Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


De héros à zéros: inverser la dégringolade en Haïti- Par: Ruolz Ariste, PhD

Publié par siel sur 13 Mars 2021, 18:48pm

Catégories : #AYITI ACTUALITES, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

Haïti est bien connue pour être la première nation noire à acquérir son indépendance depuis 1804. Plus important encore, elle l’a fait en combattant la très puissante et redoutable armée française de Napoléon Bonaparte. Cependant, les successeurs ne sont pas à la hauteur de leurs ancêtres. Depuis les années 50, la situation, alimentée par la corruption, s’empire de jour en jour. Aux grands maux, les grands remèdes! 

Par conséquent, la suggestion est d’étendre le mandat de la Cour pénale internationale (CPI) et de faire du vol d’argent et du détournement de fonds un crime financier international qui peut être poursuivi devant ce tribunal au même rang que les génocides. 

Dans un article récent de Radio Canada, l’histoire pitoyable et tragique d’Haïti a été dépeinte par les chiffres à partir du tremblement de terre de 2010. Le tableau ci-dessous présente, pour 2018 ou après, des indicateurs clés pour Haïti et la République dominicaine, qui se partagent l’île. 

  Haïti République dominicaine
Espérance de vie (années) 64 74
Revenu par habitant ($ US)  1 272 8 282
Taux de chômage 13,8% 5,9%
Taux de mortalité infantile (pour 1000 naissances vivantes) 51,8 24,7
Pourcentage de malnutris 48,2% 5,5%
Taux d’alphabétisation 61,7% 93,8%

Indicateurs clés pour Haïti et la République dominicaine, d’après les données de macrotrends.net

Sources: https://www.macrotrends.net/countries/topic-overview ; y compris la Banque mondiale.

En ce qui concerne ces indicateurs, Haïti est également, de manière consistante, en dessous de la moyenne par rapport aux autres pays des Caraïbes. Ces chiffres contrastés et lugubres parlent d’eux-mêmes. Ils pourraient porter certaines personnes à croire que les Haïtiens sont intrinsèquement déficients. Cependant, observer les Haïtiens dans un autre environnement rejette rapidement cette croyance. La diaspora haïtienne a contribué avec succès à construire sa terre d’accueil, notamment en Amérique du Nord.

Dans le cas du Québec (Canada) par exemple, le livre de Samuel Pierre intitulé Ces Québécois venus d’Haïti a  présenté la contribution de la communauté haïtienne à la construction de la nouvelle société québécoise à partir des années 1950. Ce document présente quelques- unes des réalisations de la communauté haïtienne québécoise en mettant l’accent sur une cinquantaine de personnalités. Ces derniers ont fait leur marque dans des domaines aussi divers que l’éducation, la santé, l’université et la science, la culture, l’ingénierie, les sports, les affaires sociales, économiques et politiques. Plus globalement, le livre de Fequiere Vilsaint et Maude Heurtelou «Qui est qui dans la diaspora haïtienne» contient les biographies d’hommes et de femmes exceptionnelles dans un large éventail de professions et de régions géographiques en dehors d’Haïti. Il remplit les mêmes objectifs de présenter les réussites de personnalités haïtiennes en aidant au développement ou à la croissance de leur terre d’accueil à travers le monde au cours des cinq dernières décennies environ.

Pourtant, pendant cette même période, la situation dans leur pays d’origine ne cesse de s’aggraver. Certains reprochent à la communauté internationale cette situation catastrophique, à commencer par l’imposition d’une lourde dette d’indépendance (90 millions de francs payés de 1825 à 1947; qui aurait dépassé 21 milliards de dollars aujourd’hui) pour continuer à s’immiscer dans les politiques et l’économie d’Haïti. D’autres ont pointé du doigt principalement des acteurs internes qui sont les pions des acteurs externes, pratiquent des transactions économiques de type prédateur et sont corrompus. Que la répartition des blâmes soit à 60% externe et 40% interne, ou vice-versa, ou 50-50, il est clair que la structure interne et la culture haïtiennes doivent être modifiées. 

Plus précisément, la corruption interne est en fait le problème majeur du développement économique d’Haïti. Le fait est que la corruption existe dans tous les pays. Cependant, elle est combattue par un système judiciaire fort dans tous les pays développés et dans la plupart des pays émergents. Ce n’est pas le cas pour Haïti. Ce pays est classé 170e sur 179 pays dans l’Indice de corruption de Transparency International 2020 (contre 137e pour la République dominicaine). Le scandale Petro-Caribe est le dernier exemple de corruption endémique et d’impunité en Haïti. Pire encore, la corruption est un cercle vicieux et comme une épidémie. Par exemple, il y a des individus compétents et honnêtes dans l’arène politique en Haïti. Cependant, en raison de la corruption interne et de l’implication des pays occidentaux, la plupart du temps, les incompétents et les corrompus sont ceux qui sont politiquement en charge.

La corruption à outrance est un cancer pour toute économie: elle freine l’investissement privé, entrave la production de biens et de services, déclenche des troubles sociaux ou de l’insécurité et génère des pays pauvres. En fait, il existe une corrélation directe entre le niveau de corruption et la pauvreté d’un pays. Un exemple typique est le Botswana, parmi les pays africains les moins corrompus (35e ) et les plus développés! L’un des pays les plus pauvres du monde lors de l’indépendance en 1966, il est rapidement devenu l’une des réussites mondiales en matière de développement.

Le système judiciaire haïtien aurait un rôle crucial à jouer dans la lutte contre la corruption, comme dans le cas historique et unique du procès de consolidation en 1903 sous la présidence de Nord Alexis. Mais cette institution elle-même est typiquement confrontée à de multiples défis, alimentés par le système corrompu. Le meurtre de M. Dorval, président du barreau des avocats de Port-au-Prince, en est le dernier exemple. Étendre le mandat de la CPI à La Haye pour inclure des poursuites pour vol d’argent et détournement de fonds importants (par exemple, un montant cumulé de 1 million de dollars US et plus) serait un tournant majeur.

 De cette façon, le cercle vicieux de la corruption en Haïti peut être brisé et le pays peut décoller et commencer son développement attendu depuis si longtemps.


[1] Ruolz enseigne aussi à titre bénévole à l’ISTEAH (Institut des Sciences, des Technologies et des Études Avancées d’Haïti).

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents