Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


HAÏTI/ABUS SEXUELS. Un livre sur la pédophilie dans l'église catholique en Haïti, écrit par une...

Publié par siel sur 15 Septembre 2020, 19:26pm

Catégories : #AYITI EXTREME DROITE, #PEUPLE sans mémoire...

HAÏTI/ABUS SEXUELS. Un livre sur la pédophilie dans l'église catholique en Haïti, écrit par une...

...intellectuelle haïtienne- oups, je veux dire brésilienne, Mme Lara Lemos.

Elle a parlé du livre avec Kátia Morais , rédactrice en chef de J & Cia à Brasilia:

 

Jornalistas & Cia – Quel genre de violence les enfants haïtiens ont-ils souffert? Ont-ils également impliqué des religieuses brésiliennes? Et depuis quand se sont-ils produits?

Iara Lemos – Il s’agissait d’abus sexuels, en échange de soins de base tels que la nourriture, le bain et les médicaments. Ils remontent aux années 1990, selon les documents auxquels j’ai eu accès, mais il peut y avoir des cas avant cela. Cependant, ils n’ont jamais impliqué des nonnes brésiliennes. Ces dernières développent une proportion incroyable de travail social, qui sert de base aux enfants haïtiens.

J & Cia – Quelle a été la réaction de l’Église catholique face aux plaintes?

Iara – L’Église catholique a un système de dissimulation des pédophiles religieux. L’un des cas, celui de Douglas Perlitz, avait même le soutien d’un prêtre pour les crimes à commettre. Il n’a jamais été puni. Parmi les cas que je rapporte dans le livre, un seul possède des documents au Vatican. Il s’agit des crimes commis par l’ex-nonce de l’Église en Haïti, en République dominicaine et à Porto Rico. Même dans ce cas là, il n’a pas été puni. Il est mort sous la garde du Vatican, après avoir fui la région des Caraïbes. Le père Bruno Eugener, qui a violé des filles à l’école qu’il a coordonné à l’intérieur d’Haïti, n’a jamais été puni, comme les autres. L’une de ses victimes m’a dit qu’elle avait été violée sous la menace d’une arme à feu. Elle est donc tombée enceinte, a mis au monde une fille (la fille du prêtre) et vit sous la menace.

J & Cia – Ce qui vous a le plus impressionné dans cette recherche, outre les tristes découvertes, bien sûr …

Iara – Il est difficile d’arriver à cette réponse, mais je pense que l’inertie du système juridique, liée à l’immense réseau de protection créé par l’Église catholique au fil des ans, est quelque chose d’impressionnant. Dans le cas de l’État haïtien, les deux se réunissent dans un engrenage huilé par la douleur de leurs victimes. Les enfants sont entrés dans les écoles à la recherche d’éducation, de nourriture et même de la possibilité de prendre un bain et, ont été violés. Ils ont été de garder ce secret, sous peine de perdre le peu qu’ils avaient. Il est difficile pour les victimes de briser la barrière du silence et de chercher du soutien. Il m’a été difficile d’entendre autant de rapports, de découvrir ces formes de violence contre des enfants qui devraient être protégés. Je remercie chacun de ceux qui m’ont fait confiance dans leurs douleurs, dans l’espoir qu’un jour nous pourrons changer cette réalité de douleur et de violence.

J & Cia – Comment réagit le peuple haïtien face à de telles barbaries?

Iara – La plupart des Haïtiens vivent dans la pauvreté. L’État dépend de l’Église pour assumer des responsabilités et des services qu’il n’est en mesure pas d’offrir à la populations, tels que la santé et l’éducation. La relation établie entre l’Église catholique et l’État haïtien est si grande, que le vaudou pratiqué par la majorité de la population a été considéré comme un crime selon le code pénal haïtien. Cela n’a été inversé qu’en 2004. L’Église catholique commande plus d’un quart des écoles en Haïti. C’est un travail extrêmement important dans un territoire extrêmement faible, et c’est pourquoi des crimes comme ceux que je raconte dans le livre sont tolérés pour ne pas détruire des emplois et des services indispensables pour la survie de la société locale. Haïti a besoin de travail social.

L'article dans le lien.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents