Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


HAÏTI/ECOLES et UNIVERSITÉS DE DROIT totalement anarchiques : "Jazz la ap byen mache" comme dirait JOUTHE

Publié par siel sur 26 Octobre 2020, 21:14pm

Catégories : #AYITI EXTREME DROITE, #AYITI ROSE RAKET, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

L’Ecole de droit et des sciences économiques des Gonaïves (EDSEG) est l’entité de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) qui accueille le plus grand nombre d’étudiants. Elle est la plus exploitée. Presque partout dans le pays, des annexes sont illégalement implantées. Avec le pullulement de ces centres qui n’offrent pas toujours une formation de qualité, le décanat crie au scandale.

L’Ecole de droit et des sciences économiques des Gonaïves (EDSEG) est l’entité de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) qui accueille le plus grand nombre d’étudiants. Elle est la plus exploitée. Presque partout dans le pays, des annexes sont illégalement implantées. Avec le pullulement de ces centres qui n’offrent pas toujours une formation de qualité, le décanat crie au scandale.

EXTRAITS

"Absence de contrôle et de régulation, inadéquation dans l’organisation des études

Les enquêteurs révèlent également l’existence d’autres institutions d’enseignement du droit fonctionnant en toute liberté sur le territoire. Elles accueillent chaque année de nouveaux étudiants. Pourtant, elles n’ont formulé aucune demande d’autorisation et par conséquent ne sont enregistrées nulle part au sein de la Direction de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (DESRS).

Sur les 61 institutions d’enseignement de droit recensées par les enquêteurs, seulement onze (11) programmes ont été présentés aux enquêteurs. De ce nombre, huit (8) issus des écoles et facultés de l’UEH et huit universités privées. Selon ces enquêteurs, il existe de nombreux écarts posant un problème d’harmonisation des programmes de quatre ans en science juridique dont l’enseignement accuse un certain vide juridique.

Aucun organe de régulation. Manque de vision claire, de leadership et de coordination des institutions d’enseignement du droit. Il n’existe pas de programme standard au niveau des écoles de droit. Aucune institution ne contrôle l’enseignement qui est dispensé, révèle l’étude, qui a également tenu compte des huit facultés et écoles de droit de l’UEH :  Faculté de droit et des sciences économiques (FDSE), l’École de droit et des sciences économiques des Gonaïves, L’École de droit, des sciences économiques et de gestion du Cap-Haïtien, l’École de droit et des sciences économiques des Cayes, l’École de droit de Jacmel, l’École de droit de Hinche, l’École de droit de Fort-liberté, l’École de droit et des sciences économiques de Port-de-Paix.

L’étude fait état, d’une manière générale, en plus du problème d’adaptation de l’enseignement, de la désuétude du cadre normatif de ces institutions, d'un manque de vision de l’État pour l’enseignement supérieur, d'une absence de régulation de l’enseignement supérieur, d'un manque de moyens financiers."

SUITE ici

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents