Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Jovenel Moïse risque-t-il vraiment la prison pour crimes contre l’humanité ? Par JAMESON FRANCISQUE

Publié par siel sur 1 Juillet 2021, 11:43am

Catégories : #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE, #AYITI ECONOMIE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

Un rapport estime que Fednel Monchery, Pierre Richard Duplan et Jovenel Moïse peuvent être accusés de crimes contre l’humanité, mais il ne fait pas l’unanimité

Un rapport conjoint de la Clinique internationale des droits humains de la Harvard Law School, et de l’Observatoire haïtien des crimes contre l’humanité, estime qu’il y a des « bases raisonnables » pour accuser de crimes contre l’humanité des fonctionnaires de l’administration de Jovenel Moïse.

Il s’agit notamment de Fednel Monchery et Pierre Rigaud Duplan, respectivement ancien directeur général du ministère de l’Intérieur, et ancien délégué départemental de l’Ouest.

Des étudiants en droit de l’université de Harvard, dont Joey Bui et Nathalie Gunasekera, ont rédigé ce rapport, sous la direction de la professeure Béatrice Lindstrom. Il s’intitule « Massacres cautionnés par l’État : règne de l’impunité en Haïti ».

C’est à la suite d’une analyse de plusieurs rapports d’organisations de droits humains sur les différents « massacres » à La Saline, au Bel-Air et à Cité Soleil, que le rapport en est arrivé à la conclusion que Monchery et Duplan peuvent être mis en examen. Le président Jovenel Moïse pourrait lui aussi être reconnu coupable de ces crimes, compte tenu de la doctrine de la responsabilité du supérieur hiérarchique.

Le procès pour ces crimes graves devrait se dérouler devant la Cour Pénale internationale (CPI). Toutefois, si Haïti a signé le Statut de Rome, qui crée la CPI, le parlement du pays ne l’a pas ratifié, ce qui rend impossible qu’un procureur de cette cour se saisisse directement du dossier de ces fonctionnaires de l’État.

D’un autre côté, ce rapport ne fait pas l’unanimité auprès d’organisations de la société civile qui croient qu’il n’y a pas eu de crimes contre l’humanité en Haïti dans ces dossiers, mais plutôt des violations graves des droits humains.

Suite dans le lien.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents