Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Comment Privert a sauvé la tête des Tèt Kale...

Publié par siel sur 18 Juin 2016, 18:35pm

Catégories : #REFLEXIONS perso, #AYITI ROSE RAKET

La fondation rose et blanc.

La fondation rose et blanc.

 La fraude était énorme, connue et visible...

En dehors des groupements ouvertement penchés vers l'extrême-droite (Tèt Kale, AAA, Bouclier, KID) qui n'avaient d'autres solutions que la fuite en avant, les politiciens n'avaient pas d'autre alternative (le G8) que de se positionner pour les vérifications.

L'oligarchie haïtienne également, ce pourquoi elle s'est ralliée à l'option vérifications.

Parce que, véritablement, la population était en colère. Et ils savaient qu'en acceptant le deal du Core Group et des Tèt Kale et en insistant pour faire des élections avec Jovenel Moïse, ils risquaient gros.

Martelly lui-même et son groupe rapproché de bandi legal avaient bien évalué  le danger : "7 Fevriye 2016, Pèp la te pare pou vin pran Mateli nan Palè a pou trennen l nan lari a pou tout gabji gouvènman l la komèt nan peyi a. "

Ceux qui, maintenant : députés, sénateurs woz, s'en vont dans les radio pour demander la tête de Privert, ceux-là sont en majorité des sous-fiffres, qui n'ont rien compris au film, qui n'ont pas compris que Privert en faisant son mic-mac d'accord pour 120 jours a endigué la colère populaire -  qui était prête à les prendre tous pour cibles

Ils ne comprennent pas que cette colère est toujours présente et qu'ils jouent avec le feu. 

Les plus "madrés", pour paraphraser feu le professeur Manigat, comme M. Latortue Y, se sont empressés de se faire justiciers de leur propre gestion : sauver sa tête en offrant celle de complices à la vindicte populaire - complices qui ne risquent pas d'ailleurs d'être inquiétés par la justice.

Créer les événements, organiser un show pour divertir l'attention et s'attirer la sympathie populaire,  gagner du temps pour manigancer de nouvelles magouilles visant à se maintenir au pouvoir afin de camoufler les anciennes magouilles, ce sont là leurs uniques objectifs

Il me semble que tout ce monde n'a pas vraiment saisi que l'ensemble des Haïtiens ne veut plus d'eux.  Que la comédie macabre a trop duré. Qu'après ces cinq années de scandales, de gouyades, de dilapidations des fonds publics, de corruption, de mépris et d'arrogance, ils n'ont absolument aucune confiance en eux. Et que, si ce n'étaient les media pour lesquels "the show must go on", ils seraient enterrés politiquement.

Ces gens-là ne comprennent pas le message clair envoyé par la population : on vous a assez vus, dégagez.

Les Haïtiens leur disent, nous ne voulons plus :

- d'assassin  présumé, conseiller du président;

 - de juge qui libère  des accusés de kidnapping avec des " Si c'est vrai que vous avez fait ce que l'on dit, ne recommencez pas...";

 - de juge mort subitement d'un accident cardiaque après une rencontre avec le président, son premier ministre et un avocat (depuis décédé) à propos d'une affaire de corruption qui concernait directement le président;

- de parlementaires qui vendent leurs voix contre des enveloppes;

- de parlementaires mal élevés, mal éduqués, incultes qui  renvoient une image négative à la jeunesse haïtienne du monde politique;

- d'agents intérimaires qui crèent leurs propres milices pour exercer leurs exactions :  vols de terrains et leurs actes de brigandage sur les marchandes des rues;

- d'un président qui octroie des budgets à sa femme et à son fils, qui insulte les femmes, qui demande à la population de "pete, pete", produit une chanson grivoise, machiste sur une journaliste;

- d'un Premier ministre qui chante devant une assemblée,  avec l'ex-macoute et toujours prêtre, le père Sicot : " Duvalier vinn pran yo, Martelly, vinn pra yo, Lamothe vinn pran yo.";

de ministre de la Santé déclarant : " Comme je les voyais toujours ensemble..."

- de directeurs de rédaction, de journalistes propagandistes qui, au lieu de servir la population, de contribuer à son émancipation, diffusent toute la journée des zen,  s'agenouillent devant un pouvoir en échange d'enveloppes, de passe-droits , d'invitations dans les hôtels, de visas, d'emplois pour leurs fils,  femmes et épouses dans les missions diplomatiques;

- de zentellectuels qui collaborent à un coup d'Etat, s'allient à des mercenaires et qui  par la suite, sans vergogne, regardent de haut la population, et se prennent pour des Justes (au sens entendu dans la tradition juive);

- de chef d'Etat, de ministres, de fonctionnaires, d'intellectuels affublés de bracelets, chemises, pantalèt, cravates, souliers roses, de même qu'elle en avait assez de ceux habillés en gros bleu;

- des zombis d'Evans Paul, de Jodel Chamblain, de Racine, de Guy Philippe, de Cantave, de Jovenel Moïse et autres producteurs...

Ce message envoyé par la population est clair : fini le bal, assez de mascarades, de tôles rouges, de vols, de mépris. Que l'orchestre s'en aille sur d'autres scènes.

Les "bandi legal" ne veulent pas l'entendre,  persuadés qu'ils sont que "oints par le blan", ils peuvent continuer à fouiller dans le trou. Ce qu'ils ne savent pas, c'est qu' à force, ils sont descendus si bas, qu'ils se pourraient bien que nul " blan" ne vienne les sortir de là.

Pourtant, ils ont la chance d'avoir affaire avec une population suffisamment civilisée pour avoir choisi de faire pression pour obtenir de nouvelles élections et ne pas s'être laissée emporter par l'instinct primaire de vengeance.

 

 

 

 

- de juge qui libère  des accusés de kidnapping avec des " Si c'est vrai que vous avez fait ce que l'on dit, ne recommencez pas..."

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents