Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Mettre fin au silence et à la complicité internationale vis-à-vis d’Haïti.Un appel de 82 organisations (syndicats, ONG, associations, mouvements paysans,...

Publié par siel sur 9 Novembre 2020, 16:26pm

Catégories : #AYITI ACTUALITES, #AYITI EXTREME DROITE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

...féministes, citoyens) haïtiennes, françaises, belges, canadiennes, espagnoles, allemandes et béninoises ainsi que 300 citoyens

Depuis juillet 2018 et à de nombreuses reprises, dans un contexte de détérioration des droits et des conditions de vie, les Haïtien.nes se sont mobilisés avec force et courage contre l’appauvrissement, la corruption et l’autoritarisme. Avec pour seules réponses : la répression du gouvernement de Jovenel Moïse, l’opposition feutrée ou explicite de la "communauté" internationale.

En deux ans, la situation s’est encore aggravée, et se caractérise essentiellement par :

1) L’appauvrissement : les conditions de vie des Haïtiens, déjà précaires (59% en situation de pauvreté), n’ont cessé de se détériorer. L’inflation et la dévaluation de la monnaie locale, la confiscation des institutions et politiques publiques par une élite corrompue ont un peu plus hypothéqué l’accès aux services sociaux de base, au premier rang desquels l’éducation et la santé.

2) La corruption : la Cour Supérieure des Comptes a documenté le gaspillage et le détournement du fonds de 1,5 milliard d’euros de l’accord Petrocaribe, destinés à des projets de développement. Les hommes d’affaires haïtiens ainsi que la classe politique, dont le président Jovenel Moïse, sont mis en cause.

3) La terreur : explosion de l’insécurité, prolifération, renforcement et convergence de gangs armés. Le Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) a documenté 159 personnes assassinées et 92 autres blessées – y compris des enfants – entre janvier et juin 2020, en raison de la violence liée aux gangs. Ces gangs sont à l’origine d’au moins quatre massacres (le dernier, fin août-début septembre), dont le plus meurtrier est celui de La Saline, où au moins 71 personnes ont été tuées dans la nuit du 13 au 14 novembre 2018. Des enquêtes nationales et internationales ont mis en cause la responsabilité d’un ancien policier, Jimmy Chérisier, alias "Barbecue", ainsi que les liens entre les bandes armées et le pouvoir, au point d’évoquer un "massacre d’État".

4) L’impunité : le scandale Petrocaribe démontre non seulement la gravité, mais aussi le caractère systématique de la corruption, qui se nourrit et renforce l’impunité. Aucune avancée dans les enquêtes sur la corruption, les violations de droits humains et les massacres, aucun procès à l’horizon. Les enquêtes sont au point mort, les massacres demeurent impunis, et les victimes sans recours.

Discrédité, contesté par une très grande majorité des Haïtien.nes qui, au cours de ces deux dernières années, ont manifesté leur ras-le-bol, le président Jovenel Moïse tient largement grâce au soutien des États-Unis, et à la subordination des autres pays et des instances internationales, dont l’Union européenne (UE). De la sorte, ils sont devenus les complices directs et indirects du pouvoir haïtien. Les condamnations morales et les appels à une solution consensuelle ne changent rien, et font l’impasse sur le fait qu’il existe déjà en Haïti un très large consensus contre le président actuel.

Le temps presse

Un cap a été franchi ces dernières semaines avec l’assassinat du bâtonnier du barreau de Port-au-Prince, Maître Monferrier Dorval, le massacre de Bel-Air, un quartier populaire du centre de Port-au-Prince, et la mise en place inconstitutionnelle d’un Conseil électoral provisoire pour hâter la tenue d’échéances électorales et la réforme de la Constitution. Il y a là une course contre la démocratie.

Aucune condition n’est réunie pour des élections libres et crédibles. Ni les conditions juridiques (violation des règles constitutionnelles), ni les conditions techniques (absence de bureaux locaux, de matériel dont les nouvelles cartes d’identité de la firme allemande Dermalog, accusée qui plus est de corruption, etc.) ni les conditions démocratiques (les conseillers électoraux ne représentent pas les divers secteurs de la nation, et n’ont pas été choisis en accord avec les organisations de la société civile comme c’est prévu). Encore moins de sécurité : la représentante des Nations Unies en Haïti fait état de la mainmise des bandes armées dans les quartiers populaires de Port-au-Prince, "sans doute afin d’exercer une influence sur le résultat des élections dans ces circonscriptions".

De plus, vu le contexte et la défiance généralisée envers leurs dirigeants et les institutions, la grande majorité en Haïti ne veut pas de ces élections. S’agit-il dès lors de les imposer contre la volonté des Haïtien.nes eux-mêmes ? Dans les conditions actuelles, plutôt que d’offrir un moyen d’exprimer librement la souveraineté populaire, ces élections participent de la reproduction d’un "système", contre lequel le peuple lutte.

Le changement commence en mettant fin à l’impunité. Et en luttant contre les conditions et les acteurs qui la permettent et s’en servent. Cela passe notamment par la mise en place du procès Petrocaribe, par le jugement des responsables des violences et des massacres, par la mise à l’écart de toute personne citée dans les affaires en cours, et, surtout, par le respect des voix et des droits des Haïtien.nes.

En conséquence, nous exigeons de la communauté internationale et singulièrement du Core Group (États-Unis, Canada, Allemagne, Espagne, Brésil, France, UE, Organisation des États Américains - OEA - et Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies) de mener une diplomatie basée sur :

1 ) La souveraineté des Haïtien.nes, qui ose se démarquer et s’opposer à toute ingérence, dont celle constante des États-Unis.

2) Les revendications des Haïtien.nes de mettre fin à l’impunité et d’assurer une transition, en appuyant et en accompagnant leur travail pour un jugement juste et équitable des responsables des massacres et de la dilapidation des fonds Petrocaribe.

3) Le refus d’apporter un soutien économique, politique et moral à une réforme constitutionnelle et à des élections qui, dans les conditions actuelles, s’apparentent à une mascarade au service du pouvoir.

4) La redevabilité aux citoyen.nes haïtien.nes et des pays dits "amis d’Haïti" des mesures prises jusqu’à présent en leurs noms. Nous voulons entre autres savoir pourquoi l’UE a octroyé 63,3 millions d’euros d’appui budgétaire au gouvernement de Jovenel Moïse, alors que les conditions de gestion des risques et d’État de droit n’étaient pas réunies, et quel usage a été fait de cet argent. De même, nous voulons que l’UE se donne les moyens de répondre et de vérifier les accusations de corruption émises à l’encontre de société allemande Dermalog.

Liste des signataires dans le lien

Commenter cet article

B
Mwen ta renmen yon moun rezoud ekwasyon sa pou mwen: kòman menm diplomasi ki ap batay pou se Jovnêl ak Mately ki sou pouvwa ak ranfò Gang yo nan lari a kapab oryante ekzpètiz teknik pou ranfòse leta ? Se tankou ou bay yon moun ki anraje kondwi yon machinn epi ou mete de lôt moun pou vann pyès de rechanj pou machinn lan. eske tout moun yo se pa pou menm biznis lan yap travay ? Donk Defayans peyi dAyiti se ekspresyon yon Ekwasyon terib : Gang Politik = Ekspètiz Teknik
Répondre
B
Nou pa ka Ap mange lajan Blan an epi pou nou ap denonse li. Se menm lajan kap fè ONG yo mache kap fè gang yo mache tou. Fòk niou komanse ranmase karaktè nou pou nou bay mwens mwayen presyon sou nou. Kote ki gen gwo risk se diminye ou diminye ekzposisyon nan zòn lan. Se avèk lajan ONG yo yap afebli nou, fòk nou mete kouraj, aksepte soufri pou nou konstwi yon lòt modèl ekonomik pou nou viv. Se sa ki rele entèlijans. Sa nap fé la rele malis. N'ap manje lajan kòm ekspè kap kore yon systèm epi nap denonse systèm lan, epi nap mande pèp leve kampe pou nou kontinye pyafe nan ONG. Alôs ke se pòp la ki pa jwenn anyen nan systèm lan.
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents