Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Haïti : le choléra a été pire que le séisme - Par Fran Quigley, Foreign Policy in Focus | Op-Ed

Publié par Fran Quigley sur 20 Octobre 2015, 11:35am

Catégories : #AYITI ACTUALITES

Le séisme a provoqué approximativement deux centaines de milliers de morts.

Il y a eu approximativement 9000 personnes décédées du choléra.

Pourquoi le choléra est pire que le séisme ?

Parce qu'il s'agit, nous dit l'auteur, d'une tragédie humaine.

Je suis totalement d'accord  : il s'agit d'une tragédie.

La tragédie humaine ce n'est pas seulement parce que l'ONU refuse de reconnaître sa responsabilité. Et se lave les mains des victimes causées par ses propres négligences.

Ce qui, à mon avis, est un crime.

Mais, là où la tragédie devient terrible. C'est quand on constate l'indifférence de la majorité des Haïtiens, eh mon dieu, faut-il le dire encore ?- des zentellectuels si primés/surprimés si pleins de fougue (fourbe ?) pour appeler l'étranger à la rescousse lors de leur délire contre le Attila des Caraïbes et le Moloch tropical.

Ces gens-là, qui font une pétition pour exiger que Mme Pierre-Louis devienne Premier ministre : nous , intellectuels artistes... Vous vous en souvenez  hein, de ce salmigondis.

Bien sûr, ils ont le droit du choix de leurs combats.

Mais, dans le même temps, ils mettaient toutes leurs ruses, entregents et énergies à bloquer les fonds empruntés par l'Etat, par le gouvernement d'Aristide pour l'assainissement de l'eau et sa distribution.

Ce qui est un autrre crime.

Quand on regarde les choses avec le recul et à la lumière de ce qui est arrivé à ce pays à partir de 2004, à savoir le baisser de pantalons général,  la soumission totale/capitale aux intérêts de la CI et de la grande bourgeoisie locale, on peut se demander, si ce programme d'assainissement de l'eau, jamais repris par la suite par Latortue, Préval et Martelly, ne comptait pas au nombre des raisons du coup.

 

Je m'explique.

Pour la majorité des Haïtiens dont le cerveau a été bien lessivé au klorox, les raisons du coup étaient politiques.

Il s'agissait soit-disant de mettre fin à une "dictature féroce " (sic) et de "réinstaurer "(sic) la démocratie 

Or les vraies raisons étaient économiques. Le chiffon agité de la lutte pour la démocratie cachait le plan Collier : la restructuration de l'économie haïtienne au profit des intérêts étrangers. 

Ainsi, le programme d'assainissement de l'eau venait heurter le commerce de ceux qui- sans contrôle aucun de normes-, se  servent dans les sources d'eau, patrimoine commun, pour l'embouteiller et la revendre.

Or, pourquoi cette gestion de l'eau ne serait-elle pas du domaine des prérogatives de l'Etat ?

Cette privatisation de l'eau, un bien commun, de même que l'électricité, fait partie des captations du secteur privé qui assurent sa richesse.

 

D'ailleurs vous aurez noté comme tout un chacun que les multiples atteintes à l'Etat de droit par le gouvernement tèt kale n'ont jamais ému la CI, ni leurs agents locaux. Disparus, les "combattants de la liberté" (sic)

Bien au contraire, c'est parce que ces atteintes ciblées contre la démocratie  - dont les élections frauduleuses, la fermeture du parlement, la nomination d'agents intérimaires de l'Exécutif, le réaménagement territorial de derrière minute, entre autres, participaient au plan de la CI, que Joseph Michel Martelly a été encouragé à enfreindre les lois et congratulé pour cet exploit par la Minustah, les USA, l'OEA, le Core Group, la Club de Madrid et les ambassadeurs occidentaux ( Espagne, Allemagne, France, USA, Canada).

Martelly, comme ça se fait dans d'autres pays du Sud, a été sélectionné pour  faciliter l'agenda de la CI. Il n'avait pas d'autres fonctions. Il l'a  si bien compris qu'il n'a jamais pris au sérieux son rôle de président , ni d'ailleurs celui de l'opposition.

Il n'a pas été mis à cette place pour défendre les droits des Dominicains d'origine haïtienne, pour défendre un programme de gouvernement établi dans l'intérêt de la population.

Quand j'avais entendu Martelly sur les ondes de RFI,  tout au début de l'épidémie déclarer : "  Le choléra on n'en parle plus, il n'y a plus que quelques cas isolés ici et là.", je m'étais demandée si ce  président était sot, fou, ou acheté.

En fait, à partir des révélations de Mme Chérubin, de Seitenfus, des cables de Wikileaks, on aura compris qu'il a été acheté.

 

Haïti : le choléra a été pire que le séisme - Par Fran Quigley, Foreign Policy in Focus | Op-Ed
Haïti : le choléra a été pire que le séisme - Par Fran Quigley, Foreign Policy in Focus | Op-Ed
Haïti : le choléra a été pire que le séisme - Par Fran Quigley, Foreign Policy in Focus | Op-Ed

C'est d'ailleurs, à partir de ce rôle assumé de bouffon du roi et de la reine d'Haïti, qu'il faut interpréter ses frasques.

De son rara dans les rues de Port-au-Prince au début de son mandat, en passant par sa comédie aux funérailles d'Hugo Chavez,  à son "pétez, pétez" au Champ de Mars, le chanteur de Konpa n'a pas dévié de sa trajectoire pendant son mandat.

Celle de la dérision (se moquer des uns et des autres - pas du Blanc, n'est-ce pas ! -des locaux exclusivement)  et des insultes  (Gary Conille son Premier ministre traité de tous les noms, la femme de Miragoâne avilie publiquement, son ministre de la Communication ridiculisé et qualifié de menteur)

L'homme sélectionné par le roi et la reine d'Haïti se permet tout et n'importe quoi. Se moquant complètement de la population, ( qu'ils crèvent ces pauvres, de choléra ou d'autres choses) du modèle d'adulte qu'il donne à la jeunesse et de l'image ridicule qu'il envoie au monde.

Parce qu'aussi, il sait être entré par effraction au Palais et que, ceux derrière ce Coup dont il connait les ficelles, ne peuvent pas le désavouer- à moins de le liquider ou de l'incriminer dans une affaire de drogue, selon le schéma utilisé avec Noriega actuellement  purgeant une peine de condamnation à la prison à vie au Panama.

 

Mais attention, derrière cette vitrine de bouffonerie,  existe une vraie violence. Martelly s'est, certes, entouré de bouffons prêts à accepter de se vêtir des pieds à la tête de rose, mais  aussi de personnes sans foi ni loi qui agressent, tuent, cassent les dents, menacent, volent les biens de l'état et ceux de particuliers.

Le déroulement des élections du 9 août a révélé le vrai visage, dissimulé derrière les scandales à n'en plus finir pour distraire et amuser - ceux que ce genre de trucs amusent- la violence de ce régime.

Qui pourrait en être étonné sachant que le président a été un macoute à l'adolescence, est un fervent admirateur des 2 Duvalier, et membre associé du Fraph et ami de son homonyme "sweet micky", le sanguinaire Michel François réfugié au Honduras avec la bénédiction de la CI. 

Cet héritage de Martelly, chacun le connaît. Et chacun devrait bien se mettre dans la tête, que c'est bien du fait de cet héritage qu'il a été sélectionné par la CI et approu vé par la bourgeoisie et les classes moyennes, jusqu'à présent loin d'avoir été dé-duvaliérisées.

Et même, à l'inverse, se reduvaliérisant à la vitesse grand V,  acceptant sans moufter les turpitudes de Martelly, les violences et les vols de ses compagnons, comme du temps "paradisiaque" où, comme je l'ai entendu dire au micro de RFI par le ministre des Haïtiens vivant à l'étranger, "le pays n'avait pas de problèmes."

Bien sûr, pour ce Ministre appartenant au sérail duvaliériste, c'était la belle vie.

Mais quid des Haïtiens vendus à la RD par son régime, des paysans crevant de faim, terrorrisés par les macoutes et se faisant boat people, quid des opposants massacrés, emprisonnés jusqu'à ce que mort s'en suive à Fort-Dimanche, quid de la classe moyenne  éduquée qui a pris ses jambes à son cou ?

Et pendant ces 30 ans de règne sans partage. L''éducation ? Le niveau d'alphabétisation ? Les logements ? Les routes ? L'eau ? Les hôpitaux ? L'électricité  Les bibliothèques ? Les laboratoires ? Les théâtres ? Les musées ? Les centres de loisirs pour la jeunesse ? La protection de l'environnement ?

Nada de nada.

Le klan des duvaliérises se compose d'un ramassis de vieux cyniques et concupiscents,-ex-protégés du régime et de leurs enfants nostalgiques du temps où ils bambochaient "paradisiaquement." sous l'ombrelle des militaires et macoutes.

Ce sont ces gens-là, dont aucun peuple au monde ne voudraient pour dirigeants,,  que la CI, avec la candidature de Jovenel Moïse, un homme de paille - dont l'exportation de bananes en Allemagne est tout simplement un coup médiatique arrangé, je présume par l'ambasseur d'Allemagne en Haïti, un autre pote à Martelly - veut absolument remettre en selle en Haïti, de manière à entériner  définivement, case close, sa "faillite" voulue et annoncée dès 1804 et concrétisée deux siècles plus tard.

Je parle de Jovenel Moïse, mais le cas de Jude Célestin, d'ores et déjà annoncé comme vainqueur, suite au deal qu'il aurait fait avec le roi et la reine d'Haïti, renvoie à la même configuration.

Voyez-vous ça, un homme qui s'est terré pendant quatre ans, un homme politique absent pendant quatre années de toutes les affaires concernant Haïti, et qui soudain veut en prendre la tête, : coucou me voilà ! Pile, poil, bon timing,  il surgit  de son néant au moment des élections avec, en plus,  un paquet de fric pour mener sa campagne.

Vous trouvez cela normal, vous ?

Ouais, aussi normal qu'Opont président du CEP.

Quelle conïcidence, mezanmi, précisément l'homme qui avoue avoir participé à une fraude aux dernières élections, propulsé à la tête de l'organisme en charge de les réaliser.

Et tout ce monde de crier  après la CI  : vive Opont, vive les les élections  !

LA CI prend les memebres de la classe politique pour des "sans noms", et elle a bien raison à voir la manière dont elle se précipite pour jouer à un jeu dont le gagnant est déjà nominé.

La CI a mille fois raison. Parce que, pour des dirigeants politiques,  faire le choix pour ne pas déplaire au blan de se détourner des des victimes de choléra, c'est une option sans nom.

 

 

 

Haïti : le choléra a été pire que le séisme - Par Fran Quigley, Foreign Policy in Focus | Op-Ed
Haïti : le choléra a été pire que le séisme - Par Fran Quigley, Foreign Policy in Focus | Op-Ed
Haïti : le choléra a été pire que le séisme - Par Fran Quigley, Foreign Policy in Focus | Op-Ed

Five years after 9,000 people were killed and hundreds of thousands sickened, not a dime of compensation has been paid. No one has been disciplined. No one has even admitted responsibility. Whether by court order or political mobilization, it's long past time for the international community to provide a just response to the Haitian people, through full compensation for the victims and rapid construction of a modern water treatment system.

Earthquakes are unavoidable. Human rights tragedies are not.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents