Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Le petit-fils de LOUIS DEJOIE déclare que les terres de la Savane Diane appartiennent à son grand-père. Quelques questions et éclaircissements sur cette propriété.

Publié par siel sur 26 Février 2021, 23:53pm

Catégories : #AYITI ACTUALITES, #AYITI EXTREME DROITE, #AYITI ECONOMIE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

Le cycle de la zone franche de la société Stevia Agro Industrie de

Le cycle de la zone franche de la société Stevia Agro Industrie de

Il manque des mots et/ou parties dans le texte récupéré sur le net. Mais dans l'état il permet de prendre connaissance de cette région, l'histoire des différentes tentatives pour en faire une zone agricole au profit des paysans et de la production nationale, jusqu'à l'arrêté de JOVENEL donnant jouissance à APAID avec un bonus de 18 M de dollars, sans que personne ( puisqu'il n'existe plus de représentants du peuple) puisse avoir la moindre idée ni des clauses du contrat, de ce qu'APAID veut produire sur cette zone franche et en quoi cette cession de terres de l'ETAT va profiter à la population et contribuer au développement de l'économie du pays.

L'affaire semble se résumer entre un contrat entre deux individus JOVENEL auquel les terres appartiendraient et  Nina APAID  Présidente de la Société Stevia Agro Industrie auquel il ldonne l'autorisation de créer une zone franche 

Vu la requête en date du 11 novembre 2019 présentée par Madame Nina Apaid, identifiée au numéro d’immatriculation fiscale: 003-209-594-0 et au numéro d’identification nationale: Ol-01-99-1950-02-00016, propriétaire, demeurant et domiciliée au numéro 11, Rue Saint Hubert, Turgeau, Port-au-Prince, Haïti, Présidente de la Société Stevia Agro Industrie S.A. (STEVIA S.A.) sollicitant le Statut de zone franche au profit d’un projet d’investissement agricole devant être implanté à Savane Diane, territoire relevant concomitamment des Communes de Saint-Michel de l’ Attalaye (Artibonite), Maïssade (Centre), Pignon et Saint-Raphaël (Nord) ; ETC.

La requête de Nina Apaid, date de novembre 2019 et il semblerait qu'avant sa sortie du pouvoir JOVENEL ait précipité le mouvement.

Louis Déjoie affirme que les 8000 hectares sont un héritage de son père. Cependant à regarder l'historique de ces terres elles semblent avoir toujours été sous l'administration de  l'Etat.  "En ce qui concerne l'histoire de la Savane, ce matin à la radio Michel William a évoqué une colonie agricole qui aurait été établie sous la présidence de Sténio Vincent en faveur de rescapés des vêpres dominicaine ; moi j'ai surtout entendu parler du projet d' élevage sous la présidence de Dumarsais Estimé : la Savane était utilisée pour la culture de l'«herbe Madame Michel» qui servait de fourrage pour les zébus de la ferme de Papaye ; et puis tout le monde sait que l'agronome Louis Déjoie y produisait des huiles essentielles avant que le démon de la politique ne finisse par l'envoyer en exil. Aujourd'hui, on vient y implanter le Village de l'Espoir, mais ce n'est pas le premier projet de ce genre.

 Question à Louis Dejoie II : une propriété privée peut-elle administrée par l'Etat ?

13 Mercredi 22 Août 2012 Le samedi 18 août, le Ministère de l Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR) invitait à l inauguration du Village de l'Espoir, 200 unités de logement construites, grâce à la coopération taiwanaise, à Savane Diane, commune de St Michel de l'Attalaye, pour des victimes du séisme du 12 janvier Mais avant de parler de cette cérémonie, je crois nécessaire d'en présenter le cadre. La Savane Diane, c'est environ  20.000 hectares (dans son émission ce matin sur Radyo Ginen, l' agronome Michel HAITI, QUEL DEVELOPPEMENT? Village de l'Espoir)

Le Ministre de l Agriculture du gouvernement intérimaire, parla de former une commission qui lui ferait des recommandations quant à l'avenir du projet, mais je ne sache pas qu'il y ait eu la moindre suite. À l'origine du projet actuel, il s'agissait d'une intervention à caractère d urgence humanitaire visant à relocaliser des personnes victimes du séisme dévastateur du 12 janvier 2010 et qui s'étaient réfugiées dans la région de St-Michel. Malheureusement, entre temps la plupart de ces réfugiés sont retournés à Port-au-Prince et les promoteurs, le MARNDR et la Mairie de St Michel, se sont trouvés dans la situation d'avoir à identifier d'autres bénéficiaires, en l'occurrence les populations les plus vulnérables habitant la Savane Diane.

Personnellement, je me suis toujours demandé pourquoi la Savane était sous-exploitée alors que partout dans le pays les paysans se plaignent de n'avoir pas assez de terre. La réponse réside dans le fait qu'il s'agit d'une zone relativement sèche. Certes elle est encadrée par deux rivières qui descendent du massif de Marmelade qui la borde au nord-ouest : le Bouyaha, au nord, et la Rivière canot, au sud, qui vont faire William, qui avait joué le maitre de cérémonie samedi, disait entre et carreaux) situés dans la section communale de l Attalaye, commune de St Michel de l' Attalaye. Située à environ 400 mètres d altitude, la Savane Diane occupe le coin nord-ouest de cette vaste étendue plane ( hectares) qu'est le Plateau Central.

En dépit de sa situation géographique, la commune de St Michel fait partie du département de l" Artibonite (une des raisons pour lesquelles il est ridicule de parler des dix «départements géographiques» du pays). Pendant longtemps, la voie la plus utilisée pour atteindre St Michel était la route qui le relie à la Nationale # 1 au niveau d Ennery, mais, depuis quelque temps, une route qui traverse la chaine des Cahos relie St Michel à Marchand-Dessalines évitant au voyageur venant de Port-au-Prince d'avoir à faire le grand détour par Gonaïves et Ennery. Par ailleurs, St Michel est aussi relié à St Raphaël, sur la Nationale # 3, au nord de Hinche, et à Maïssade, à l'est de Hinche.

En ce qui concerne l'histoire de la Savane, ce matin à la radio Michel William a évoqué une colonie agricole qui aurait été établie sous la présidence de Sténio Vincent en faveur de rescapés des vêpres dominicaine ; moi j'ai surtout entendu parler du projet d' élevage sous la présidence de Dumarsais Estimé : la Savane était utilisée pour la culture de l'«herbe Madame Michel» qui servait de fourrage pour les zébus de la ferme de Papaye ; et puis tout le monde sait que l'agronome Louis Déjoie y produisait des huiles essentielles avant que le démon de la politique ne finisse par l'envoyer en exil. Aujourd'hui, on vient y implanter le Village de l'Espoir, mais ce n'est pas le premier projet de ce genre.

Le 31 Janvier 2003, le Premier Ministre Yvon Neptune lançait, au cours d une cérémonie officielle à Débauché, un projet de construction d un village agricole sur une partie des terres de la Savane Diane. L'INARA était réquisitionné pour procéder à l'implantation du village, des parcelles qui seraient distribuées aux bénéficiaires et des voies de pénétration. L'INARA devait également se préparer pour les interventions devant mener à l'identification de ces bénéficiaires.

Neuf mois plus tard, tout était arrêté pour manque de fonds, et le second départ du Président Aristide pour l'exil n'était pas loin.

 Pour le Ministère de l'Agriculture, c'était l occasion de s'attaquer à la nécessité de faire du secteur agricole un secteur «rentable, moderne et durable»; et l'on comprend que le Ministre ait pu dire : «ce que nous lançons aujourd'hui a la prétention d'inspirer ce que devrait être le modèle organisationnel du milieu rural et le modèle fonctionnel su secteur agricole pour les prochaines années, voire les prochaines décennies». Et d'énumérer les interventions prévues : «La Savane Diane représente, avec le reste du Haut Plateau Central et le Nord-est, l'une des principales réserves foncières du pays.

Le MARNDR entend faire de cette zone un pôle important de croissance agricole. C'est pourquoi nous avons prévu des investissements importants dans la région au cours des prochaines années. Irrigation, lacs collinaires, arboriculture fruitière, école moyenne d agriculture, formation d entrepreneurs agricoles, telles sont quelques actions prévues et articulées autour d une valorisation du potentiel régional que le jonction à quelques kilomètres à l'ouest de Hinche et former le Guayamouc, mais le lit de ces cours d'eau est de plusieurs mètres en contre-bas par rapport au sol du plateau. Si donc on veut faire de l'irrigation, il va falloir mettre en place des infrastructures, des lacs collinaires, par exemple, que le Ministre a dû reste cités.

En tout cas, il ne fait aucun doute qu'une exploitation rationnelle de cette vaste étendue peut faire la différence en ce qui concerne notre production agricole.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents