Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Elire après un séisme un homme qui n'y connait rien des affaires de l'Etat comme président. Puis 5 ans plus tard on remet ça, cette fois-ci après le passage d'un ouragan qui ravage une des régions nourricières du pays. Est-ce que persévérer dans l'erreur est une pratique culturelle haïtienne ?

Publié par siel sur 28 Juin 2017, 21:25pm

Catégories : #REFLEXIONS perso, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

Elire après un séisme un homme qui n'y connait rien des affaires de l'Etat comme président. Puis 5 ans plus tard on remet ça, cette fois-ci après le passage d'un ouragan qui ravage une des régions nourricières du pays. Est-ce que persévérer dans l'erreur est une pratique culturelle haïtienne ?

M. Martelly est à la tête d'un orchestre. Il ne sait pas lire le solfège, ni jouer réellement d'un instrument. Mais comme il a une équipe qui assure et qu'il s'agit de diriger seulement un groupe de musiciens : pas de problèmes. Il peut gérer sa petite entreprise privée sans trop de casse.

Par contre, être à la tête d'un Etat, quand on ignore de a à  z son fonctionnement , quand on ne comprend même pas ce qu'est un budget, quand on s'entoure d'une équipe à peine plus formée, c'est une autre paire de manche...

On voit mal, même  - en admettant que le projet d'être président n'était pas un simple truc de de mégalo en quête de jouissance de pouvoir et de fric, et que Martelly avait la volonté pas seulement de s'enrichir mais d'améliorer aussi les conditions de vie de la population - comment les Haïtiens pouvaient s'attendre à une bonne gestion en ayant à la tête de l'Etat un président du konpa ?

M. Jovenel Moïse est selon ce qu'il dit un hommes d'affaires. Il dit avoir réussi, bien qu'il n'y ait trace de cette réussite. Et qu'au contraire la faillite d'Agitrans, les dettes à l'Etat découlant de l'argent emprunté pour investir dans cette affaire, témoignent d'une incompétence notoire à gérer ses propres affaires - fort obscures au demeurant

Donc, après avoir fait l'expérience déplorable de la gestion Martelly/Lamothe. E. Paul, c'est le poulain de Martelly qui est censé continuer sa politique et l'améliorer qui devient chef d'Etat. Et s'entoure d'un groupe de bras cassés. Ce Jovenel Moïse aurait été capable de faire de Guy Philippe son ministre du Plan.

Et, on s'étonne que la situation empire ... Elle ne peut qu'empirer puisque s'additionnent l'incompétence du régime tèt kale 1 à celle du 2. Ce que j'appelle fouiller un trou le plus profond possible sans avoir prévu d'échelle pour en sortir semble être la stratégie woz/rakèt et de leurs alliés de l'oligarchie - lesquels eux  restent en surface et envoient au fond du trou la population haïtienne, en lui promettant qu'à force de fouiller elle finira par trouver de l'or.

Certains journalistes prennent plaisir à comparer Martelly et Jovenel Moïse à Trump et à Macron. Certes ces présidents ont eu le support de la finance pour accéder au pouvoir. La comparaison s'arrête là. Et, à mon avis, c'est desservir la cause haïtienne que de se lancer dans ce type de parallèles.

On ne peut juxtaposer que ce qui est juxtaposable. Et comme je l'ai dit, les profils de Martelly et Jovenel se rapprochent plus de ceux des deux présidents, un disk-jokey et un homme d'affaires qui ont été successivement à la tête de Madagascar.

Les USA et la France sont deux pays qui ont une structure étatique très organisée. Leur population n'est pas à 70% au chômage ni ne comprend plus de 50% d'illettrés - voire d'analphabètes. Ces pays ne sont pas occupés par une force étrangère. Ils sont des producteurs de bien. Et n'ont pas connu en 10 ans, tremblement de terre et ouragan meurtrier. A cela, il faut ajouter que dans l'appareil d'Etat se trouvent des fonctionnaires formés, une justice - si pas totalement indépendante - mais néanmoins régulée, un système social -si pas totalement performant - assure néanmoins un tapis aux plus défavorisés. Etc.

Par ailleurs, au niveau des personnalités et des parcours individuels entre un "bandi legal"qui réussi localement à la tête d'une bande de konpa et un "inculpé" qui a fait carrière - dans quoi exactement ? - et Trump un héritier milliardaire ou M. Macron qui a fait le parcours du combattant des études, quelles sont les similitudes ?

Bref, comme d'hab, certains Haïtiens au lieu d'affronter les conséquences de leurs inconséquences  font dans la pensée magique : Trump et Macron sont des "inconnus" en politique, Martelly et Jovenel aussi, donc Trump et Macron = Martelly et Jovenel.

 Le pire dans tout çà c'est que les mêmes ratpakala des media qui ont "vendu" Martelly en 2010,  reprennent la même stratégie en lui offrant avec une répugnante complaisance leurs micros, en vue d'une candidature future.

Mme Manigat a avoué avoir reçu de l'argent de Bautista. Martelly, non. J'aurais voulu entendre un de ces flatteurs de journalistes alors qu'il déclarait à l'antenne- sans preuves- que Mme Pierre-Paul de Radio Kiskeya s'était enrichie, lui poser la question sur ce financement de Bautista - ici a contrario avec des preuves - de sa campagne.

D'où la question le sado-masochisme haïtien, la fatale attraction pour le "kakbounda" et la deshumination de l'autre - une superstructrue dépassant toutes les professions de foi hypocrites ou pas et parfois même les bonnes volontés -conduisent-ils infailliblement à cette persévérance dans l'erreur ?

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents