, le cardinal raciste, le courant de l'extrême droite représentent un groupe de population historiquement présent en RD. Celui qui "défend" les intérêts du pays à travers le racisme ». 

Etre "indio " c'est un label formidable au pays. Dommage pour la RD que cette ethnie inventée par Trujillo,  ne soit pas  reconnue comme une marque déposée aux USA. 

En tous les cas bienvenue et courage aux Latinos dans la lutte contre le racisme, celle que mènent actuellement les Haïtiens contre la décision 168-13.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents