Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


INVESTIG'ACTION. Après l’assassinat de Moïse Jovenel, à quoi faut-il s’attendre en Haïti ? Par SETH DONNELLY

Publié par SETH DONNELLY sur 12 Août 2021, 20:52pm

Catégories : #AYITI EXTREME DROITE, #AYITI ECONOMIE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

Le 7 juillet dernier, le président haïtien Moïse Jovenel était assassiné par un commando de tueurs professionnels. Si l’enquête suit son cours, la colère ne faiblit pas en Haïti où le régime du PHTK, soutenu par Washington, maintient son emprise en dépit des circonstances. Ils sont de plus en plus nombreux à descendre dans la rue pour dénoncer la pauvreté, les violences de la police et des gangs paramilitaires ainsi que l’accaparement des richesses par l’élite locale et les multinationales. Changement de cap lors des prochaines élections? Pour Seth Donnelly, il faut pouvoir laisser le peuple haïtien prendre son destin en main, comme il l’a fait en 1804 en faisant d’Haïti le premier pays à abolir l’esclavage. (IGA)

INVESTIG'ACTION. Après l’assassinat de Moïse Jovenel, à quoi faut-il s’attendre en Haïti ?  Par SETH DONNELLY

Aujourd’hui, le peuple haïtien est confronté à la dictature du Parti haïtien Tet Kale (PHTK). Soutenu par les États-Unis, ce parti est arrivé au pouvoir à travers l’élection frauduleuse de Michel Martelly en 2010 et a maintenu son emprise avec l’élection tout aussi frauduleuse de Jovenel Moise en 2016. Les militants haïtiens appellent ça des coups d’État électoraux. Les deux élections ont été organisées sous l’occupation de l’ONU et ont été parrainées par le gouvernement US. Lorsqu’elle était secrétaire d’État, au plus fort du soulèvement du printemps arabe en Égypte, Hillary Clinton a fait un détour lors de son voyage au Moyen-Orient pour intervenir personnellement en Haïti et mettre Martelly au pouvoir. De même, le département d’État US a immédiatement annoncé que les élections de 2016 étaient légitimes et les gouvernements suivants, d’abord Trump puis Biden, ont continué à soutenir le régime de Moise sur le plan diplomatique et financier.

L’assassinat de Jovenel Moise le 7 juillet par un commando de tueurs professionnels ne change rien au soutien que les États-Unis apportent au régime du PHTK. À moins d’une opposition massive de la part de l’opinion publique et des membres du Congrès, attendez-vous à ce que l’administration Biden continue à soutenir le régime actuel du PHTK dirigé par le Premier ministre Claude Joseph ou toute autre personne qui émergera au sein de ce régime pour prendre le pouvoir pendant cette transition. Attendez-vous à ce que l’administration Biden fournisse un financement continu à ses forces de sécurité brutales. Ces points cruciaux ne doivent pas être éclipsés par l’escalade des spéculations médiatiques sur le « coupable », en particulier depuis l’arrestation d’anciens soldats colombiens et de plusieurs Haïtiens ayant des liens avec les États-Unis, comme Christian Emmanuel Sanon.

Quelles sont les caractéristiques qui définissent le régime du PHTK sous Martelly et Moïse ?

Le régime du PHTK est une dictature fantoche installée et maintenue par le gouvernement US et les forces d’occupation de l’ONU, en coordination avec les membres de la classe supérieure haïtienne. Il agit contre les intérêts de la majorité appauvrie du peuple haïtien. Les caractéristiques principales de ce régime sont les suivantes.

1)La corruption généralisée et le pillage massif des fonds publics.

2)Faciliter l’accaparement des terres et la dépossession des agriculteurs haïtiens, y compris par Moïse lui-même pour agrandir sa république bananière personnelle, ainsi que le pillage des vastes ressources naturelles d’Haïti (or, pétrole, bauxite et autres) par des oligarques nationaux et des sociétés étrangères. Dans ce rapport de 2018 du Département d’État US, le contexte d’ « ouverture » aux investissements porté par le régime PHTK est décrit comme un moyen de « faire des affaires en Haïti ».

3)Mener une guerre contre la majorité pauvre et le mouvement populaire Lavalas à travers d’horribles massacres dans les quartiers déshérités tels que Lasalin et Bel Air, à travers une gentrification violente et à travers des assassinats ciblés et des viols de militants des droits de l’homme. Ces violations flagrantes des droits de l’homme perpétrées par le régime sont également documentées par la Clinique internationale des droits de l’homme de la Harvard Law School dans son rapport d’avril 2021 intitulé « Killing with Impunity : State-Sanctioned Massacres in Haiti. »

Quelles étaient les limites de l’efficacité de Moise en tant que dirigeant fantoche ?

1) Moïse s’est avéré incapable de contenir le soulèvement massif de la population pour établir un gouvernement démocratique véritablement populaire. Depuis que Moïse a pris le pouvoir, le peuple haïtien est descendu dans la rue par centaines de milliers, encore et encore, faisant face aux tirs à balles réelles, aux gaz lacrymogènes, aux arrestations arbitraires, aux tortures, aux viols et aux exécutions extrajudiciaires par la Police Nationale d’Haïti (PNH). Cette police est formée par des fonctionnaires de l’ONU en Haïti et par la police US, notamment la police de New York. La PNH a également été financée par le gouvernement US à hauteur de millions de dollars par an. Les subsides ont augmenté sous l’administration Trump, alors que les violations des droits de l’homme par la PNH augmentaient aussi. L’administration Biden a aussi maintenu ce soutien à la force de police clairement impliquée dans des massacres et des violations flagrantes des droits humains. Malgré la formation et le financement de la PNH par les États-Unis, Moïse n’a pas été en mesure de maintenir « la loi et l’ordre ». D’énormes protestations continuent d’éclater. Dans le même temps, les paramilitaires (« gangs ») soutenus par le régime, tels que l’escadron de la mort G9, dirigé par l’ancien policier Jimmy « Barbecue » Cherizier, continuent de terroriser les pauvres de tous âges à Port-au-Prince où règnent enlèvements, tortures, viols et meurtres. Le G9 et la violence paramilitaire ont déplacé des milliers de personnes qui ont été forcées de quitter leur quartier après que leurs maisons ont été brûlées et que leurs parents et voisins ont été massacrés.

2)Moïse s’est récemment opposé aux membres de la petite et puissante classe supérieure haïtienne, comme Reginald Boulos et d’autres oligarques. Cet affrontement reflétait des querelles entre élites, car Moïse utilisait son pouvoir politique pour consolider son emprise d’une manière qui rappelait les dictatures des Duvalier.

3)Une opposition croissante au sein du Congrès US s’est manifestée contre le soutien continu de l’administration Biden au régime de Moise. En témoigne cette lettre du 26 avril adressée par 68 membres de la Chambre des représentants des États-Unis à l’administration Biden, dans laquelle ils notent que le régime de Moise « manque de crédibilité et de légitimité pour superviser un référendum constitutionnel… ou pour administrer des élections libres et équitables ». À la suite de cette lettre, le secrétaire d’État Antony Blinken a annoncé, comme nous l’avons rapporté le 9 juin, que les États-Unis ne soutiendraient plus le projet du régime de Moise d’accroître son pouvoir en organisant un faux « référendum » cet été pour affaiblir la Constitution haïtienne. Malgré ce revirement de politique, l’administration Biden a néanmoins continué à soutenir le régime pour qu’il se maintienne illégalement au pouvoir et manipule les élections prévues en septembre prochain. Les États-Unis ont alloué des fonds importants pour ces élections fictives qui incluront le référendum, en violation des souhaits de la majorité haïtienne. En outre, l’administration Biden a appelé à un financement US accru de la police haïtienne, malgré le bilan clair des violations flagrantes des droits de l’homme liées à la police. Ce soutien de l’administration Biden à Moise se heurtait malgré tout à une opposition politique croissante au Congrès.

Qu’est-ce qui motive la politique étrangère US en Haïti ?

SUITE dans le lien.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents