Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


ILE MAURICE/Catastrophe écologique. Les habitants se mobilisent. Et l'ironie de ce pétrole qui se...

Publié par siel sur 9 Août 2020, 23:26pm

Catégories : #INTERNATIONAL

... déverse dans la mer, c'est que l'île Maurice depuis quelques années mène une politique pour ne plus dépendre du pétrole pour électrifier le pays.

"Histo­rique­ment dépen­dante de l’im­por­ta­tion de pétrole pour produire de l’élec­tri­cité, l’île Maurice est en proie à un tour­nant, en se disso­ciant douce­ment des combus­tibles fossiles, rappor­tait Phys.org le 9 décembre. Pour produire son élec­tri­cité, l’île se tourne vers sa prin­ci­pale culture : la canne à sucre.

En effet, les rési­dus de tiges de canne à sucre broyés – appe­lés bagasse –  sont brûlés pour aider à alimen­ter l’île et donc réduire sa dépen­dance au char­bon et au pétrole. Sur l’île, envi­ron 60 % de l’élec­tri­cité est géné­rée par quatre socié­tés sucrières, chacune exploi­tant sa propre centrale ther­mique. Les tiges de canne sont broyées pour en extraire le jus pour la produc­tion de sucre. Ensuite, elles sont trem­pées pour extraire les dernières goûtes de jus, puis chauf­fées pour sécher. Enfin, écra­sées et séchées, les tiges sont ache­mi­nées vers une centrale ther­mique où elles brûlent à 500°C, alimen­tant ainsi des turbines qui produisent de l’élec­tri­cité pour les usines et le réseau local. Pendant une partie de l’an­née, les usines fonc­tionnent au char­bon, puis passent à l’éner­gie produite par la canne à sucre lorsque la saison des récoltes s’an­nonce.

L’élec­tri­cité prove­nant de la canne à sucre recouvre désor­mais 14 % des besoins de l’île et, lorsqu’elle est combi­née à d’autres sources d’éner­gie renou­ve­lables (solaire, éolien, hydro­élec­tri­cité), elle four­nit près du quart de la consom­ma­tion éner­gé­tique quoti­dienne de l’île. L’objec­tif du gouver­ne­ment mauri­cien est de faire gonfler se chiffre à 35 % d’ici 2025. « Les produc­teurs indé­pen­dants du secteur du sucre conti­nue­ront à four­nir la plus grande part d’élec­tri­cité renou­ve­lable issue de la bagasse », a déclaré le vice-Premier ministre mauri­cien, égale­ment ministre de l’Éner­gie, Ivan Collen­da­vel­loo.

Avec cet exemple mauricien, vous pouvez constater ce que l'Homme Banane s'il avait été compétent et non un narcissique et menteur pathologique aurait pu lancé comme initiatives pour fournir l'électricité dans un long terme sur tout le pays, " L’élec­tri­cité prove­nant de la canne à sucre recouvre désor­mais 14 % des besoins de l’île et, lorsqu’elle est combi­née à d’autres sources d’éner­gie renou­ve­lables (solaire, éolien, hydro­élec­tri­cité), elle four­nit près du quart de la consom­ma­tion éner­gé­tique quoti­dienne de l’île."

Ici vous avez une vidéo  (https://www.youtube.com/watch?v=YvutTOp7NtI )qui montre un groupe de cultivateurs de canne  dans la Grand'Anse qui ont organisé une association pour travailler en commun à tour de rôle sur leurs champs. Ce qui nous ramène à notre sujet ; la bagasse, les centrales thermiques, l'électricité...

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents