Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Les innovations de Lamothe : officialiser le raket ?

Publié par siel sur 18 Octobre 2015, 11:35am

Catégories : #REFLEXIONS perso

Avant de parler de financement innovant, Lamothe aurait pu proposer une  innovation  bien plus facilement applicable qui serait de réduire le nombre des membres du gouvernement, de députés et de sénateurs, leurs salaires et leurs frais de fonction, de voyage.. Et le nombre des ambassadeurs qu'il a contribué lui-même a gonflé ?

En lisant la manière dont Lamothe entend remédier à l'aide internationale à partir du "financement innovant", j'ai eu exactement la même pensée que quand ils (Martelly et lui) ont pris la mesure autoritaire de taxer la disapora : raket officialisé en vue.

Lamothe s'appuie sur l'exemple d'une initiative de Douste-Blazy, UNITAID, qui consistait à prélever une taxe sur les billets d'avion afin d'aider à des programmes spécifiques , tels que la lutte contre le sida, dans les pays dits pauvres.

"Le financement innovant"est un concept très prisé en Europe dans la mesure où son objectif ne serait pas tant d'aider les pays dits pauvres, mais d'aider les pays riches à se  décharger  de la charge de l'aide au développement dont ils souhaiteraient se débarasser.

"Monsieur Tétart a pu souligner, et regretter, la baisse de l’APD de la France, largement en dessous des 0,7% promis, mais bien à son plus bas niveau depuis plus de 10 ans avec seulement 0,36% du RNB français y étant consacré."

 

Si vous lisez l'article dont sont extraits ces passages, vous verrez  que les mécanismes mis en place pour réaliser ce financement innovant sont très éloignés des propositions de Lamothe :

"Nous avons ainsi pu apprécier l’expérience de Rosalie Matondo, conseillère du Président de la République du Congo, rapportant la décision de son pays de taxer le pétrole à hauteur de 10 centimes par baril pour alimenter un fond vert ; ou encore celle de Frédéric Bontems, Directeur du développement et des biens publics mondiaux au Ministère des affaires étrangères, et enfin celle d’Alexandre Naulot, Responsable Financement du Développement à Oxfam, qui nous a parlé de la Taxe sur les transactions financières, effective en France depuis 2012. "

Il ne s'agit pas de taxer les classes travailleuses de la diaspora en les obligeant à suppléer aux budgets de leurs pays. Il s'agirait plutôt de manière légale ( à l'inverse de ce qui s'est passé avec le Fonds national pour l'Education) d'imposer aux acteurs économiques majeurs (les gros importateurs par exemple en Haïti) une taxe évaluée à partir de leurs transactions financières.

Laurent Lamothe qui est loin d'être un crétin, saute sur tout ce qui peut jeter de la poudre aux yeux et remplir les comptes en banque des responsables de l'Etat- dont les siens.

Ne faudrait-il pas d'abord, avant de parler d'aide et de ponction sur les maigres avoir de la diaspora, mettre en place un programme de fiscalisation qui oblige  les acteurs économiques majeurs à payer leurs impôts en les menaçant de lourdes amendes ?

Dans tous les pays du monde les recettes fiscales alimentent les budgets des états.

La contribution de la diaspora ne pourrait  s'opérer que dans un cadre bien délimité. Il faudrait d'abord qu'elle puisse élire des députés, comme ici en France, il existe des députés des Français de l'étranger. Ensuite, il faudrait que cette contribution s'applique à des programmes ciblés,  budjétisés, approuvés par les Chambres, avec un agenda clair d'exécution des travaux.

Rien à voir avec le Fonds national pour l'Education, une improvisation, mise en place volontairement sans cadre, sans budgétisation et sans objectifs chiffrés afin d'entretenir la confusion et l'opacité, terrains propices à toutes les malversations.

Tel que présenté par Lamothe, ce "financement innovant"  s'apparente à une  énième arnaque ( ce qui n'a rien en soi d'innovant) qui consisterait à ne pas toucher aux gros contribuables, mais à aller  chercher l'argent, comme dit dans le commentaire çi-après : "de manière coercitive sur une couche de la population "prisonnière" et sans représentation politique"

Le commentaire :

"Donc si j'ai bien compris, le modèle de "financement innovant" proposé consiste en des prélèvements financiers illégaux (on ne peut les qualifier de taxes, puisqu'elles n'ont jamais été formalisées et sanctionnées par des textes de loi), appliquées de manière coercitive sur une couche de la population "prisonnière" et sans représentation politique, spécifiquement ciblée, la diaspora ???? Ces "microsurcharges" permettent ainsi de mettre sur pied des "boîtes noires" financières au sujet duquel nul ne peut rendre compte de maniére crédible. Dans un pays déjà cloué au pilori pour la prévalence de la corruption, un tel modèle n'est guère encourageant..."

 

Commenter cet article

H
Se bon pou lwa! Sot ki bay, enbesil ki pa pran.<br /> Dat m'ap di dyaspora'a "PA ALE, PA RELE, PA VOYE"!<br /> <br /> Les coups du FNE et des "taxes du telephone" ayant si bien reussi, les cranes rases s'appretent a recidiver. C'est normal.<br /> Les declarations de Daniel Supplice aux premieres heures de #TetKale n'ont laisse aucun doute: la diaspora est ciblee, son revenu et ses epargnes evalues, vises.<br /> <br /> Parce que la diaspora joue tres mal. Elle refuse d'apprendre a voter, a faire de la politique avec son argent. Prisoniere du sentimentalisme culturel, elle se met toute la famille (au sens large) sur le dos pour se faire deplumer, se faire faire chanter par ceux-la memes dont les parents ont cree la diaspora a force de l'exil.<br /> <br /> La diaspora doit changer d'attitude, de mentalite, d'approche. Elle doit se rendre a l'evidence que ceux restes au pays ne sont pas forcement a sa charge. Tout changera a partir de ce moment...
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents