Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Position des étudiant-e-s et chercheur-e-s haïtien-ne-s en dehors du pays sur la conjoncture actuelle d’Haïti

Publié par siel sur 9 Février 2021, 20:42pm

Catégories : #AYITI ACTUALITES, #AYITI EXTREME DROITE, #AYITI ROSE RAKET, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

Mardi 9 février 2021 ((rezonodwes.com))– Depuis le début de la décennie 2010-2020, deux événements majeurs occupent le quotidien du peuple haïtien. Le premier est le séisme du 12 janvier 2010 qui a causé des dégâts irréversibles au pays. Le second, l’imposition du pouvoir néoduvaliériste PHTK par l’impérialisme occidental dirigé par les États-Unis en 2011. Selon les observations la gouvernance de ce régime révèle beaucoup plus mortifère que le séisme que ce soit en termes de stress quotidien, de dégradation de l’économie, de massacres dans les quartiers populaires, de corruption, de destruction des institutions gardiennes de la démocratie, etc. Nous tenons surtout à nous positionner sur la conjoncture actuellement dramatique dans laquelle se trouve le peuple haïtien.

Il est important de rappeler que le pouvoir PHTK a eu le support absolu des pays du Core Group durant le mandat présidentiel de leurs deux poulains néoduvaliéristes, Michel Joseph Martelly (sweet Micky) et Jovenel Moïse. Ce dernier, rejeté par toutes les forces vives du pays et toutes les couches populaires installe un banditisme d’État dans le pays. La fédération des gangs du pays notamment dans la capitale, sous la dénomination de G9 et allié, constitue une illustration. Mensonge, corruption, usurpation de titre, terreur sont autant de caractéristiques de l’administration de Jovenel Moise. De ce fait, les masses populaires se soulèvent depuis des années pour contester ce pouvoir illégitime, malgré la répression systématique de celui-ci contre les habitants des quartiers populaires.

Dans la mouvance de la terreur systématisée, au cours du mandat de Jovenel Moise on a enregistré toute une série de massacres dans les quartiers populaires. En novembre 2018, les habitants de La Saline, un des quartiers populaires de Port-au-Prince qui participent souvent dans les mobilisations populaires, sont victimes d’un massacre d’État : 71 personnes tuées, des maisons incendiées (35 %) et vandalisées (20 %), quatre femmes de la vingtaine violées… Il faut souligner que ce massacre a été documenté par des organisations haïtiennes de droits humains comme Réseau national de défense de droits humains (RNDDH) et la Fondasyon je kle (FJKL) ainsi que les Nations unies à travers la Mission des Nations unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH) et le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH). Le représentant du président dans le département de l’Ouest, le délégué départemental Richard Duplan et des policiers sont indexés dans ce massacre. Aussi, selon le rapport du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), du 4 au 8 novembre 2019 on a enregistré au moins 24 personnes tuées par balles et 5 autres personnes ont été blessées par balles, 28 maisons, 7 voitures et 4 motocyclettes ont été incendiées dans le quartier de Bel-Air [RNDDH, 2019 :7]. Sans oublier, entre autres des massacres dans les quartiers de Carrefour-feuilles, de village de Dieu, ces actes odieux et barbares ont toujours impliqué des proches du pouvoir.

SUITE  dans le lien.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents