Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Investig’Action. Le meurtre de George Floyd est normal dans une société anormale. - Par Vijay Prashad

Publié par siel sur 11 Juin 2020, 18:33pm

Catégories : #INTERNATIONAL, #ECONOMIE, #RACISME

Vijay Prashad explique que le récent meurtre de George Floyd aux États-Unis n’est malheureusement pas surprenant dans un pays qui soutient l’exploitation capitaliste par la suprématie blanche. A l’heure où des responsables politiques pointent déjà la Russie pour souffler sur les braises de la contestation, Vijay Prashad nous rappelle avec beaucoup de pertinence un rapport parlementaire qui avait fait suite aux émeutes de 1967. A l’époque déjà, on soupçonnait des conspirations derrière les troubles. Les conclusions de la commission étaient pourtant sans appel. Elles démontrent que la situation des Afro-Américains ne s’est pas amélioré depuis et expliquent pourquoi l’indignation est si forte aujourd’hui. (IGA)

 


 

Pas besoin de se demander pourquoi George Floyd (46 ans) a été assassiné en plein jour à Minneapolis, dans le Minnesota, le 25 mai 2020. Le scénario de sa mort est écrit au plus profond de l’affreux drame qu’est l’histoire des États-Unis.

 

Je ne peux pas respirer 2020

L’officier de police Derek Chauvin a maintenu son genou sur le cou de George Floyd pendant huit minutes et 46 secondes. Ensuite, George Floyd était mort. A partir du moment où Chauvin a pesé de son corps sur un homme désarmé, George Floyd a dit — onze fois — je ne peux pas respirer.

Les scientifiques qui étudient la respiration humaine disent que les personnes non entraînées peuvent retenir leur souffle entre trente secondes et deux minutes ; tout ce qui dépasse ce laps de temps provoque un processus qui mène finalement à la mort.

 

Je ne peux pas respirer 2014

L’officier de police Daniel Pantaleo a jeté Eric Garner sur le trottoir de New York quelques minutes après que celui-ci avait aidé à calmer une dispute dans la rue. Pantaleo a pressé le visage de Garner contre le trottoir, et Garner a dit — onze fois — je ne peux pas respirer.

Garner a perdu connaissance, n’a pas reçu de soins médicaux dans l’ambulance et a été déclaré mort peu après son arrivée à l’hôpital. Il est mort, en fait, par strangulation.

SUITE dans  le lien

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents