Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


Cent Papiers. Derrière l’assassinat de Jovenel Moïse, un trafic d’armes signé. L'article comporte photos et témoignages notamment ceux d'ANDRESOL.

Publié par siel sur 28 Août 2021, 21:10pm

Catégories : #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE, #AYITI ECONOMIE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

La surprise de l’assassinat du président Haïtien n’en est pas vraiment une. Et encore moins ses auteurs. Jovenel Moïse avait une dette à régler. Celle d’un trafic d’armes juteux dans lequel il était impliqué. Ses commanditaires lui ont simplement rappelé qu’on ne joue pas impunément avec les trafiquants de drogue et d’armes colombiens. Ceux pilotés par celui qui l’a amené au pouvoir, pourtant… A un stade, le sentiment n’existe plus, étant donné les sommes en jeu… (80 millions de dollars !). C’est aussi simple que cela, le meurtre d’un président, en Haïti !!!

En septembre 2016 on découvre une importante livraison d’armes illicites à la douane de Saint-Marc, en Haïti. C’est le point de départ du meurtre d’hier, à bien y regarder.

Entre le 20 juin 2016 et le 6 août 2016, 159 shots guns, 5 AR 15, 2 Glock semi-automatiques et des boîtes de munitions ont été chargés dans un camion de marque Mitsubishi envoyé en Haïti aux environ du 6 août, via la liaison classique d’un cargo de Monarch Shipping Lines, parti du port américain de Palm Beach.

Le déballage de la livraison au sortir du camion sera très impressionnant (cf les deux photos ici). Un juge chargé de l’affaire inculpe vite 9 personnes, dans une enquête qui a vite avancé tant les preuves sont flagrantes. Parmi eux l’ex-directeur général de la PNH Godson Orelus, l’ancien ministre de l’intérieur Réginald Delva, Sandra Thélusma, responsable du dédouanement de la cargaison d’armes, l’ex-directeur Départemental de l’Ouest de la Police, Vladimir Paraison, actuel coordonnateur de la sécurité présidentielle (pour Martelly, donc), l’ancien Directeur Départemental de l’Ouest de la Police Nationale d’Haiti, Jonas André et Ronald Nelson alias « Roro Nelson ». On se doute bien que parmi les 9, il y a un politicien haut placé, mais la justice haïtienne étant ce qu’elle est, il faut prendre patience et attendre plus de deux ans et demi pour que son nom sorte au grand jour.

En février 2019, en effet, on révèle (enfin) le nom du politicien impliqué dans cette affaire de trafic d’armes. Sans trop de surprise il est lui aussi dans 

l’ombre de « Sweet Micky », qui a été si proche des dealers de coke du pays, comme on le sait, eux-mêmes noyés dans le trafic d’armes, les deux allant toujours de pair. « Depuis l’éclatement du scandale lié à la saisie d’armes à feu dans les douanes de Saint-Marc, certains disaient tout bas qu’un politicien haïtien était impliqué. 

Toutes les précautions semblent avoir été prises pour ne pas révéler l’identité de ce dernier. Toutefois,  l’un des accusés, Junior Joël Joseph, un ancien sergent du corps des marines des États-Unis d’Amérique, lors du procès ayant abouti à sa condamnation pour « conspiration » aux fins d’exportation d’armes et de munitions vers Haïti, a dévoilé le nom du sénateur du sud Hervé Fourcand dans le cadre de ce dossier, lors de la tenue de ce procès devant un tribunal fédéral, vendredi 01 février 2019, rapporte le journal américain Miami Herald. » « révèle le journal Loop. L’homme a été trahi par ses massages sur WhatsApp avec l’inculpé Junior Joël Joseph ainsi qu’avec celui que l’on surnomme   « Dollar », un proche de l’ancien chef de la police nationale d’Haïti, Godson Orélus, incarcéré lui aussi dans cette affaire. Les américains avaient alerté les haïtiens sur le fait que la compagnie n’est pas autorisée à exporter des armes et des munitions en Haïti. Ce, en raison de l’embargo de la vente d’armes imposé à Haïti par les Etats-Unis depuis le coup d’Etat militaire perpétré contre l’ancien président Jean Bertrand Aristide en 1991, selon le Miami Herald. On est donc fort étonné de découvrir encore aujourd’hui la fiche Linked’in du sieur Joel Joseph… toujours aussi active !

SUITE dans le lien

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents