Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Cinq nouveaux médias numériques colombiens qui proposent une information non censurée. Une initiative que j'avais suggérée aux quelques journalistes progressistes haïtiens

Publié par siel sur 12 Novembre 2020, 19:28pm

Catégories : #NUESTRA AMERICA, #PEUPLE sans mémoire...

Il n'est pas simple d'exercer le journalisme en Colombie, car il s'agit toujours de l'un des pays les plus dangereux [fr] au monde pour les journalistes de presse et d'audiovisuel. Souvent menacé·e·s ou victimes de violences de la part des narcotrafiquant·e·s ou des groupes armés, certain·e·s pratiquent l'autocensure au sein des grands médias pour se prémunir contre les risques.

« En Colombie, les médias sont étroitement liés à des empires économiques et à la classe politique, ce qui met en danger leur indépendance éditoriale et renforce l’autocensure », comme le révèle [fr] le site de Reporters sans Frontières (RSF). En Colombie, trois groupes possèdent la plupart des médias du pays.

Dans ce contexte, plusieurs nouveaux médias ont vu le jour pour faire face aux monopoles médiatiques, à l'autocensure et au harcèlement. Nous vous présentons cinq nouveaux médias numériques indépendants colombiens.

1. Los Danieles, avril 2020

Tous les dimanches, trois chroniqueurs colombiens de renom — qui se prénomment tous Daniel — lisent leurs chroniques en direct sur les réseaux sociaux. Cet exercice est devenu très populaire : leur dernière vidéo, pour laquelle ils ont invité les journalistes Jorge Ramos et Enrique Santos Calderón, a reçu plus de 4 000 mentions « J'aime » sur YouTube. Dès novembre, Monsieur Santos Calderón, journaliste primé, deviendra officiellement le quatrième chroniqueur des Danieles.

Los Danieles (en français : les Daniel) fait partie d'une nouvelle génération de journalistes en Colombie engagée en faveur d'une indépendance éditoriale et d'une proximité avec leur audience. Ce média a été créé à la suite du licenciement de Daniel Coronell, renvoyé de Semana pour s'être exprimé sur les actionnaires du journal. Dans sa dernière chronique pour Semana, il a écrit : « Les actionnaires de Semana sont propriétaires de la marque, du sublime immeuble, des équipements, du mobilier et des biens, mais pas de l'information. L'information est un bien public qui ne peut être utilisé que dans l'intérêt des citoyen·ne·s et non dans un but de vengeance commerciale. »

Ce licenciement, dont Daniel Coronell a parlé sur Twitter, a fait polémique sur les réseaux sociaux, tout comme le soutien de l'un de ses collègues, l'écrivain et Youtuber Daniel Samper Ospina, qui, par solidarité et conviction a présenté sa lettre de démission à Semana. Ensemble, ils ont décidé de créer un média virtuel indépendant. L'écrivain et journaliste Daniel Samper Pizano, s'est par la suite joint à eux.

La suite dans le lien.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents