Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Grande première à venir en Haïti : l'auteur du livre "Clinton Cash" se propose de venir à Port-au-Prince en débattre devant un public haïtien

Publié par siel sur 29 Juillet 2016, 09:20am

Catégories : #INTERNATIONAL, #REFLEXIONS perso

Résumé de l'histoire :

M. Schweizer a écrit un livre " Clinton cash" dont a été tiré un documentaire projeté au festival de Cannes de cette année.

Dans son livre, M. Schweizer  explore la carrière de Clinton et ses relation avec le monde des affaires. Notamment à travers sa Fondation.

Et si on parle de Fondation Clinton on ne peut pas ne pas aller voir du côté d'Haïti. Donc il y a un volet consacré aux initiatives de M. Clinton en Haïti, à travers sa Fondation.

Il se trouve que Mark Cuban, milliardaire et ami (of course) de M. Clinton dément les révélations publiées dans"Clinton cash " le livre de M. Schweizer et dans le documentaire du même nom.

Aussi, M. Schweizer jette son gant à Mark Cuban, dans le grand style des duels d'antan.

Je vous invite, dit-il à Mark Cuban, à me rencontrer pour en débattre à Port-au-Prince devant un public d'Haïtiens.

M. Bannon, l'animateur de l'émission à laquelle participait M. Schweizer a non seulement soutenu le challenge du débat à Port-au-Prince,  mais a aussi proposé de payer les frrais de voyage et de séjour du milliardaire Mark Cuban en Haïti.

 

L'invitation est lancée.

M. Mark Cuban l'acceptera t-elle ?

Rien n'est moins sûr.

De toutes les façons  M. Bannon a déclaré, que sa  réponse soit positive ou pas, nous allons organiser ce débat public en Haïti et nous le mettrons sur facebook.

Là aussi, rien n'est moins sûr.

Dans la mesure où le gouvernement haïtien pourrait interdire ce débat, alléguant des raisons de sécurité, vu que cet exercice d'exposition de la gestion clintonienne des fonds perçus pour "reconstruire Haïti" pourrait tourner au désaventage de l'ex-président des USA.

Et la décision du gouvernement ne pourrait pas être assimilée à un acte de couardise, vu que l'épouse de M. Clinton a des chances de devenir présidente.

Haïti a tellement l'habitude des représailles façon politique de la cannonière qu'il vaudrait mieux éviter, au moment où elle tend tous ses efforts pour  sortir des 5 années des roses,  de ne pas creuser un nouveau trou sans échelle  pour en sortir.

Certes, la démonstration de M. Schweizer si elle devait se faire serait d'une grande importance.

Parce que, déjà, elle permettrait que les Haïtiens du genre SPP, JSud et tous les autres contempteurs du peuple haïtien sur les réseaux sociaux, se la bouclent.

Ensuite, elle éclairerait les Haïtiens et le monde sur certaines pratiques qui participent à légitimer les qualifications de "pays le plus pauvre de l'hémisphère ouest", "pays failli", République des Ong" collés à Haïti dans les média.

Répétés sans cesse, façon mantra, ils finissent par paralyser les Haïtiens, les pousser à fuir le pays plutôt qu'à l'aménager et entretenir ce sentiment du "blan " tout puissant, opposé à leur infériorité.

 

Qui sont ceux qui encouragent les Haïtiens à partir ?

A qui sert la fuite des Haïtiens, toutes catégories sociales confondues, de leur pays ?

Une question que les concernés devraient se poser.

Pour revenir à ce débat sur les initiatives de Clinton en Haïti, il faut avoir en tête qu'il s'agit avant tout d'une affaire entre opposants. Et qu'en dehors de mettre le projecteur sur sur cette gestion de l'utilisation de Clinton de l'argent récolté pour Haïti, les Haïtiens risquent de faire les frais de ce coup de projecteur.

Encore une fois, il ne s'agit pas de lâcheté  mais, à l'inverse de responsabilité vis-à-vis de la population qui, après avoir  subi les effets négatifs de, par exemple, la ruine de la filière rizicole haïtienne, se retrouverait à avoir à subir les effets négatifs des révélations de M. Schweizer, sous forme de représailles.

Exposer la vérité c'est bien quand on a les moyens de faire face. Le rôle des dirigeants reste avant toute chose de protéger leur population à la fois des initiatives à la Clinton que des répercussions négatives possibles des révélations au grand public de l'auteur de "Clinton cash".

Le mieux serait que M. Schweitzer organise son débat aux USA et invite la communauté haïtienne  -et d'autres - à y participer. Et qu'il le mette sur facebook où les Haïtiens de l'intérieur pourront le voir.

Ainsi, tout le monde sera content. Le gouvernement haïtien qui ne sera pas impliqué, et auquel on ne voudra pas "tordre le bras",  la diaspora qui pourra y participer, les Haïtiens de l'intérieur qui pourront commenter sur facebook.

Sauf, peut-être, M. et Mme Clinton, qui risqueraient de ne pas apprécier. 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents