Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Une journée à Paris. A 13 h, j'avais rdv pour déjeuner avec des amis haïtiens, habitant à NY, de passage en...

Publié par siel sur 29 Juillet 2021, 01:48am

Catégories : #REFLEXIONS perso, #AYITI EXTREME DROITE, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI ECONOMIE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

Le rara de Martelly. Sources : http://elsie-news.over-blog.com/2018/10/le-rara-de-martelly-a-peine-elu-dans-les-rues-de-port-au-prince-en-2011-annonciateur-d-un-mandat-presidentiel-marque-par-la-corrupti

Le rara de Martelly. Sources : http://elsie-news.over-blog.com/2018/10/le-rara-de-martelly-a-peine-elu-dans-les-rues-de-port-au-prince-en-2011-annonciateur-d-un-mandat-presidentiel-marque-par-la-corrupti

...France.

Ca faisait trois ans que nous ne nous étions pas vus - Covid oblige- et je ne vous dis pas le plaisir de ses retrouvailles. Il a fallu qu'on se raconte - c'est surtout moi à vrai dire- les événements marquants passés pendant cette période. Le Paris du confinement, du jamais vu les rues vides, le silence et mes promenades dans une ville qui semblait soudain vidée de ses habitants, comme dans un roman/film de science fiction. A ce moment là, chaque jour apportait son chiffre de décès dans le monde et on ignorait si la pandémie pourrait être stoppée. Je leur ai raconté mon cambriolage infernal que certains peut-être  un peu paranoïaques , mais qui sait ? - ont pensé qu'il s'agissait d'un acte politique téléguidé par les tèt kale, lesquels chacun le sait, on de nombreux partisans à Paris, des dingues qui n'hésiteraient à passer aux méthodes  violentes d'intimidation.

Au resto, où nous avons dégusté des fruits de mer et bu avec sobriété du vin blanc, la conversation a porté - comme il se devait- sur l'exécution de JOVENEL,  l'enquête tèt an ba menée par la justice haïtienne, l'enterrement tout aussi rocambolesque avec l'épisode de la camionnette ( qu'ils ont dit sale, moi je n'ai pas vu ce moment)  dans laquelle se trouvait le cercueil, la fuite précipitée du cortège de M. Leblan. Et bien entendu les discours de la veuve et de son beau-fils.

Un épisode que j'avais également raté était celui de ce M. qui insultait M. Leblan et qui semblerait-il est devenu un héros. De telle sorte que le tèt kale  de Jacmel ZENNY l'aurait payé pour cet exploit en gourdes. Ce qui nous a remis en mémoire que le défunt " Nèg bannann nan" avait récompensé une enfant pour l'expertise de ses "gouyad", performance à laquelle son épouse et lui assistait et qu'il avait jugé que secouer son derrière avec talent méritait une voiture.

Nous nous sommes rappelés des réactions des tèt pete, tèt kale sur les réseaux sociaux où ils étalent leur bassesse, face aux critiques qui laissaient entendre qu'une femme de président, Martine, ne pouvait pas agréer à un tel mépris de la gente féminine à travers l'utilisation d'une enfant. Les tèt kale avaient pour uniques arguments leurs slogans imbéciles habituels : "aigri kap megri". Cette critique du rôle et de la fonction d'un soi-disant première dame était déclarée haut et fort comme une expression de jalousie.

Nous avons ri  jaune devant de telles sottises. Et j'ai déclaré que tous les Haïtiens étaient des idiots, des sèvèl poul à quelques exceptions près. Idiots ou canards sauvages comme  les caractérisent Antonio SOLÀ. Oui, parce qu'un peuple sans mémoire est un peuple de couillons.

Nous avons ri également jaune - que faire d'autre quand confronté à une montagne de conneries et d'inepties, on est impuissant ( nous n'avons ni l'argent, ni les armes) - devant le récit abracadabrantesque de l'épouse de l'assassiné. Selon elle,  quand les tirs ont commencé elle se serait déplacée de sa chambre pour aller cacher ses enfants, des enfants dont le plus jeune a 23 ans, n'est pas handicapé et connaît parfaitement la maison dans laquelle il vit avec ses parents. Après avoir caché  ses enfants dixit MARTINE Me. lle le serait  retournée dans sa chambre où son époux s'était caché sous  le lit.

Donc nous avons ri.

Nous nous sommes rappelé des mercenaires, - ceux d'avant - qui étaient selon les uns venus les exécuter, selon les autres dévaliser la BNH pour y prendre l'argent dû au VENEZUELA, que les mesures des USA, empêchaient de verser à ce pays. Pour ma part, je crois plutôt à cette seconde hypothèse qui expliquerait pourquoi les USA ont interdit à la justice haïtienne de mener une enquête et ont rapatrié leurs compatriotes, comme s'il s'agissait de touristes victimes de l'insécurité régnant en Haïti.

Nous avons aussi parlé de cet homme bizarre - dont plus personne ne parle- qui déclarait être venu faire la révolution en Haïti et avait enrôlé pour ce faire un groupe de gens. Le type a été arrêté et comme vous le savez personne ne sait ce qu'il est devenu. 

Il y avait aussi cet autre homme de nationalité étasunienne, un ancien militaire US aussi, le corps plein de tatouages,  arrêté à l'aéroport Toussain Louverture avec dans ses bagages un arsenal de guerre. Le type avait pu embarquer et passer tous les contrôles : police et douanes américaines. Tranquille le chat.

Donc nous avons ri.

Nous nous sommes rappelés de ce Barbecue qui quelques temps avant l'assassinat de JOVENEL manifestait contre lui et qui, maintenant pleure à chaudes larmes celui qu'il déclarait qu'il fallait " dechouke" avec tous ses alliés mulâtres et Syro-Libanais.

Nous avons évoqué ARNEL JOSEPH, le criminel échappé de prison pour être abattu avant qu'il ne passe devant un juge, de ARNEL BÉLIZAIRE, du policier A. Grosnègre qui  avec tant d'autres pourrissent en prison sans possibilité et auxquels il est refusé de se présenter devant un juge.

Nous nous sommes rappelé  des menaces incessantes de JOVENEL contre ceux qui se mettraient en face de lui, lui le tout puissant après dieu,  et des assassinats des journalistes, dont vous tous connaissez les noms, du père Simoly, de Me DORVAL,  les enquêtes sur ces meurtres se déroulant selon le même scénario que celui  sur l'assassinat de JOVENEL Enfumages, diversions, mystifications,  enterrement. Point barre. La messe est dite.

Et nous avons commenté l'hagiographie faite par l'épouse et  le fils du défunt le présentant comme un homme sage, voué à la cause du peuple, à l'application d'une justice indépendante, à la défense des institutions du pays.

Donc nous avons ri.

Nous avons repassé le fil des événements de ces 10 dernières années. Du "plasaj" de MARTELLY à la présidence par le roi et la reine d'Haïti, le couple CLINTON, au vol des milliards du Fonds PetroCaribe, en passant par la disparition de E. DANIEL, trafiquant de drogue et  ami de MARTELLY, des suicides dans un hôtel de Miami du responsable du FDI et de la proche collaboratrice de LAMOTHE en charge précisément de la gestion des Fonds PetroCaribe, du rapport de l'UCREF sur JOVENEL, de son affaire d'AGITRANS, des "cadeaux " qui lui ont été faits par le secteur privé pour venir au secours des sinistrés de la Grand'Anse, les massacres dans les quartiers populaires restés impunis. Et, l'indispensable Antonio SOLÀ , l'Espagnol en charge de la communication de MARTELLY et JOVENEL qui confessait dans un media qu'il n'était peut-être pas fou, mais cynique il l'était assurément.

Donc nous avons ri.

Et j'ai rappelé à mes amis que dès qu'on avait vu un président à peine élu faire un" rara" dans les rues de Port-au-Prince et créer un scandale - caché par la presse - en voulant pénétrer de force dans la fac d'ethnolgie où se tenait un séminaire, j'avais dit sur ce blog qu'Haïti pénétrait dans un espace dominé voyoucratie avec le soutien de M. leblan qui ne nous veut que du bien.

J'avais intitulé l'article: Le rara de Martelly, à peine élu dans les rues de Port-au-Prince en 2011 ,annonciateur d'un mandat présidentiel marqué par la corruption et le désordre. Une image vaut mille mots..

Et véritablement tout s'est déroulé comme prévisible :  corruption, gangs, assassinats, destruction des institutions, misère augmentée. Et pour finir par l'assassinat du président par ses protecteurs et amis, car seuls les amis peuvent trahir. Les chiens n'accouchent pas des chats.

Et voici que nous rentrons dans un nouvel épisode de cette saga  dramatique tèt kale/bannann. Nouvel épisode dans lequel la veuve et le beau fils tels  des coqs dressés sur du fumier chaud, chantent les mérites de l'homme par lequel le malheur est arrivé , victime de ce que sa politique a engendré. 

Nouvel épisode dans lequel la police incapable de sécuriser un président sécurise une manifestation de gangsters, kidnappeurs et violeurs.

Et que la CI retrousse ses manches, active ses réseaux de renseignements  à la recherche de la personne sans qualités qui devrait le remplacer.

Nous avons achevé le repas, bu la dernière goutte de vin blanc, payer l'addition.

Car, n'est-ce pas, une addition ça se paye.

Ni MARTELLY, LAMOTHE, JOVENEL, BARBECUE et leur association de malfaiteurs en bande organisée n'ont pensé, ne pensent que protégés ou pas par ALMAGRO, il faut passer tôt ou tard  à la caisse et payer l'addition.

Ceux qui ont assassiné JOVENEL, leurs associés,  le leur ont rappelé.

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents