Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Lu sur le net : JOMO LOVE – Amours d'État entre Shérif Abdallah et Helen La Lime

Publié par siel sur 14 Février 2021, 19:51pm

Catégories : #Lu sur le net, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI ECONOMIE, #AYITI EXTREME DROITE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

Lu sur le net : JOMO LOVE – Amours d'État entre Shérif Abdallah et Helen La Lime
Entre Abdallah et La Lime, c’est l’amour fou depuis quelques mois. Ils ont tellement d’intérêts en commun que certains soirs, ils ne se quittent plus. Ils s’aiment comme deux tourtereaux et ne se cachent même pas.
Parfois La Lime reste au Karibe après le bureau à attendre son Abdou, comme elle l’appelle, pour des soirées bien arrosées. Et d’autres fois, ils s’envolent vers la cote des Arcadins en hélico, où le multi millionnaire possède une villa en bord de mer, construit avec l’argent d’Helico SA et du trafic d’armes.
 
Shérif Abdallah est le maestro qui assure à Jovenel Moïse le soutien du secteur privé. Il partage le gateau avec certains et menacent d’autres. La Lime est la canaille grand mère qui assure le soutien de l’International . Elle s’assure que Sison s’aligne sur tous ses coups de facon à faire taire les autres.
Le couple Abdallah-La Lime, avec comme fils adoptifs Laurent Lamothe et Antonio Sola, est le principal groupe qui pousse à faire passer la nouvelle constitution via un référendum qui leur ait déjà acquis. C’est le plus ambitieux projet de ce couple de racketteurs qui leur donnera les pleins pouvoirs et leur garantira l'impunité totale.
 
Ce couple est très dangereux. Il a donné à Jovenel Moïse tout ce dont il avait besoin pour détruire les Vorbe au profit de Laurent Lamothe et neutraliser le secteur des affaires.
Aujourd’hui, aucun des hommes du secteur privé ne peut prendre position contre Jovenel sans se mettre en face d’Abdallah, La Lime et Lamothe qui contrôlent le G9.
 
Les racines du couple Adbdallah – La Lime sont ancrées dans des millions dont ces 20 millions de ristourne sur ces contrats de General Electric, des turcs et tant d’autres aussi juteux. Ils ont fait éliminer les Vorbe pour plaire à Lamothe.
 
Les relations entre La Lime et Lamothe remontent au temps où La Lime était en mission en Angola et Lamothe faisait des affaires avec INITEL via sa compagnie Global Voice Group.
 
Comme par hasard, ils se sont revus en Haïti et depuis ils montent un gang ensemble. Ils contrôlent ensemble de gros contrats au Ministère des Affaires étrangères dont ces fonds mobilisés pour arroser les lobbies diplomatiques à Washington et à New York.
 
Jovenel Moïse dispose d’une enveloppe bien remplie pour le lobbying diplomatique et c’est Lamothe et La Lime qui gèrent cet argent.
 
Ils sont prêts à tout pour maintenir Jovenel Moïse au pouvoir. Ce sont des dizaines de millions qui sont en jeu. D’ailleurs, Abdallah n’a pas hésité à sacrifier sa femme Sabrina Léger, héritière des Assurances Léger, pour être avec La Lime et garantir les millions qu’il gagne avec la présence de Jovenel Moïse au pouvoir et s'assurer de l'impunité si les choses tournaient mal.
 
Nous revoila revenu au temps de la cour où pour plaire au monarque il fallait savoir donner de sa personne, Sabrina l'aura bien compris.
Hervé Vulsaint

Commenter cet article

B
Vous avez parfaitement raison et je ne peux rien ajouter sinon pour préciser qu'en disant que "je sais que mon commentaire sera invisibilisé", je faisais allusion à sa réception par le public. Juste pour eviter un malentendu qui n'a pas lieu d'être. Au fond, je comprends la finalité du texte, même s'il est à craindre que l'opinion ne retiendra que le fait divers sans aller au fond des choses. C'est sans doute pour cela que je pense qu'il faut militer pour une approche médiatique plus pédagogique. C'était ce que je voulais surtout relever. Merci de votre retour et à bientôt
Répondre
S
Là encore, je suis d'accord avec vous. Trop de zen brouillent la perception et servent de diversion. J'aurais préféré que ce récit soit accompagné de preuves et qu'il aille plus loin dans la réflexion à partir de là. Mais malheureusement, les journalistes d'investigation sont absents en Haïti, ce qui renforce l'impuissance à lutter contre la corruption qu'une justice à terre n'a pas la capacité de faire. A bientôt.
B
Le seul danger de ces analyses est qu’elles noient les structures d'un système, conçu pour perpétuer l'esclavage sous d'autres formes, sous les eaux affluentes d'anecdotes et de quelques faits véridiques, donnant à une ou deux personnes, l'immense pouvoir d'être responsable de tout. Ce qui sert à protéger le système, car orientant les solutions contre des personnes et non contre les structures vermoulues.
C'est là une des forces du système : enfumer la conscience collective en faisant régner un immense impensé structurel qui empêche d’agir sur les causes racines des problèmes. C'est par cette emprise que le système néo esclavagiste en place en Haïti érode la résistance du peuple haïtien, assure sa pérennité en permettant au système de renouveler ses structures avec de nouveaux visages. Ainsi, sur les mêmes structures totalitaires, on a greffé des injonctions démocratiques pour faire émerger un artifice démocratique aux accents d’État de droit par transplants institutionnels.
Toute la gauche haïtienne s’est ruée sur le business de l’État de droit. Et au lieu de produire des réflexions complexes orientant les actions vers les structures, pour cartographier les failles et nourrir l’apprentissage démocratique par une veille critique et intranquille, les intellectuels et les militants de la gauche se sont transformés en portefaix des agences internationales. Dans leur business droit de l’hommiste et, ils se sont contentes de faire fructifier leur zone de réussite personnelle en déroutant la pensée critique vers une fossilisation des technologies de l’intelligence : là, dans cet étouffoir, on va désapprendre en préférant le simplisme au complexe. Dès lors, cette gauche déjà médiocre humainement, puisqu’issue d’une population déshumanisée par plus de 5 siècles de précarités, a, pendant 33 ans, de 1987 à 2020, a creusé le sillon à travers lequel allaient se mouvoir les eaux basses qui ont nourri la résurgence de la dictature.
En Haïti, les gens de gauche et les gens de droite se partagent les mêmes médiocrités : on ne recherche la collaboration de l’autre que si on peut transformer cet autre en un valet. D’où les deux grandes faiblesses qui concourent à la stabilité du système : les Haïtiens détestent travailler avec les gens qui sont plus compétents qu’eux, les Haïtiens détestent travailler avec les gens qui sont dignes et authentiques. Par ces deux quantificateurs, tous les rapports sociaux, professionnels, politiques, culturels en Haïti seront basés sur la déshumanisation ; cet héritage barbare de l’esclavage qui va faire de l’Haïtien un éternel marron de la précarité. On va préférer la fuite au conflit, les convergences déviantes aux divergences structurantes. Car étant précaire soi-même, on va nourrir la précarité par les accointances, par les insignifiances. Tous ceux qui feront vivre la dissidence de la pensée critique deviendront des hérétiques à abattre : ce sont des gens qui veulent paraitre, ce sont des « intellectualistes », ce sont des aigris. Voila les failles (le vide) qui nourrissent l’impensé et laissent monter les eaux indigentes.
Dans ce récit qui n'est pas forcément faux, le secteur privé haïtien, gardien du système néo esclavagiste, devient des victimes du méchant Sheriff Abdallah, les diplomates du Core Group, affreux néo-colonialistes perpétuant la mission des affreux conquistadors du XVIème siècle, sont des victimes de la diablesse Lalime…etc….Conséquence, on invisibilise les structures du système.et bonjour les enculades qui nous conduisent aux grandes reculades.
La gauche haïtienne n’a pas su profiter de l’emprise qu’elle a exercé, pendant un moment après 1987, notamment entre 1994-1997 : Aristide, 1997-2001 : Préval, 2001- 2004 : Aristide, 2006-2010 : Préval, sur les institutions de la culture, de l’éducation, de la justice et sur les organismes de droits humains pour faire vivre l’apprentissage démocratique et renforcer l’écosystème informationnel qui est un vrai foutoir.
Mon humble opinion, qui sera certainement invisibilisée, est qu’il faut être méfiant avec ces analyses qui sont souvent des diversions du système pour entretenir l’impensé par enfumage.
Répondre
S
"Mon humble opinion, qui sera certainement invisibilisée" ?? Je suis d'accord sur l'essentiel. Cependant il ne s'agit pas d'analyses mais de faits rapportés qui viennent simplement démentir le "hoax" de JOVENEl sur son dit " combat" contre l'oligarchie et mieux mettre en évidence ce qu'il entend par le "ti rest la pou pèp la". Par ailleurs les néocolonialistes sont bien présents, ils sont bien affreux et ils entretiennent, nourrissent pour ne pas dire produisent le système néo-esclavagiste (si je peux l'appeler ainsi). Bien entendu, la responsabilité de la gauche est réelle. Sauf que vous oubliez de mentionner qu'elle ne faisait pas le poids face aux forces réactionnaires appuyées par la CI ( mais oui encore elle ). Le livre de Barthelemy m'avait interpellé dès sa parution. Et d'ailleurs j'étais convaincue que étant donné la présence de ces duvaliéristes dans l'administration, dans la justice, ils reviendraient au pouvoir. On me disait que c'était impossible parce que les acquis démocratiques et bla, bla, bla, parce que la CI ne permettrait pas et bla, bla, bla. Les choses ne sont jamais aussi simples, surtout quand ces mêmes acteurs de la gauche sont habités par le même héritage de déshumanisation qu'ils n'ont jamais analysé. Et puis il y a le facteur temps qui n'a pas été en faveur des aspirants au changement de système. Planter une graine ne suffit pas. Il faut que ce soit dans le bon terreau, il faut pouvoir l'arroser, lui mettre un tuteur s'il le faut, etc. Ce ne sont pas des excuses mais des faits. Vous savez bien que j'ai toujours dénoncé le manichéisme et l'infantilisme des intellectuels dits de gauche lesquels sont en grande partie responsable du "plasaj "de Martelly et de Jovenel au pouvoir. Ce sont eux qui ont rendu possible l'apparition de ces personnes sur la scène politique et le soutien apporté par la CI à leurs déviances.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents