Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


AYIBOPOST/Opinion | Qu’est-ce que Tèt Kale ? Par Albert Ansy Brel

Publié par siel sur 16 Février 2021, 21:28pm

Catégories : #AYITI ACTUALITES, #CULTURE, #AYITI EXTREME DROITE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

Il n’y a jamais eu, je le répète : jamais, de partis politiques qui, de par leurs noms, jusqu’à leur contenu ou leur absence de contenu, ont exposé à notre intelligence un creux aussi énorme, écrit Albert Ansy Brel

– I –

Je voudrais commencer par poser le problème PHTK qui, en tant que forme de gouvernance décadente, pourrait servir de piste à une réflexion sur la décadence de la politique haïtienne, car, je me permets de l’affirmer ici, en matière de l’accomplissement de la dégénérescence de l’homme politique haïtien, nous ne pouvons trouver, ni dans les contes populaires, ni dans l’Histoire de cette nation, de pareils excédents d’hommes et de femmes politiques que ceux et celles que qui font tourner la roue du régime décadent Tèt Kale. La décadence se révèle être une évidence aux premières questions que l’on se pose sur la nature du régime.

Qu’est-ce que Tèt Kale ? Un parti politique, nous ont-ils dit ? Que veut dire Tèt Kale ? Objectivement rien.

Et c’est partir de ce rien que tout est possible ; et c’est ce qui est surprenant. Dans toute l’histoire des partis politiques de ce pays, si l’on part des plus récents (des plus creux, des plus insignifiants), jusqu’aux plus anciens, c’est-à-dire les plus idéologiquement fondés, il n’y a jamais eu, je le répète : jamais, de partis politiques qui, de par leurs noms, jusqu’à leur contenu ou leur absence de contenu, ont exposé à notre intelligence un creux aussi énorme. Et c’est à partir de ce creux, si l’on veut mettre en examen la dégénérescence, pour être méthodique, l’exécrablure de ce régime, qu’il faut partir ; et l’on peut, à juste raison, soutenir qu’un parti politique dont le nom ne définit en rien n’est, en réalité, rien d’autre qu’une association de ratés, de petits riens entassés les uns aux autres pour ne produire politiquement que néant et déceptions.

– II —

Qu’est-ce qu’un rien ? C’est à partir de cette question qu’on l’on réalisera tout le danger que représente le PHTK. La réponse la plus appropriée à cette question serait : un rien n’est rien. Par cette réponse, le sujet est sa négation. Il ne peut s’affirmer qu’en se niant. La vérité ontologique du sujet n’est que déni de son existence et de l’existence prise de manière générale. PHTK est une inexistence logique, un déni de la vie, une aberration.

Prise individuellement, la chose humaine qui se tient au rang de rien est loin de l’être humain qui, malgré ses hauts et ses bas, est l’accomplissement de l’humanité dans la chose ; et de manière collective, dans le cas où un ensemble de rien s’unit pour réaliser quelque chose qui ne peut être que l’accomplissement de leur nullité — puisqu’il existe dans cette union même un danger : réaliser l’accomplissement dans sa nullité revient à s’affirmer comme nullité supérieure à toute autre valeur, et, par conséquent, à réduire toute autre valeur à néant – on ne peut que définir ce rien comme nullité écrasante, nullité monstrueuse [1]. Et, il n’y pas meilleur endroit, ni endroit plus dangereux, pour le monstre de se manifester que dans l’État.

SUITE dans le lien

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents