Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


ARTE reportage. Les défis d'une autre agriculture. Bon. C'est le chemin que devrait prendre Haïti . Vous savez pourquoi ?

Publié par siel sur 13 Juin 2021, 20:00pm

Catégories : #VIDEOS, #CULTURE, #AYITI ECONOMIE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

Parce que Haïti pourrait occuper une place importante dans cette niche en exportant ces produits agricoles bio non pas forcément en Europe à cause du prix des transports mais dans les Amériques. Dans la Caraïbe, par exemple, vous avez tous ces pays qui vivent du tourisme et qui ont négligé leur agriculture.

Les hôtels de luxe dans les Bahamas, à Barbades et dans les autres îles ont une clientèle qui demandent des produits bio.

Haïti faisant partie de la Caricom pourrait engager des pourparlers soit avec les États, soit directement avec les hôtels.

Evidemment pour cela il faudrait une planification dont l'obtention du label bio. Il faudrait avoir les moyens pour s'opposer aux affreux dont la famille St Rémy par exemple qui vivent de l'achat et la vente d'engrais chimiques.

La planification consisterait également à identifier les terres propices et bien entendu de produire en fonction des demandes des acheteurs.

Mais le plus grand avantage ce serait de donner du travail aux paysans dans la mesure où qui dit culture biologique, dit main d'oeuvre importante.

De plus, la fabrication de compost devrait permettre de régler en partie la question des déchets qui 

D'autre part, ce plan de production agricole bio serait accompagné d'un plan de développement des énergies renouvelables ( soleil, eau, vent).

Une agriculture planifiée est "transversale", ce qui signifie qu'elle a un impact sur d'autres domaines, comme les routes, le transport, l'aménagement du territoire, l'industrialisation, la création de laboratoires de sciences... Et donc de nouveaux cursus universitaires propres à répondre à la demande.

Je n'ai aucune idée de la formation des agronomes et des cadres au ministère de l'Agriculture  mais il semblerait que dans ce domaine également (comme dans celui de l'urbanisme, de l'architecture, de l'énergie, de l'aménagement du territoire) c'est l'incompétence et l'arriération qui règne.

La RD a déjà commencé à prendre ce tournant et si Haïti continue à refuser de penser au futur et à ne pas comprendre qu'elle a l'opportunité de ne pas répéter un modèle, celui industriel, qui sera obsolète dans la mesure où dans le monde entier les gens souhaitent manger sans risques d'être intoxiqués par la chimie, source de nombreux cancers.

Les Haïtiens sont persuadés qu'ils pourraient concurrencer au niveau du tourisme de masse des pays qui ont plus de dix ans d'avance.

C'est aussi idiot que les escroqueries d'AGITRANS et de Caravane de JOVENEL qui n'y connait rien et n'a aucune idée de ce qui s'appelle ni production locale, ni commerce international, mais qui dans sa folie de tout puissant après dieu est fâché avec les sciences et croit au miracle.

La question reste : est-ce que les dirigeants qui vont  remplacer l'équipe vorace des tèt kale auront le courage et l'intelligence nécessaires pour innover, se donner les moyens de trouver des fonds pour financer un tel programme, planifier la production et l'exportation...ETC.

Sans soutien financier de l'État, à l'inverse de ce que pensent les Haïtiens qui en vrai jakorepèt  clament que c'est aux citoyens de se prendre en charge - ces idiots ignorent que partout dans le monde, sans subventions ( qui vont malheureusement en grand partie aux industriels de l'agriculture) les fermiers ne peuvent pas avoir une sécurité leur permettant de développer leurs cultures et de faire vivre leurs familles.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents