Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde du Sud// Elsie news

Le Monde du Sud// Elsie news

Haïti, les Caraïbes, l'Amérique Latine et le reste du monde. Histoire, politique, agriculture, arts et lettres.


REZO NODWÉS;Haiti – Tant de maux dans un si petit espace et par la faute des corrompus qui gouvernent ce pays post-12 janvier 2010...

Publié par siel sur 16 Août 2021, 19:25pm

Catégories : #AYITI ACTUALITES, #AYITI ROSE RAKET, #AYITI EXTREME DROITE, #AYITI ECONOMIE, #PEUPLE sans mémoire..., #DUVALIER

« L’histoire d’Haïti est parsemée d’exemples d’interventions étrangères, tant par opportunisme que sous le couvert d’une attention bienveillante. Pourtant, étonnamment, peu de gouvernements et d’organisations ont pris le temps de travailler avec les Haïtiens ordinaires pour résoudre les problèmes« , écrit Brian Lichtenheld pour Project CURE, une organisation à but non lucratif qui envoie des équipes médicales dans le monde entier.

Lundi 16 août 201 ((rezonodwes.com))–Samedi dernier, le 14ème du mois d’août, alors que les informations sur cette nouvelle catastrophe inondent les réseaux et les médias, le monde se tourne à nouveau vers Haïti. Il propose son aide, envoie des équipes de secours et anticipe déjà un flux de dollars. Les États-Unis, l’Espagne, le Pérou, le Venezuela, l’Équateur, le Chili et même la Colombie, ainsi qu’une douzaine d’autres pays, ont déjà annoncé qu’ils enverraient de l’aide, des équipes médicales, des fournitures et « tout ce qui est nécessaire« .

Mais les erreurs du passé ne peuvent être répétées. Après le tremblement de terre de 2010, le pays n’a jamais pu se relever, essentiellement pour deux raisons : les millions d’aide internationale promis ne sont jamais arrivés, et l’aide qui est arrivée a fini dans les poches de quelques-uns. Aujourd’hui, Jean Max Bellerive (pour René Préval), Michel Martelly, Laurent Lamothe, Evans Paul, Ariel Henry, Jocelerme Privert, Enex Jean-Charles, Martine Moise et Wilson Laleau (pour Jovenel Moise) peuvent en témoigner.

Beaucoup ont considéré que la catastrophe était l’occasion idéale de remettre Haiti sur pied et ont confié au gouvernement de l’époque, dirigé par René Préval et depuis 2011 par Michel Martely, la direction de la reconstruction. Ce sont 9 milliards de dollars d’aide humanitaire, plus 4 milliards de dollars de pétrole donnés par le Venezuela, qui ont afflué dans ce pays et ont été dilapidés en huit ans.

À cause des dirigeants corrompus qui ont gouverné le pays, les Haïtiens n’ont pas été en mesure de faire face au nouveau tremblement de terre ce samedi 14 août 2021, et restent dans le même état d’esprit : dans des maisons précaires construites à la va-vite dans des quartiers pauvres, sans routes ni hôpitaux et à la merci de plus de 76 gangs criminels qui ont fait du kidnapping leur mode de vie. Depuis l’année dernière, à Port-au-Prince, personne n’a été épargné par les extorsions, l’épidémie de COVID-19, la misère et la violence sous l’oeil complice du régime de Jovenel Moise ayant accouché aujourd’hui Ariel Henry, dépourvu de toute légitimité.

« Nous voulons apporter une réponse plus adéquate qu’en 2010 après le tremblement de terre. Toute aide venant de l’étranger doit être coordonnée par la direction de la protection civile », a exigé le Premier ministre Ariel Henry, tout en appelant les citoyens à « l’unité nationale ».

Il appelle à l’unité car Haïti porte aussi en elle des années de division et de haine politique qui ont conduit à l’assassinat du président Jovenel Moïse le 7 juillet. Mais il n’était pas le premier président à être assassiné, puisque trois dirigeants haïtiens avaient déjà subi le même sort. Haïti est le seul pays de la région à avoir eu vingt présidents en 35 ans. Plus d’un mois plus tard, les enquêtes sur l’assassinat du président n’ont pas permis de clarifier les faits et aucun juge ne veut se saisir de l’affaire.

Les experts ont expliqué en 2010 que l’ampleur de la catastrophe n’était pas essentiellement due à l’activité sismique, mais à la forte exposition au risque de la zone, car les bâtiments étaient vulnérables et aucune mesure préventive n’avait été mise en place pour un événement de cette ampleur. En outre, il y avait une surpopulation dans les zones à haut risque. Aujourd’hui, la situation est la même.

Haïti est situé entre les plaques tectoniques nord-américaine et caribéenne, sur la trajectoire principale des ouragans ; en outre, ses villes les plus importantes ont été construites sur la côte, de sorte que les inondations sont fréquentes et de plus en plus destructrices ; il n’a pas non plus d’électricité ni d’eau. Tant de maux dans un si petit espace.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents