Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


La bande à GPPC déclare que c'est au peuple de se débrouiller. Comme quoi, ça ne ferait pas partie de ...

Publié par siel sur 17 Juin 2021, 23:54pm

Catégories : #REFLEXIONS perso, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE, #AYITI ECONOMIE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

La bande à GPPC déclare que c'est au peuple de se débrouiller. Comme quoi, ça ne ferait pas partie de ...

... leurs prérogatives de parler des problèmes que le public peut rencontrer avec les entreprises privées.

Sur le même mode que le directeur de la police demandant à la population de s'occuper de sa sécurité.

Eux, selon leurs dires, peuvent intervenir quand il s'agit d'une institution de l'Etat qui ne fournirait pas les services qu'elle se devrait de fournir.

D'abord on voit mal, comment cette bande pourrait aider les citoyens dans des conflits avec l'Etat.

Une bande qui n'a eu cesse de faire en sorte d'enterrer la question de la corruption dans le cas de la gestion des Fonds Caribe répétant ad nauseam qu'il n'y aura jamais de procès persuadant les Haïtiens que tout le monde indistinctement et ceux qui revendiquent un procès et ceux qui dirigeaient et dirigent présentement le pays. 

Est-ce qu'on n'appelle pas les media le 4ème pouvoir ?

Il semblerait que cette association de journalistes ne sait pas en quoi consiste le métier et les qualités requises pour l'exercer : "Pour l'exercer, il faut une solide culture générale, mais aussi de très bonnes qualités rédactionnelles et un esprit critique.(...) Toujours à l'affût de la moindre information, le journaliste sait se mettre à l'écoute de ses interlocuteurs et retranscrire fidèlement leurs propos. Il fait preuve d'une grande réactivité, car l'actualité n'attend pas"

Il semble ignorer que pour couvrir une information, il leur suffit de contacter les dirigeants de la banque pour qu'ils s'expriment sur la décision prise de faire payer une taxe de 3,5% à leurs clients sur chaque 1000%, (dans le cas de cette histoire de banque). Libre à la banque de vouloir répondre ou pas. En même temps, il suffit d'interroger 1 ou 2 économistes afin qu'ils donnent explications et points de vue sur cette mesure.

Quand des journalistes disent à leurs auditeurs que c'est de leur faute, qu'ils n'ont qu'à retire leur argent de cette banque et le mettre dans une autre; ou bien le garder chez eux, qu'ils ne sont pas là pour être des fusibles et subir les attaques de la banque, c'est vraiment un raisonnement de lâcheté - alors qu'ironiquement ils traitent les gens de lâches.

Ils leur reprochent de se défausser de leurs responsabilités en demandant à des Jean-Charles Moïse, à des André Michel,Etc., de prendre en charge leurs revendications.

D'abord si les leaders politiques ne portent pas la parole de la population, on peut se demander en quoi ils seraient des leaders - des leaders à la Jovenel ?

Ensuite aller jusqu'à proposer aux gens de laisser leur argent chez eux est le comble de l'irresponsabilité. Moi qui ai été cambriolée sauvagement et ai perdu ainsi tous mes rares bijoux de famille en or, imaginez si j'avais eu la funeste idée de cacher tout ce que je possède comme argent dans la maison... Les types ayant tout saccagé, ayant été cherché même dans les livres, je crois que en ce moment je serais SDF.

En écoutant ces hommes qui pérorent quotidiennement sur qui sera Premier ministre, qui est le plus grand allé de Jovenel et autres sujets futiles pour faire diversion et qui n'intéressent nullement la vie des Haïtiens, raconter qu'ils ne veulent pas se mêler d'un sujet qui risquerait de provoquer l'animosité de la banque, ça montre encore que ce métier est mal exercé en Haïti parce que fait par des gens qui n'ont aucune conscience du bien collectif.

Si les gens s'adressent à eux ce n'est pas parce qu'ils prennent qu'ils peuvent régler leurs problèmes individuels mais parce qu'ils pensent qu'ils peuvent ouvrir un débat  public et général sur la question.

En écoutant leurs arguments : "c'est à vous de vous démerder, nous on n'a pas intérêt à nous faire des ennemis," on comprend bien comment ce " ne pas de faire d'ennemis' a fait d'eux des marchands de micro relayant et défendant les discours des dirigeants tèt kale.

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents