Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Un extrait de l'article de l'ITW de Fatton qui correspond à ce que je ne cesse de répéter, que les Haïtiens cont fâchés avec l'économie. Ils restent...

Publié par siel sur 15 Février 2021, 21:11pm

Catégories : #AYITI ACTUALITES, #AYITI EXTREME DROITE, #AYITI ECONOMIE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

Un extrait de l'article de l'ITW de Fatton qui correspond à ce que je ne cesse de répéter, que les Haïtiens cont fâchés avec l'économie. Ils restent...

... persuadés que c'est la politique qui dirige l'économie.

Il suffit de voir l'arrêté de Jovenel allouant des terres à APAID pour en faire une zone franche.

LUBERICE qui blablatait  dans une émission sur les quelques familles qui détiennent l'économie haïtienne et la volonté de son président de changer la donne, obtiendra t-il quelques carreaux de terre en tant que " ti rest pou pèp la" ?

Sur ce sujet de la fausse chasse aux oligarques de JOVENEL l'émission de Fernando ESTIMÉ, explique clairement ce qu'il en est en réalité. Ce qu'à plusieurs reprises j'ai dénoncé comme un bluff qui lui aurait été conseillé par SOLÀ afin de s'attirer la sympathie des canards sauvages présents sur les sites de youtubeurs alliés et complices des voleurs et dilapidateurs des Fonds PetroCaribe.

Le coup du Carnaval mettant en danger la santé de la population et qui a eu immédiatement des retombées négatives à l'international, montre à quel point un homme aux abois sur lequel pèse des charges lourdes a peur et est prêt à TOUT faire, comme le notait ESTIMÉ pour sauver sa peau.

Bon, ça aussi je l'avais dit dès le départ, dès le rapport de l'UCREF, que cet homme dont on ne savait rien, ni son passé, ni ses études, ni ses affaires serait dangereux. De plus j'avais noté à partir de la quantité de mensonges qu'il débitait sans aucune gêne, qu'il était un psychopathe. Les gens se méprennent sur la psychopathie, ils pensent qu'un psychopathe ne peut pas être intelligent. Il existe différentes formes d'intelligence. Le psychopathe a l'intelligence d'utiliser n'importe quels moyens qui peuvent aller jusqu'au crime  pour se tirer d'affaire.

La culture dominante sadomasochiste haïtienne tolère les voleurs et les gangsters, les gens mal éduqués, grossiers et vulgaires : " Sot ki bay enbesil ki pa pran". 

 Aux yeux de la majorité illettrée des Haïtiens, ils apparaissent comme des hommes forts, ( Jovenel frape, Jovenel bay de soufflet marasa, Jovenel kase kou..."etc.)des chefs, pour les autres il s'agit d'une opération pour se faire du fric à partir de flagorneries, de sousouisme, comme dirait Leslie Manigat,  une des maladies les plus répandues dans la classe moyenne avide de promotion économique et sociale donc.

Les attributions d'un chef, selon cette culture fascisante, sont de menacer, d'intimider, d'emprisonner, de tue, de légiférer selon son bon vouloir  C'est à ceci qu'on le reconnaît non pas à ses résultats, à son bilan. Compétence, honnêteté, empathie,  élégance,  morale, éthique ne figurent pas au tableau.

"Quand on veut des changements en Haïti, il faut d’abord parler de changer certaines structures fondamentales. Pour moi, la crise en Haïti est d’abord économique et elle crée toute sorte de symptômes morbides. Il faut changer la manière de faire l’agriculture. Il faut mettre l’accent sur la production intérieure pour la grande majorité des Haïtiens.

Il convient de rétablir un système agricole qui pourrait présenter une solution à cette crise démographique que nous avons. Quand vous allez à Port-au-Prince, au Cap, vous avez des bidonvilles partout parce que les gens qui travaillaient dans le monde agricole n’ont plus de ressources et ils vont vers les villes. Il n’y a pas de débouchés dans ces villes. Ces gens deviennent donc des lumpenprolétariats qui, afin de survivre, sont préparés à s’engager avec toutes sortes de forces politiques. C’est pourquoi nous avons les gangs et la drogue parce que les gens doivent vivre.

S’il n’y a pas un changement dans les structures économiques du pays, on pourra changer les Constitutions, on pourra changer de leaders, on arrivera toujours à ces genres de crises." Robert Fatton.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents