Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Le merveilleux cinéaste Fernando Solanas s'en est allé au pays des merveilles. Ce cinéaste est parmi....

Publié par siel sur 7 Novembre 2020, 19:04pm

Catégories : #NUESTRA AMERICA, #CULTURE, #INTERNATIONAL, #PEUPLE sans mémoire...

Le jeune  Fernando Solanas engagé et talentueux.

Le jeune Fernando Solanas engagé et talentueux.

...l'un des réalisateurs dont les films m'ont donné envie de raconter des témoignages de vie, de luttes, de mémoire via l'audiovisuel.

Avez-vous  vu "Memoria del saqueo" (Mémoire du saccage) , un documentaire qui reflète la crise de 2001. En 2005 "La dignidad de los nadies" ( (La dignité d'un peuple) ?

Solanas fut un grand cinéaste et un  militant politique passionné.

La société haïtienne est dans un tel état de passivité, qu'il ne se trouve même pas des jeunes pour réaliser des documentaires sur la situation politique  infecte du pays.

 Le 16 octobre, l'ancien sénateur argentin avait utilisé les réseaux sociaux pour annoncer qu'il avait été infecté par la covid-19 et qu'il était hospitalisé pour observation dans un centre médical de la capitale française. "Mes amis, je suis toujours en soins intensifs. Mon état est délicat et je suis bien soigné. Je continue de résister. Avec ma femme, Angela, qui est également hospitalisée, nous tenons à remercier tout le monde pour votre soutien. N'arrêtez pas de prendre soin de vous".
La nouvelle de sa mort a été confirmée par le ministère des Affaires étrangères juste après minuit. "Énorme chagrin pour Pino Solanas. Il est mort dans l'exercice de ses fonctions d'ambassadeur d'Argentine auprès de l'UNESCO. On se souviendra de lui pour son art, pour son engagement politique et pour son éthique toujours au service d'un pays meilleur. Un câlin à sa famille et ses amis »

Cinéaste et militant politique


Son premier film "L'heure des brasiers" (La hora de los hornos,1968), est une gigantesque fresque sur les effets de l'impérialisme sur le pays, qui signifiait une rupture dans la production cinématographique nationale. L'année suivante, 1969, avec Octavio Getino, il créa le "Grupo Cine Liberación".
Lors d'un reportage réalisé par Juan Ignacio Boido en 1998 Solanas affirmait: «Avec La hora de los hornos, je suis sorti pour découvrir la vérité d'un pays. C'était le moment le plus épique du projet. La discussion à l'époque était celle de la poule et de l'œuf: qu'est-ce qui arrive en premier, la révolution ou le cinéma révolutionnaire? L'Heure des brasiers...ouvrit la troisième voie. Et aujourd'hui, il est très difficile de transmettre la ferveur avec laquelle à l'époque nous allions projeter clandestinement le film. Plus de soixante copies ont circulée pour se faufiler partout, des comités de base aux usines, en passant même par les églises. »

L'étape suivante, également liée à la politique, a été la réalisation avec Getino de "Perón: actualización política y doctrinaria para la toma del poder" (Perón, une mise à jour doctrinale pour la prise du pouvoir, 1971), un entretien approfondi avec le général Juan Domingo Perón pendant son exil à Madrid. 

Après le coup d'État de 1976, le cinéaste est alerté qu'un commando de la Marine tenterait de le kidnapper, alors il décide de s'enfuir en Espagne, puis décide de s'exiler en France.

Le retour de la démocratie en Argentine (1983) est marqué par deux films primés "Tangos, el exilio de Gardel", qu'il a présenté en 1985, et "Sur", en 1988, avec lequel il a remporté le prix du meilleur réalisateur à Cannes.

En mai 1991, Solanas est blessé par quatre balles dans les jambes par une rafale de mitrailleuse tirée d'une voiture par deux hommes. Il avait sévèrement critiqué la dérive libérale du président péroniste Carlos Menem qui l'avait poursuivi après avoir décrit le gouvernement comme "un gang d'escrocs, corrompus et traîtres".

La suite dans le lien

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents