Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Doit-on croire aux données de l'Igapare Institute, une entreprise brésilienne ?

Publié par siel sur 21 Novembre 2015, 01:17am

Catégories : #REFLEXIONS perso

Doit-on croire aux données de l'Igapare Institute, une entreprise brésilienne ?
Doit-on croire aux données de l'Igapare Institute, une entreprise brésilienne ?

Personnellement je réponds que non et je m'en explique dans le texte qui suit.

L'étude de cette institution brésilienne a rapidement fait le tour du net.

J'ai dû la recevoir une dizaine de fois envoyée par différents correspondants.

Leslie Péan, dans son texte publié entre autres  ici, cite comme fiables les données de cette institution brésilienne.

Selon, leurs chiffres, Jovenel Moïse aurait fait 6% de voix.

Jude Célestin: 37, 5 %.

Moïse Jean-Charles 30, 6%

Maryse Narcisse : 19, 4 ou 19, 8 %

 

Première remarque : à la vue de ces chiffres, je saisis mieux la réaction de Célestin refusant de se voir placer en  deuxième  position.

Célestin avait fait un deal avec la CI : désistement et silence pendant cinq ans pour ne pas nuire en quoi que ce soit à Martelly, avec l'assurance qu'il serait élu aux prochaines élections présidentielles.

Célestin s'est apperçu que le pacte n'était pas respecté et qu'on voulait le faire banane. C'est-à-dire que la CI avait l'intention de le rouler , une fois de plus, et  de poser le poulain de Martelly à la tête de l'Etat.

Ce qui explique son refus des résultats des élections bien qu'il soit placé en deuxième position.

Et son alliance conjoncturelle avec Jean-Charles Moïse et les autres  leaders de l'opposition.

 

Deuxième remarque : si Lavalas avec Maryse Narcisse remonte dans ces estimations brésiliennes, le parti est néanmoins hors course.

 

Troisième remarque : le score de Jovenel Moïse 6% semble correspondre à la réalité. Il paraissait surréaliste que la popularité de Martelly, selon différents sondages,  avoisine les 30% et que son poulain remporte le plus grand nombre de votes.

Je sais que les directeurs d'opinion auto-proclamés trouveront - ont déjà trouvé ?- une réponse à cela : le peuple haïtien illettré (et con) qui n'aurait pas compris  qu'en votant pour Jovenel Moïse, il vote pour Martelly. On peut s'attendre à ce que le baron V. Numa de Vision 2000,  qui s'est donné pour mission d'apprendre au peuple à bien voter et aux candidats à bien "se vendre", diffuse une sauce à la mords-moi-le-noeud pour expliquer que, malgré le déficit de popularité de Martelly, Jovenel Moïse pour s'être bien vendu aurait remporté la majorité des suffrages.

Et que, de toutes les façons, la population étant définitivement conne, elle ne peut qu'acheter les yeux fermés un produit bien emballé sans se préoccuper de ce qui se trouve sous l'emballage. Syndrome  des tôles rouges et de la gouuse d'ail domincain  (courtoisie l'écrivain le plus lu d'Haïti) gros et bien présenté sans se poser la question de sa saveur.

 

Quatrième remarque : là il s'agit du rôle que joue le Brésil en Haïti. Vous savez que ce pays a été à la tête de la Minustah, - vous vous rappelez de l'histoire de son général trouvé suicidé  en short, sur le balcon de son hôtel,  un livre à côté de lui.

Vous savez que présentement le Brésil acceuille un grand nombre d'immigrés haïtiens- soulageant ainsi les USA ( lesquels auraient vu d'un très mauvais oeil l'arrivée de boat people, alors que Martelly, leur chouchou sélectionné,est au pouvoir et qu'il fait soit-disant décoller l'économie haïtienne.

Le Brésil, avec les immigrés haïtiens aide aussi son patronat qui, depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir,  se retrouve face à des travailleurs qui réclament des salaires leur permettant non pas de survivre mais de vivre. Les travailleurs haïtiens étant utilisés, comme  à une époque les Noirs Américains venus du Sud des USA (la grande migration vers le Nord), afin de remplacer une main d'oeuvre jugée trop politisée (à gauche)  et trop cher.

 

A partir de ces quatre remarques, il apparaît que les estimations de l'Igapare Institute correspondent à un plan B.

Le premier plan était d'éradiquer le vote Lavalas ( Maryse Narcisse et Jean-Charles Moïse)  côute que coûte. Seules les fraudes devaient permettre d'y arriver et de placer Jovenel Moïse le candidat de la CI en première position.

Le truc était tellement cousu de fil blanc ( ah, le fil blanc du blanc! Toujours présent pour un racommodage) 

- même avec l'aide de l'entreprise espagnole avec son image de successfull  self made man à l'américaine,

-  de l'Allemagne avec son bateau fantôme de bananes arrivées à bon port dont on n'a jamais plus entendu parler;

- des finances de l'Etat utilisées pour transformer le "nèg bannann" , trimballé en hélicoptère à travers le pays, en un homme jeune, dynamique  entrepreneur dans le secteur de la production et de l'exportation.

 - même avec le zèle de OPONTpetitpatatapont et de ses disciples du CEP qui rêvent d'une retraite dorée à la Latortue à Boca Raton en Floride.

 

Tout Haïtien non fou, stupide ou corrompu jusqu'aux os, savait qu'il était  logiquement impossible que Jovenel Moïse puisse se retrouver en tête.

Seuls Martelly et son entourage de roses, qui ont persuadé Jovenel Moïse que l'opération de fraudes menée en 2010 avec la sélection de Martelly, ont crû que le scénario pourrait  se renouveller sans problèmes en 2015. ( "Les Haïtiens quand je leur dis d'aller à droite ils vont à droite", dixit Martelly dans son entretien sur TV5)

Les Haïtiens ont beau être des experts en "résilience", il y a quand même des limites dans l'avalage de bananes.

Et puis, le roi et la reine d'Haïti, fort occupés à leur campagne pour les présidentielles aux USA, ne sont pas aussi  disponibles qu'en  2010 pour fabriquer des résultats et exiger qu'ils soient considérés comme vrais. il ne manquerait plus qe ça qu'ils allent se mouiller publiquement dans les affaires haïtiennes ! Alors qu'ils sont déjà mouillés jusqu'au cou dans bien d'autres - comme les mails de la reine d'Haïit,  alors ministre des Aff. étrangères US, secrètement gardés dans le privé.

Bie sûr,  ce n'est que partie remise, ils n'ont pas dit leur dernier mot. Si élus, le roi et la reine d'Haïti, reviendront dare dare faire la pluie et le beau et le beau temps,  s'occuper des mines d'o , d'argent et d'iridium, des sweatshops à la frontière avec la RD, de l' lle-à-Vache et de leurs multiples terrains acquis sur place.

 

Le Plan B

Pour le réaliser, la Ci devra  sacrifier le CEP et son patron Opontpetitpatapont -mais connaissant la CI, Opont  s'attendait à l'éventualité qu'il soit offficiellement  laché mais en privé protégé)

Puis rectifier le tir  :  placer Jude Célestin et Moïse Jean-Charles en tête, de manière à éliminer Maryse Narcisse.

Puis, négocier avec Moïse Jean-Charles une fraude en faveur de Célestin- vu que logiquement dans un duel entre les deux, Moïse Jean-Charles pofiterait du report des voix de Maryse Narcisse et risquerait de l'emporter.

 

Les inconnus

Tèt Kale, Martelly et ses sbires qui ont énormément investi dans la fraude accepteront-ils sans faire de dégâts que leur poulain soit renvoyé à ses plantations de banane ?

Moïse Jean-Charles acceptera-t-il le nouveau deal proposé par la CI en acceptant que Jude Célestin devienne président ?

Maryse Narcisse acceptera- t-elle que son parti  soit recalé ?

La CI   (USA, Canada, Allemagne, France, Espagne, Angleterre, Brésil, Core Groupe, OEA, Minustah, UE,) qui s'est vantée de la bonne tenue des élections acceptera-t-elle de faire machine arrière ?

 

En guise de conclusion

Notons que :

- d'après les estimations d'Omegaworldnews Maryse Narcisse avait remporté haut la main les élections.

- d'après Radio Kiskeya - très loin d'être un organe de presse pro-lavalas (plutôt l'inverse)- la majorité des gens qui sont allés voter sont des lavalassiens.

-  le silence assourdissant après le vote, que nous avions fait remarquer sur ce blog, laissait entrevoir que les résultats n'étaient pas du tout conforme à ceux souhaités par la CI et l'oligarchie des commercants haïtiens, ainsi que des réactionnaires dont les Gnbistes.

- le silence pouvait être interprété comme un temps mort -après le choc des résultats avec les deux candidats Maryse Narcisse et Moïse Jean -Charles en tête,- utilisé pour réfléchir aux combines possibles pour les faire passer tous deux en 3ème et quatrième postion.

- l'estimation brésilienne déboule à un moment où les fraudes sont tellement avérées qu'il est difficile de les nier. Et permet à la Ci d'actionner son plan B qui serait d'éliminer Jovenel Moïse et de faire que Jude Célestin remporte  les élections et devienne président. A charge pour lui de respecter les plans de la CI pour Haïti.

- la CI ayant orchestré le scénario d'un Jovenel Moïse dynamique entrepreneur, self made man à l'américaine, une sorte de Donald Trump en Noir,  prêt à faire d'Haïti ce qu'il est supposé avoir fait avec ses bananes : une réussite fulgurante, se trouve devant une résistance haïtienne -non prévue vu le fric dépensé à acheter les gens.

- l'objectif de la CI et de ses alliés locaux étant de faire barrage à tout prix à Lavalas et sa candidate Maryse Narcisse, les estimations brésiliennes -à mon avis commanditées-  tombent au bon moment -good timing-. Pour d'une part,  reconnaître la fraude - difficilement camoufable. Et, d'autre part, éjecter  le parti Lavalas et sa candidate.

En français ça s'appelle faire d'une pierre deux coups.

Aussi simple que ça  ! ( courtoisie baron V. Numa de Vision 2000)

 

PS : il me semble que la CI ne voit pas d'un bon oeil une femme à la présidence d'Haïti, que ce soit Mirlande Manigat ou Maryse Narcisse. Déjà qu' en Occident il est difficile d'élire une femme (penser à l'échec de Ségolène Royale en France) , allez voir pour Haïti considérée par ce même Occident comme un pays failli n'ayant pas le droit de choisir ses dirigeants.

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

J
tet chaje
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents