Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Vaste opération de vol de terrains à Léogane - Par Samuel Celiné

Publié par siel sur 15 Janvier 2021, 20:59pm

Catégories : #AYITI EXTREME DROITE, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI ECONOMIE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

A la deuxième section de Petite Rivière de Léogâne, entre les localités de Terre-force, Place l’or et Guérin, 12000 hectares couverts de manguiers bien alignés, ont été la cible de spoliateurs. 

Sous les manguiers qui offrent leurs fruits aux rares passants qui osent traverser l’espace devenu un baril de poudre, des bornes sont plantées, des fondations sont fouillées et des piles de matériaux de construction s’entassent.

Depuis bientôt six ans, divers groupes armés se sont mis ensemble pour chasser le propriétaire de l’espace, l’agronome Georges Louis. Désormais, d’autres groupes revendiquent leur droit sur ce terrain, et cela cause une situation de grande insécurité à Kay Agwonòm, comme on appelle l’espace.

Le maire de Léogâne, Mauclair Désir, et l’ancien député Jean Wilson Hyppolite, sont indexés du doigt dans cette spoliation.  

 

Implication de responsables d’Etat

L’espace appartenait à l’agronome Georges Louis. Il y a exploité, tour à tour, du tabac, des légumes, et finalement des manguiers.

Mais depuis 2012, de puissants groupes de la ville tentaient de s’accaparer de l’espace. Il a lutté pour garder ses terres jusqu’à sa mort en 2014. Après le décès de Georges Louis, son fils unique a continué à exploiter le terrain, qu’il plaçait sous la garde d’un gérant.

Cependant, en 2016, un nommé « Grimo », accompagné d’autres hommes armés ont envahi les 12 000 hectares. Ils ont chassé le gérant et ont partagé la terre entre eux. Quelque temps après, Grimo décède et laisse le terrain à ses complices.

Mais aujourd’hui, d’autres groupes réclament le contrôle de cette terre. Kay agwonom est ainsi devenu un quasi no man’s land, où des hommes armés sont constamment en embuscade. 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents