Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Haïti, 24 ans après le coup d'Etat de 1991, les séquelles de la dictature toujours présentes

Publié par siel sur 1 Octobre 2015, 10:56am

Catégories : #REFLEXIONS perso

Le titre du Nouvelliste est amusant, considérant que ce sont les protagonistes du coup d'Etat qui sont au pouvoir aujourd'hui.

Est-ce que Martelly, alias Sweet Micky, ne faisait pas le spectacle tous les soirs dans sa boite de nuit :" le Garage", pour Michel François et sa bande les mains encore toutes tâchées du sang de leurs nombreuses victimes  ?

Ben oui, ils n'étaient que des pauvres, désarmés et impuissants sur lesquels on pouvait se lâcher sans crainte que la CI ne bouge le petit doigt et à la satisfaction des élites et d'une classe moyenne que l'on retrouvera dans le même état d'esprit  en 2003-2004.

Tous ces crimes auront servi à quoi d'autre qu'à maintenir la population dans des conditions de vie abjectes et, pour ce qu'il en est des auteurs et complices, à s'enrichir, notamment en faisant un trafic intensif de drogue.

 

 

Les auteurs du coup d'Etat de 1991, ceux d'avant le coup d' Etat (1957-1991), ceux du coup d'Etat de 2004 et ceux d'après le Coup de 2004 sont tous là, planqués comme des ravets dans tous les coins et recoins de l'administration publique.

Et quand je pense que ce sont eux qui  ont l'audace de qualifier l'opposition de cafards...

Décidément ils ne se sont pas regardé. Il manque à Haïti un gigantesque miroir qui donnerait à voir les actions de tous ces gens-là dans le passé.

Après cela chacun s'étonne que rien ne bouge vraiment en Haïti - en dehors de quelques apparences et ravalements décoratifs.

Ils prennent les mêmes et recommencent avec eux.

Avec ça, ils sont assurés de répéter les mêmes erreurs, les même pillages et violences.

L'erreur est humaine certes, mais à un certain niveau de répétition soit  on a affaire à des plus que cons, soit il s'agit d'une pathologie, une maladie chronique dont les symptomes seraient de s'enfouir le plus profond dans un trou noir de peur de respirer, de voir, de parler.

De vivre quoi. D'affronter les nouvelles réalités du monde, de créer, d'innover, de rêver. De prendre courageusement  son destin, celui du pays, en mains et de l'enlever des griffes souillées du sang des innocents.

La situation est si tellement stagnante, que même la Banque mondiale, fort peu connue pour avoir des idées d'avant-garde, a rappelé dans son rapport que 19 familles, les mêmes depuis les Duvalier, contrôlent l'économie, verrouillent tout interdisent la concurrence; et donc agissent en sorte de barrer la route à toute innovation, à toute volonté de changement- pas même radical- de changement tout court.

La Duke University aux USA (malheureusement c'est en anglais) présente un rappel des faits durant la période du coup d'Etat de 1991, à travers Radio Haïti.

Dans leurs archives, ils ont conservé la lettre envoyée par le patriote et martyr   lâchement assassiné par ceux qui sont aujourd'hui au pouvoir, Antoine Izméry, à Georges Bush, datée du 4 novembre 1992

imerzy

 

L'article du Duke Univesity qui présente ces documents d'archives, dont une lettre du père Jean Juste, autre martyr,  au même G. Bush se termine ainsi :

In late 1994, after Aristide was restored to power, Radio Haïti reopened.  The three years of radio silence were broken by a new series of jubilant jingles and slogans: Nou tounen!  Nou la pi rèd!  [We’re back!  We’re here stronger than ever!]  But the damage wrought by the coup years and the conditions of Aristide’s return was enduring; the pro-democracy movement would never again possess the same momentum or clear emancipatory promise that it had in 1991."

 

TRADUCTION

"A la fin de l'année 1994, après qu'Aristide ait repris sa place comme président, Radio Haïti a réouvert ses antennes. Après les trois années de silence de la radio, des messages  et des slogans de jubilation sont émis : Nou tounen ! Nou la pi rèd ! (nous sommes de retour, nous sommes plus forts que jamais) Mais les dommages causés par les années du coup et les conditions imposées à Aristide pour son retour, feront que le mouvement pro-démocratie ne possèdera plus le même programme ou la même promesse d'émancipation qu'il avait en 1991".

 

This is it. Voila. Le coup d'Etat de 1991 a été un succès et il aura permis  - combien d'années plus tard ?- à ce que l'un des éminents protagonistes du "faire noir" habillé tout de rose, soit sélectionné président par le roi et la reine d'Haïti .

Tout simplement, parce qu'entre temps, la population qui a payé le prix le plus cher s'est repliée sur elle-même, que tout ce que le pays possédait comme progressistes formés ou comme militants de base s'est précipité hors du pays dans un mouvement de sauve qui peut général.

Ou bien ils ont été sauvagement violés, assassinés, mis dans des containers et jetés à la mer.

Et hop !  Bon débarras.

Duvalier avait trouvé le truc de   faire engager par l'ONU tous ceux qui pensaient un tant soit peu, tous ceux qui révaient d'un avenir meilleur. Entre temps, l'Afrique s'étant développée, il était difficile de répéter le même scénario.

Ses héritiers ont trouvé la parade, toujours grâce à l'amicale coopération de la CI, en les envoyant  aider l'Occident  cette fois-çi : au Canada, aux USA, en France et ailleurs de par le monde.

Ou bien d'autres, ont choisi de capituler, de rentrer dans le rang en échange de fric ou par peur.

Parce que l'intimidation ce n'est pas rien. Voyez-vous, j'ai même été assimilée à une terroriste pour avoir déclaré que le dîner en blanc était un dîner de cons. Certains m'ont même menacée de venir me régler mon compte: bing, bang ! L'abominable terroriste critiquant le dîner en blanc, dîner de cons envoyée ad patres.

Ceux-là sont devenus de petits entrepreneurs, propriétaires d'hôtels et d'autres business d'importation, faisant du trafic avec la RD et Miami, des moyens commerçants portant gros le ventre, mais dont les activités sans envergure, ne gênent en rien les 19 familles mentionnées par la Banque mondiale.

 

Après ça, vous trouverez une quantité de gens dépourvus de nez dans la figure, habillés tout de blanc, mais la bouche pleine d'insultes à base essentiellement de KK,(le répertoire étant assez limité) pour vous raconter que le problème d'Haïti réside dans le manque d'éducation de sa population.

Le problème d'Haïti, mezanmi, vous pouvez me croire, c'est que la majorité des cadres, des universitaires, des professions libérales se trouvent hors du pays. Parce que de 1957 à nos jours , la vente du sang des Haïtiens, au propre comme au figuré, a créé une hémorragie qui ne permet pas au pays de fonctionner.

Si les Haïtiens se trouvent obligés de fuir leur pays qu'ils aiment tant, en masse, c'est qu'il y a un problème, non ?

Et tant que les uns et les autres, s'entêteront pour des raisons d'intérêt personnel, à ne pas "chèche zo nan kalalou", c'est-à-dire à ne pas trouver les os qui, dans la sauce  gombo, l'empêchent d'être suave, rien ne bougera.

"Faisons du pareil au même pour la première fois," restera le slogan à inscrire sur l'emblème national du pays.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents