Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


En Haïti les forces du "faire noir" et leurs alliés de la CI s'activent... (récente mise à jour)

Publié par siel sur 30 Octobre 2015, 11:17am

Catégories : #REFLEXIONS perso

Il y a un seul  problème  clamait le sociologue, en 2004, sur les radios françaises: " Aristide est le problème !".

Quelques 15 ans plus tard, le problème de barrer la route à Lavalas à tout prix revient.

Ayant assassiné un grand nombre de militants de ce parti depuis les années 1991, fait fuir une autre partie, ayant exclu le parti pendant 15 ans, les forces du "faire noir" et leurs alliés croyaient en avoir fini avec lavalas.

Las ! Le plan n'avait pas prévu que ces gens-là,  pourraient faire des enfants qui, de plus, adopteraient les convictions de leurs parents. Et que, 15 ans plus tard, ceux qui avaient dix ans en 2004 en avaient aujourd'hui 25 et  l'âge de voter.

 

Comme, il n'est point du domaine du possible de les enfermer tous dans des containers et de les jeter à la mer.

Ni de les faire se battre entre eux jusqu'à ce que mort s'en suive dans les bidonvilles pour la place d'employés des grands dealers de drogue.

Ni de les envoyer tous se faire voir à l'étranger pour "maintenir le niveau de vie de l'économie haïtienne "( courtoisie Baron Duval du Nouvelliste).

Ou de les faire disparaître à l'occasion d'un séisme mille et une fois prévu et annoncé par l'ingénieur Prépetit, grand divinô en matière de tremblement de terre - et même que le Japon voudrait lui offrir un pont d'or pour qu'il aille là-bas leur annoncer heure/jour/mois/année de la catastrophe à venir.

Il reste une option : le gouvernement de transition. Ne vous y trompez pas les fraudes sont  sans doute vraies, mais elles l'étaient également lors des législatives du 9 août.

Les dénonciations qu'on entend aujourd'hui à babord et à tribord ne s'étaient pas faites entendre avec autant de virulence le 9 août. Le blan ayant décidé que ces fraudes-là comptaient pour du beurre. Et que, ma foi, des hommes armés devant des bureaux de vote c'était anecdotique et que tout s'était déroulé de manière "satisfaisante". Alléluia, Dieu est grand et Mohamet est son prophète !

Mais voilà, les perspectives ont changé du tout au tout.

CNN donne 45% de voix à Maryse Narcisse  .

Tèt Kale aurait de son côté procédé à des fraudes : bourrage d'urnes et achat des votes.

Ce qui devrait aboutir à un deuxième tour entre Jovenel Moïse et Mme Narcisse.

Dans cette hypothèse, si le blan n'intervient pas dans le comptage des voix,  Mme Narcisse serait élue, vu l'absence de popularité de Jovenel Moïse.

Alors, pour ces groupes, associations et partis gnbistes, il reste une carte à jouer celle du gouvernement de transition, seul capable de barrer la route à Lavalas.

D'où cet appel à Moïse Jean-Charles de se retirer de la course dans l'espoir d'une annulation du scrutin du 2ème tour.

 

Michel Martelly a choisi le rose comme couleur pour masquer son idéologie politique mortifère.

De même que son  gouvernement a badigeonné de couleurs attrayantes les murs du bidonville de Jalouzi.

A Jalouzi, la population n'a toujours pas accès à l'eau, à l'électricité, au tout à l'égout, aux services de base en général et survit dans la misère et la crasse derrière les murs colorés.

Cette politique du paraître et du camouflage est un héritage direct des 2 Duvalier. Leslie Péan en parle fort bien ici.

C'est ainsi, que les Haïtiens qui ignorent leur histoire passée et encore moins la contemporaine, répète sur tous les tons "di tan divalyé" les rues étaient propres. 

Certes, mais quelles rues ?

 

Et comme ils sont fâchés avec les faits et les chiffres, ils ignorent quel était le taux d'alphabétisation, de mortalité infantile, le niveau d'espérance de vie, la malnutrition à la fin de la dynastie en 1986.

Ils ont oublié - en fait n'ont pas connaissance, faute d'archives dans ce pays- les photos qui à cette époque faisaient le tour du monde montrant des jeunes Haïtiens, aux corps décharnés comme s'ils sortaient d'un camps de concentration, pour vendre leur sang pour 2 gouden.

Ils sont indifférents aux images du couple de dictateurs Bennett/Duvalier, lançant de leurs voitures des gourdes aux gens.

Ils n'ont pas regardé la condition de délabrement physique de ces personnes courant derrière la voiture des chefs pour tenter de ramasser un billet.

Ils ne comprennent pas que des dirigeants qui se conduisent ainsi envers leur peuple, en leur jetant quelques billets comme on lance des os à une bande de chiens affamés, est inique.

Et que ce reportage qui a fait le tour du monde donnait de tout Haïti, dirigeants et peuple, une image dégradante.

Eux, ces gens-là, ce spectacle loin de les révolter, les amusait.

Les valeurs sont tellement tête en bas dans ce pays, qu'ils en tiraient même une fierté.

Regardez comme nos dirigeants sont grands,  gras, beaux et riches, ils passent en limousine et jettent dans la rue des billets de banque.

Regardez comme le peuple est content, il court joyeusement et se bat pour ramasser les billets.

Ah, comme a dit sans vergogne, le ministre des Haïtiens vivant à l'étranger au micro de RFI récemment : c'était merveilleux: "Le pays n'avait pas de problèmes."

Okay. Et comment expliquer ces milliers d'Haïtiens vendus à la RD pour aller couper la canne ? Comment expliquer que Haïti était et reste le seul pays au monde à avoir pendant la dictature des Duvalier exigé un visa pour l'entrée de ses propres ressortissants dans leur pays ?

Si tout était si merveilleux pourquoi donc réclamer à ceux qui s'étant absentés, même pour un court séjour à l'étranger, un visa pour retourner dans ce paradis ?

Pourquoi, avoir restreint les déplacements  des citoyens par l'installation de check points et exiger des autorisations du ministère de l'Intérieur pour se déplacer à l'intérieur du pays ?

 

C'est ce système de restriction des droits des citoyens et de leur emprisonnement à ciel ouvert, de captation des ressources de l'Etat, de gangstérisme que les héritiers des Duvalier, un ensemble disparate qui comprend aussi bien des ex-opposants au duvaliérisme ( certains gnbistes comme K-Plim) bambochant et pillant les caisses de l'Etat  avec leurs anciens bourreaux et les enfants de ceux-ci.

Le coup de 2004 était une atteinte à la démocratie. Ca tout le monde le sait. Mais le plus grave  -vous me direz que c'est toujours le cas partout dans le monde quand les forces du "faire noir" prennent le pouvoir- c'est cette négation des valeurs qu'il a induite.

Je m'explique : l'association de militants anti-duvaliéristes avec des hommes tels que Chamblain, Ravix Rémissainthe, "Grenn Sonnen", montrait à la population que les valeurs morales, éthiques, de justice n'avaient pas de place dans cette société.

La réussite du coup n'est pas si tellement la chute d'Aristide, la répression contre ses partisans, mais le coup porté à l'ensemble des valeurs pour lesquelles se sont battues et sont mortes des milliers de personnes.

 

A partir de cette banalisation du crime et des criminels, le terrain était prêt pour la sélection d'un Martelly à la tête de l'Etat.

Il fallait les entendre, les barons de Vision 2000   V. Numa et Duval du Nouvelliste chanter les louanges de "Haïti is open for business", la "sollicitude " de Martelly.. "Jamais aucun président d'Haïti n'avait montré une telle sollicitude envers la population", clamait  Duval dans un de ses édito, alors que Martelly ne faisait que distribuer des maillots de foot de l'équipe du Brésil à des gens. Ce qui, par ailleurs, n'est point le rôle d'un président.

A mon avis - et ce n'est point pour leur enlever leur  part de responsabilité dans la mise en oeuvre de cette régression- de nombreux 'étudiants ne possédaient pas les moyens intellectuels pour comprendre dans quoi ils s'engageaient et les répercussions à long terme de cet engagement.

Par contre, je reste convaincue, et la lecture des mails de R. Boulos à l'administration US renforce cette conviction,  que "derrière la scène" (courtoisie R. Boulos) ceux qui ont planifié le mouvement, avaient calculé qu'en associant des personnages connus pour leur participation à des actes criminels à un mouvement se revendiquant démocratique, ils piégaient ce mouvement et enterrait les soit-disant revendications qu'il portait.

Ainsi fut fait. D'où le silence  ou la confusion de l'aile s'étiquettant démocratique des Gnbistes pendant les 4 ans de Martelly.

D'où l'aliance entre un K-Plim dont le père a été tué par les duvaliéristes avec ces mêmes duvaliéristes.

 

"Quand on mange avec le diable,  il faut avoir une cuillère longue", dit un proverbe haïtien. Ce qui signifie être capable, avoir les moyens de prendre ses distances le temps voulu.

Ces moyens-là : l'argent, les armes, les réseaux, les médias, l'aile prétendument démocratique du mouvement gnbiste ne les avait pas. Elles étaient toutes entre les mains des réactionnaires, les patrons du mouvement.

Sans un rond, sans pouvoir, les Gnbistes soit-disant progressistes, n'ont eu d'autre choix que de s'aligner. (courtoisie J-R Estimé. Suite au rérérendum donnant à Duvalier J-Cl 99% de voix : il ne reste à l'opposition qu'à s'aligner, déclara t-il.)

Aujourd'hui, les voici- les Gnbistes dits progressistes, plus que jamais dans un coupe-gorge. Piégés entre leur haine pathologique de Lavalas et leur opposition aux Tèt kale, AAA, Bouclier. et l'ensemble de la smala experte en abus, il leur reste à espérer une intervention miraculeuse du blan en faveur d'un gouvernement de transition.

Mais le blan ne s'est-il pas déclaré contre un gouvernement de transition ?

Oui, mais... La parole du blan fluctue...

N'avait-il pas dit en 2004 qu'il ne soutenait pas le renversement d'un gouvernement démocratiquement élu ? Que c'était fini le temps des coups d'Etat ? 

Alors que dans lemême temps il organisait et financait ce renversement.

Aussi, tout espoir n'est pas perdu pour l'opposition gnbiste ...Elle prie pour que le non du blan cache un oui. Et compte sur la Minustha, comme en 2004, pour "apaiser" la population au cas où ces kongo ne saisiraient pas que cette maneuvre est faite  pour leur bien.

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents