Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


HAÏTI. L'impérieuse nécessité de réguler le métier de journaliste dans un Etat de droit restauré.

Publié par siel sur 25 Novembre 2020, 21:41pm

Catégories : #AYITI EXTREME DROITE, #AYITI ROSE RAKET, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

HAÏTI. L'impérieuse nécessité de réguler le métier de journaliste dans un Etat de droit restauré.

Pourquoi Claudy Gassant se commet avec un type comme H. Guerrier ? Vous voulez savoir pourquoi ? Parce que... vous ignorez le fonctionnement d'une dictature.

Synonymes : absolutisme, autocratie, autoritarisme, totalitarisme.

Dans une dictature, parce que justement vous avez un petit groupe de personnes qui contrôle la société, les gens de bien sont soumis aux idiots et aux vagabonds.

Est-ce que vous vous rappelez de ce macoute, sous Duvalier F. qui avait un restaurant et obligeait ses clients, des fonctionnaires à terminer leur plat, coûte que coûte ?Parfois, il les menaçait de son arme.

Je vous parlais du zanmitay ici . Le zanmitay c'est également des gens d'éducation familiale et académique totalement différentes qui se retrouvent dans le même sac.

Et dans une dictature où la force fait loi, ce sont les plus bêtes qui dominent.

G. Henry défendant subtilement son ami, Dadou, c'est le même qui défendait G. Delva, c'est le même qui prétendait que les stades existaient bel et bien, sauf, disait-il que le terme stade n'était pas correct mais qu'il s'agissait plutôt de centres sportifs.

Une des choses qu'il faudra réguler en Haïti, c'est le métier de journaliste. Quelqu'un qui a passé quelques temps à apprendre la communication, ne devrait pas avoir une carte de journaliste.

Pour exercer cette profession, il faut un minimum de culture générale, de connaissances en sciences politiques acquises dans une école de journalisme comme partout dans le monde.

Ce qui éviterait à la population d'être livrée à des dirigeants apprentis sorciers et à  vendeurs de parole comme Guerrier H. et les autres.

D'ailleurs, s'il existait des journalistes professionnels et non pas des jako répèt qui change d'avis en fonction des intérêts de ceux qu'ils appuient,  l'affaire de Yves Jean Bart n'aurait pas fait l'objet d'une enquête par un jeune étranger dans un media anglophone. 

Dans le cas de ce M., ça devient affreusement grave. Voici qu'il déclare que les victimes,  auraient dû se présenter pour témoigner dans l'état actuel de la justice haïtienne où les témoins dans toutes les affaires craignent d'être agressés. Il fait comme s'il ignorait le poids de BART dans la société haïtienne, ses zanmitay et protections face à des jeunes issues de milieux pauvres.

Après ça quand la présumée victime sera retrouvée avec une balle dans la tête sur un tas d'ordures, c'est lui qui paiera l'enterrement ?

Il ose même prétendre que les présumées victimes auraient pu demander une protection policière.

De qui se moque t-il ?

Remarquez qu'après avoir protesté, sans preuves, contre l'idée que l'ambassade des USA avait son mot à dire sur le choix du chef de la police, le même M. déclare maintenant que c'est cette même ambassade qui décide de tout en Haïti. Manque de sérieux.
Faire dans le nationalisme pèpè et dans le déni à ce point c'est non seulement stupide mais méchant dans la mesure où de manière indirecte il rend les victimes coupables de  s'être abstenues de témoigner.

De plus, il se garde bien de rappeler que le fait-président, avait demandé une consultation d'experts étrangers pour analyser le dossier PetroCaribe doutant des compétences de la propre Cour des comptes de son pays.

Or, un journaliste dans un cas comme celui-ci devrait mettre tout à plat. C'est-à-dire rappeler d'autres affaires de ce type, comme celle de Pierre-Louis où la  présumée victime avait dû quitter le pays. Interroger l'état de la justice à travers des cas bien précis, tels que celui des deux jeunes danseurs, de l'étudiant assassiné, des journalistes Rospide Pétion Nehemy Joseph où le juge chargé de l'affaire se désiste craignant pour sa sécurité.

Et et s'interroger sur les raisons de son dysfonctionnement.  S'interroger pourquoi la FIFA est restée pendant des années silencieuses comme fait dans cet excellent article d'AYIBOPOST. Ce qui pourrait édifier ses auditeurs - après tout un journaliste ça sert à ça.

Il me semble que ce M. devrait plutôt s'interroger, si l'enquête de la FIFA est fiable, des raisons qui expliquent que M. BART ait pu en toute impunité avoir ce comportement délictueux des années durant, sans qu'aucun journaliste haïtien n'intervienne.

Ce genre d'analyse réductrice, simplette faisant dans le voye monte  émotionnel et l'indignation facile, montre l'importance de l'information traitée correctement et pourquoi il sera primordial dans une Haïti restaurée  d'encadrer la profession de journaliste. 

 

Commenter cet article

B
En Haïti, il suffit de savoir articuler, connaitre quelques règles de conjugaison dont la fameuse règle du subjonctif passé 2eme forme (lol) et quelques tournures stylistiques pour s'imposer à l'opinion comme analyste, journaliste, éditorialiste et publiciste. Le coup d'état du 30 septembre a permis à la CIA de retourner l'engagement des médias progressistes, d'abord par la répression, par la peur ( Assassinat de Jean Dominique) et par la corruption. L’explosion des stations sur la bande FM participe de cette stratégie d'abrutissement de la population. Les 4 gangs les plus redoutables d'Haïti sont l'Ambassade des USA, le secteur privé, les médias et les gangs armés.
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents