Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


AYIBOPOST. Le cauchemar des gens placés en quarantaine pour le Covid-19 en Haïti

Publié par siel sur 25 Mai 2020, 23:29pm

Catégories : #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE, #AYITI ECONOMIE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

Être suspecté malade et être effectivement infecté du coronavirus revient au même pour certains Haïtiens. Les deux catégories risquent la stigmatisation et même leur vie, alors qu’elles ne présentent aucun danger si elles respectent les règles de confinement, d’hygiène et de distance sociale. Témoignages

Sony Destiné travaille comme journaliste à Radio Télé Ginen. Depuis la circulation, sur les réseaux sociaux de la nouvelle de l’infection au coronavirus du PDG de la station, Jean Lucien Borge, le 17 mai dernier, le journaliste affronte, en silence, l’enfer dans sa communauté à Léogane.

Pour avoir travaillé dans le même espace que le patron testé positif au coronavirus, toute l’équipe de la station est placée en quarantaine à domicile. Depuis, Sony Destiné vit dans ce qu’il appelle « une stigmatisation brutale », dans son propre domicile à Darbonne.

Il explique sur un groupe Watsapp regroupant des confrères journalistes : « Ce que je n’aurais jamais souhaité en temps marqué par le coronavirus, c’est de savoir que l’un d’entre vous vit la stigmatisation dont je suis l’objet aujourd’hui, et que j’estime être aussi grave que la maladie du coronavirus. Les gens de mon quartier se téléphonent pour annoncer que je viens d’apporter le coronavirus dans la zone et qu’il faut m’éviter à tout prix ».

Les recommandations de quarantaine, appliquées dans les pays déjà frappés par la pandémie du Covid-19, sont réitérées en Haïti à partir d’un décret pris le 21 mai 2020 qui fixe les règles générales de protection de la population en cas de pandémie/épidémie.

En son article 12, il est dit que : « Toute personne ayant été en contact étroit, avec un malade atteint de la pandémie/épidémie, doit se mettre automatiquement en quarantaine ou aller se faire dépister dans un délai ne dépassant pas (48) heures… ».

Le hic, c’est que les autorités sanitaires ne semblent pas assurer un suivi actif des personnes placées en isolement, selon les témoignages de journalistes de Radio Télé Ginen.

De plus, la peur de la maladie, qui résulte en partie d’un manque d’informations fiables sur sa transmission et la dangerosité des personnes infectées, occasionne des récriminations verbales qui parfois tournent à la violence.

SUITE dans le lien.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents